Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqués de presse

PARC DU MONT-TREMBLANT - UNE NOUVELLE VOCATION ET DE NOUVELLES LIMITES TERRITORIALES

Parc du Mont-Tremblant, le 8 juin 1998 - Le ministre de l’Environnement et de la Faune, M. Paul Bégin, a annoncé aujourd’hui la tenue d’une consultation publique en vue de revoir les limites et de procéder à la modification de la classification du parc du Mont-Tremblant, pour en faire un parc de conservation. Cette consultation amènera la tenue d’audiences publiques à Saint-Donat et à Sainte-Agathe-des-Monts les 25 et 26 septembre 1998 respectivement.

Une nouvelle vocation

Pour le ministre Bégin, « le parc du Mont-Tremblant, actuellement classé comme parc de récréation, possède toutes les caractéristiques pour être reconnu comme parc de conservation ». L’imposante superficie du parc du Mont-Tremblant représente plus du tiers du réseau des parcs actuels et presque le quart de l’ensemble des aires protégées au Québec. En plus d’être situé à la tête des eaux de trois grands bassins versants, il contient des éléments représentatifs de deux régions naturelles du Québec », a affirmé le ministre.

« Les impératifs de protection de la nature ne sonnent pas le glas des loisirs de plein air. Comme tous les autres parcs nationaux, les parcs de conservation demeurent ouverts au public et les amateurs de plein air y trouvent la même gamme impressionnante d’activités et de services », a précisé le ministre Bégin.

De nouvelles limites territoriales

Par ailleurs, afin d’harmoniser la vocation de conservation du parc et le développement économique de la Station Mont-Tremblant, une entente de principe est intervenue entre les deux parties. Pour faire en sorte que le développement de la Station Mont-Tremblant se réalise à l’extérieur du parc, comme c’est le cas dans tous les parcs nationaux, des ajustements aux limites s’avèrent nécessaires. Ces ajustements consacreront les nouvelles orientations du parc, car le territoire qu’occupera dorénavant la Station Mont-Tremblant dans le parc sera assujetti aux objectifs de conservation de la classification proposée. « Cette entente, ajoutait M. Bégin, reconnaît la vocation inestimable de conservation du parc, tout comme elle reconnaît l’importance économique des retombées imputables au développement d’une station de calibre international. »

La consultation publique aura aussi pour but de revoir certaines limites du parc afin de faciliter la gestion des organismes situés en périphérie. Enfin, le ministre propose la mise en place d’une table d’harmonisation où tous les représentants du milieu régional auront l’occasion de se concerter à l’égard du développement du parc, notamment dans la perspective où l’écotourisme est en pleine croissance, un nouveau type de tourisme dont les parcs sont des destinations privilégiées.

C’est en vertu de la Loi sur les parcs du Québec qu’une consultation publique doit être tenue pour modifier la classification ou les limites d’un parc. Le ministre souhaite que la population et les organismes soient nombreux à s’exprimer au cours de cette consultation. « Le succès d’une telle entreprise, a conclu M. Bégin, repose sur la concertation constante et la participation de tous les intervenants publics ou privés. Je suis persuadé que les intervenants du Parc du Mont-Tremblant seront au rendez-vous. »

- 30 -

POUR INFORMATION :

Caroline Drouin
Attachée de presse
Cabinet du ministre
(418) 521-3911
Jean-Pierre Guay
Direction des parcs québécois
(418) 644-3112

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017