Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqués de presse

LE SYMPOSIUM SUR LA GESTION DE L’EAU :

AU TERME DU SYMPOSIUM, LE QUÉBEC EST PRÊT POUR AMORCER LA SECONDE PHASE DU PROCESSUS DEVANT MENER À UNE POLITIQUE DE L’EAU

Montréal, le 12 décembre 1997 - Dans son discours de clôture, lors du symposium sur la gestion de l’eau qui se tenait à Montréal, du 10 au 12 décembre, le ministre de l’Environnement et de la Faune, monsieur Paul Bégin, a souligné l’importance fondamentale que revêt pour le Québec le processus de consultation qui s’est amorcé avec ce symposium pour orienter les choix stratégiques qui assureront aux générations futures la pérennité de cette richesse et un partage équitable entre les usagers.

« Un des objectifs du symposium était de nous permettre d’actualiser l’état de nos connaissances dans le domaine de l’eau au cours des dernières années et de faire le point sur les nouvelles problématiques qui nous interpellent tous. Il devait également nous donner l’occasion d’établir une solide base commune à partir de laquelle nous pourrions échanger avec l’ensemble de la population lors de la consultation publique sur la gestion de l’eau qui suivra. C’était l’objectif du symposium et il a été atteint », a déclaré le ministre Bégin devant les nombreux participants provenant des milieux scientifiques, techniques, économiques et sociaux qui s’intéressent de près à la préservation et à la mise en valeur de l’eau.

Les divers thèmes abordés lors du Symposium ont donné l’occasion au ministre de l’Environnement et de la Faune de mettre en lumière quelques problématiques particulières. En effet, celui-ci a rappelé notamment que l’omniprésence de l’eau au Québec représentait une situation fort enviable, mais qu’en contrepartie les usages de l’eau augmentaient tout autant que les besoins. Cette situation commandait donc des arbitrages plus difficiles.

En outre, les travaux du symposium ont fait place à la problématique particulière des nappes d’eau souterraines. À cet égard, il apparaît de plus en plus nécessaire de développer nos connaissances, notamment au chapitre de la quantité de cette richesse, de sa disponibilité et de sa localisation afin d’avoir une vision d’ensemble nécessaire à l’implantation de solutions durables en la matière.

Les modes de gestion et les coûts de l’eau ont également fait l’objet de discussions lors du symposium. Pour le ministre, il est également d’actualité de se demander ce que nous voulons faire collectivement avec notre richesse patrimoniale, comment nous voulons la gérer et à quelles fins. M. Bégin a donc réitéré l’engagement du gouvernement d’amorcer, à la suite du symposium, une vaste consultation publique qui constituera la seconde partie du processus devant mener le Québec à une politique de l’eau.

« J’assumerai la responsabilité de cette démarche de consultation. À ce titre, je compte soumettre au gouvernement une proposition définissant les modalités précises de cette consultation », a déclaré le ministre Bégin. Ce dernier s’est également engagé à ce que cette consultation se déroule dans les meilleures conditions et qu’elle soit accessible à tous les intervenants, à tous les groupes et à toute la population afin d’entendre leurs points de vue et leur opinion. En conséquence le ministre de l’Environnement et de la Faune proposera au gouvernement la création d’un fonds de soutien pour la participation des organismes qui auraient besoin d’une aide financière.

Autre élément à noter, un document de consultation sera élaboré afin de présenter à la population certains thèmes spécifiques au Québec et à ses juridictions, thèmes dont devra tenir compte la future politique de l’eau.

« J’entrevois donc la phase deux de notre démarche, devant nous conduire à l’élaboration d’une politique de l’eau conforme aux principe du développement durable, avec enthousiasme », a précisé le ministre Bégin. qui a également invité toute la population du Québec à prendre part activement à cette consultation

Enfin, pour faire suite à l’annonce par le premier ministre du Québec d’un moratoire sur le captage des eaux souterraines à des fins commerciales, le ministre Bégin espère être en mesure de déposer un projet de loi en ce sens au cours de la semaine prochaine.

- 30 -

SOURCE :

Caroline Drouin
Attachée de presse
Cabinet du ministre de l’Environnement et
de la Faune
(418) 521-3911
Courriel : caroline.drouin@mef.gouv.qc.ca

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017