Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqués de presse

PLAN D'ACTION QUÉBÉCOIS SUR LA GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES 1998-2008

LE MINISTRE BÉGIN RENCONTRE LES INTERVENANTS DU BAS-SAINT-LAURENT ET DE LA GASPÉSIE-ÎLES-DE-LA-MADELEINE

Mont-Joli, le 22 octobre 1998 - Le ministre de l'Environnement et de la Faune, M. Paul Bégin, poursuivait aujourd'hui, à Mont-Joli, sa tournée régionale pour le lancement du Plan d'action québécois sur la gestion des matières résiduelles 1998-2008.

« Chacun est appelé à prendre ses responsabilités à l'égard des déchets et à participer à l'effort collectif de l'ensemble des Québécoises et des Québécois en vue d'assurer la gestion des matières résiduelles dans le respect des principes du développement durable. Cette tournée est d'autant plus importante qu'elle est l'occasion privilégiée de rencontrer les intervenants locaux et régionaux, à qui s'adresse de très près le nouveau Plan d'action québécois », a voulu souligner le ministre Bégin.

Rappelons que par les 29 actions bien précises qu'il propose, le Plan d'action québécois vise à mettre en valeur plus de 65 % des 7,1 millions de tonnes de matières résiduelles récupérables annuellement. Il permettra également le renforcement de la sécurité des activités d'élimination.

À cet égard. le bilan de la gestion des matières résiduelles dans le Bas-Saint-Laurent et dans la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine révèle des résultats positifs. Ce bilan démontre notamment que les organismes municipaux et les entreprises ont accéléré, au cours des dernières années, la mise en place d'outils pour mettre en valeur les matières résiduelles.

Dans le Bas-Saint-Laurent

Ainsi, dans le Bas-Saint-Laurent, quelque 94 municipalités offraient, en 1997, des services de collecte sélective, desservant plus de 70 % de la population. Par ailleurs, 51 municipalités réparties dans trois MRC possèdent un programme de gestion des textiles depuis 1996. La majorité des activités de récupération de la région ont été amorcées depuis une dizaine d'années. Les efforts déployés par le monde municipal, les entreprises et les groupes environnementaux commencent à donner des bénéfices.

Plus particulièrement, on dénombre 22 récupérateurs sur l'ensemble du territoire du Bas-Saint-Laurent, dont six font également du tri. La région profite aussi de la présence de deux centres de formation en entreprise et récupération. Ces centres, situés à Mont-Joli et à Trois-Pistoles, permettent à des jeunes d'acquérir une formation pratique à la récupération du papier, du plastique, du verre et des métaux tout en favorisant leur intégration au marché du travail.

On compte également une dizaine de recycleurs oeuvrant dans six secteurs différents : les matières compostables, les métaux ferreux, les fibres, les résidus de papetières, les résidus inorganiques industriels et les pneus. Quatre de ces dix entreprises font notamment leur marque dans le domaine des matières compostables.

Par ailleurs, le Bas-Saint-Laurent accueille cinq centres de traitement des boues exploités par l'entreprise privée. Ces boues sont utilisées aux fins de valorisation agricole ou sylvicole. Au moins deux papetières et quatre usines de transformation du bois de la région utilisent des résidus ligneux comme source d'énergie. Enfin, une cinquantaine de collectes de résidus domestiques dangereux sont organisées annuellement, sur une base volontaire, par les municipalités et les entreprises, ces initiatives étant appréciées par près de 58 % de la population régionale.

Dans la Gaspésie-Îles-de-la Madeleine

Pour sa part, la région de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine est tout aussi active, accueillant des services adaptés tant au contexte de la péninsule gaspésienne qu'à celui de l'archipel des Îles dont l'écosystème est particulièrement fragile.

Ainsi, quelque 42 municipalités offraient, en 1997, des services de collecte sélective sur l'ensemble du territoire, le pourcentage de la population desservie s'élevant à plus de 67 %.

La région accueille depuis 1995 un centre de formation en entreprise et récupération. Déjà, en 1997, ce centre, situé à Chandler, récupérait notamment les peintures pour les dix municipalités de la MRC de Pabos.

Pour leur part, conscients de la fragilité de l'écosystème et de leur situation géographique, les Madelinots se sont dotés d'installations uniques au Québec en créant un Centre de tri-compostage-incinération. Ce centre procède au tri des matières résiduelles sèches et humides par une collecte à trois voies et par des opérations de tri effectuées sur place. Les résidus y sont ensuite récupérés, compostés ou incinérés.

Dans la région de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, on dénombre neuf municipalités offrant un programme de gestion des résidus compostables. Pour sa part, le Centre de tri-compostage-incinération des Îles-de-la-Madeleine, qui procède déjà à des activités de compostage de résidus domestiques, reçoit les résidus de crustacés sur une base expérimentale, ce compost étant destiné au réaménagement d'anciennes sablières ou à des fins horticoles.

Il existe également des entreprises qui procèdent au compostage d'un mélange de résidus de poisson, de crustacés, de copeaux de bois ou d'algues marines. Une d'entre elles se spécialise dans l'extraction de la chitine à partir de résidus de crevettes, substance notamment utilisée en alimentation et en pharmacologie.

La région compte également quelques compagnies qui valorisent, par épandage sur des terres agricoles, des résidus de crustacés et de mollusques broyés comme amendement calcaire. Une compagnie de Gaspé récupère des résidus de produits marins pour ensuite les acheminer vers des usines d'équarrissage ou des usines de production de farine de poisson localisées à l'extérieur de la région.

« Voilà autant de réalisations qui sont porteuses d'avenir pour la gestion des matières résiduelles de la région du Bas-Saint-Laurent et de celle de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine. Ici, comme partout ailleurs, le succès du Plan d'action québécois repose sur l'engagement des intervenants et de l'ensemble des Québécois et des Québécoises. Nous devons tous, d'ores et déjà, apprendre à jeter autrement car les gestes que nous posons aujourd'hui auront un impact sur notre environnement et, surtout, sur celui de nos enfants. Pour eux, nous nous devons d'agir solidairement et de protéger la nature du Québec », de conclure le ministre Bégin.

- 30 -

SOURCE :

Caroline Drouin
Attachée de presse du ministre
de l'Environnement
et de la Faune
Tél. : (418) 521-3911
Louise Barrette
Direction des affaires
institutionnelles et des ommunications
Tél .: (418) 521-3823, poste 4163

POUR INFORMATION :

François Gaumond
Direction régionale de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine
Tél. : (418) 763-3301, poste 230
Claude Côté
Direction régionale du Bas-Saint-Laurent
Tél. : (418) 727-3511, poste 284

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017