Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqués de presse

UN PLAN DE GESTION DE 5 ANS POUR LE CARIBOU DE CHARLEVOIX

Baie-Saint-Paul, le 28 septembre 1998 - La Direction régionale de Québec du ministère de l’Environnement et de la Faune (MEF) a rendu public aujourd’hui, en conférence de presse, son Plan de gestion du caribou de Charlevoix. En vigueur pour les cinq prochaines années, ce plan de gestion a été élaboré en collaboration avec les intervenants socio-économiques de la région et s’appuie sur des consensus régionaux forts et bien articulés.

Assurer la sauvegarde

À partir de l’analyse des causes du faible accroissement du caribou de Charlevoix au cours des 25 dernières années, il a été constaté que la conservation de cette espèce n’est pas assurée à court et à moyen terme. Le but premier du Plan de gestion du caribou de Charlevoix est donc d’assurer la sauvegarde de cette harde de caribous. Ainsi, de 1998 à 2002, le Plan de gestion poursuivra la réalisation des trois objectifs suivants :

  • s’assurer que l'effectif de la harde se maintient à au moins 100 caribous ;
  • viser une augmentation graduelle de l'effectif de la harde de 5 % par année environ ;
  • identifier et protéger les habitats requis pour garantir au caribou la présence des éléments essentiels à son cycle vital.

Mesures proposées

Les mesures proposées pour atteindre les objectifs fixés ont trait à la conservation de l’espèce, à la conservation de l’habitat, à un programme de recherche sur l’écologie du caribou de Charlevoix, aux activités d’interprétation, ainsi qu’au comité de suivi du plan de gestion.

Sur la conservation de l’espèce, le plan de gestion veut minimiser l’impact de la prédation que peut exercer le loup surtout et, dans une moindre mesure, l’ours noir, considérés comme étant les deux principaux prédateurs. Toutefois, le plan de gestion ne propose aucune mesure pour réduire la présence des prédateurs dans le parc des Grands-Jardins. À l’extérieur du Parc, le piégeage du loup et de l’ours noir sera maintenu selon les modalités usuelles de la réglementation applicable. Le but poursuivi est d’atteindre un équilibre prédateur-proie qui permettra à la harde de caribous de se maintenir et d’augmenter ses effectifs graduellement, tout en assurant la perpétuation du loup et de l’ours noir.

Le Plan de gestion propose également la réalisation d’un programme de recherche sur l’écologie du caribou. Les résultats de cette étude préciseront l’utilisation de l’habitat en fonction des saisons et permettront éventuellement d’accorder une protection légale aux composantes végétales servant lors de la mise bas, du rut ou pendant la période de l’alimentation hivernale. À cet égard, le plan de gestion poursuit l’objectif d’en arriver à accorder un statut légal à l’habitat du caribou de Charlevoix.

Le Plan de gestion du caribou de Charlevoix prévoit enfin mieux structurer l’éthique d’observation dans le parc des Grands-Jardins. Un code d’éthique sera publié et rendu disponible auprès de tous les intervenants. De manière concomitante, tous les organismes qui offrent des activités d’observation à l’extérieur du parc des Grands-Jardins seront sensibilisés et invités à appliquer les mêmes normes d’observation.

Comité de suivi

Afin de s’assurer que la mise en œuvre du Plan de gestion du caribou de Charlevoix progresse normalement, un comité permanent de suivi du plan de gestion est créé. Ce comité est composé de représentants d’organismes du milieu de Charlevoix et de représentants de la Direction régionale de Québec du MEF. D’autres ressources pourront se joindre à ce comité au besoin.

« Ce premier Plan de gestion du caribou de Charlevoix constitue une étape cruciale dans la mise en œuvre des moyens destinés à assurer sa sauvegarde. Grâce à l’implication soutenue des différents organismes socio-économiques de Charlevoix, ce plan de gestion a toutes les chances d’atteindre les objectifs qui lui sont fixés et de contribuer positivement au développement économique de la région », a conclu monsieur Jacques Rivard, directeur régional de Québec, au ministère de l’Environnement et de la Faune.

- 30 -

SOURCE :

Christian Sasseville
Direction régionale de Québec
Environnement et Faune - Québec
Tél. : (418) 386-8000, poste 230

POUR INFORMATION :

Daniel Banville, biologiste
Direction régionale de Québec
Environnement et Faune - Québec
Tél. : (418) 644-8844, poste 305

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017