Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqués de presse

UNE RECONNAISSANCE INTERNATIONALE POUR LES TERRES HUMIDES DU LAC SAINT-PIERRE

Sorel, le 23 octobre 1998 - C'est avec un plaisir évident que le ministre de l'Environnement et de la Faune, M. Paul Bégin, et le ministre des Relations internationales, M. Sylvain Simard, accompagnés de nombreux organismes et partenaires du milieu, annonçaient aujourd'hui la désignation des terres humides du Lac Saint-Pierre, comme Site Ramsar. Cette reconnaissance, sur le plan international, d'un territoire québécois de 122,04 km2, en périphérie du Lac Saint-Pierre, venait couronner les efforts du Ministère ainsi que de ses partenaires. Rappelons que le ministre de l'Environnement et de la Faune avait déposé en août 1997, à son homologue du gouvernement fédéral, la candidature du site du Lac Saint-Pierre afin qu'il soit reconnu par le Bureau de la Convention RAMSAR.

« Depuis 10 ans, mon ministère et les intervenants régionaux ont conjugué leurs efforts pour protéger cet habitat exceptionnel. Grâce à ce travail de partenariat exemplaire, nous avons réussi à conserver 95 % des terres humides du Lac Saint-Pierre. Nous traversons aujourd'hui une autre étape importante vers la conservation des terres humides du Lac Saint-Pierre, et je tiens à féliciter tous les artisans qui ont travaillé à cette reconnaissance », a souligné le ministre Bégin.

« La désignation de cette partie de mon comté comme Site Ramsar, de dire le ministre Sylvain Simard, démontre clairement la volonté non seulement du gouvernement du Québec mais aussi, de gens directement concernés sur le terrain, de prendre part à l'effort mondial de préservation de notre planète. Il illustre de façon éclatante la réussite d'efforts convergents déployés par les uns et les autres et l'intérêt que représente notre région dans le vaste répertoire des richesses naturelles de la Terre. »

Le site du Lac Saint-Pierre est composé d'habitats exceptionnels pour la faune, notamment pour la sauvagine migratrice. À mi-chemin sur la voie migratoire de l'Atlantique, le Lac Saint-Pierre et ses habitats riverains sont un des principaux couloirs utilisés en Amérique du Nord lors des migrations de la sauvagine. La notoriété de ce secteur est fortement associée à sa halte migratoire où plus de 350 000 oies, bernaches et canards s'y arrêtent chaque printemps, ce qui représente environ 50 % des bernaches du Canada, 30 % des canards barboteurs et 25 % des oies des neiges faisant une halte le long du fleuve Saint-Laurent.

Situé dans les circonscriptions foncières de Trois-Rivières, Maskinongé, Berthier, Richelieu et Nicolet et sur le territoire des MRC de Maskinongé, d'Autray, du Bas-Richelieu et de Nicolet-Yamaska, le territoire désigné est constitué de 69,48 km2 appartenant au gouvernement du Québec, dont 15,91 km2 au ministère de l'Environnement et de la Faune, et de 31,78 km2 appartenant à Environnement-Canada, à Pêches et Océans Canada ainsi qu'au ministère de la Défense Nationale. Finalement, 20,78 km2 de terrains appartiennent à des partenaires, soit la Fondation de la Faune du Québec (FFQ), la Société d'aménagement récréatif pour la conservation de l'Environnement du Lac Saint-Pierre (SARCEL), la Société de conservation, d'interprétation et de recherche de Berthier et ses îles (SCIRBI) ainsi que de la Société canadienne pour la conservation de la nature (SCCN).

La Convention RAMSAR

La Convention relative aux zones humides d'importance internationale, également connue sous le nom de Convention RAMSAR, du nom de la ville d'Iran où elle a été adoptée en 1970, vise principalement à enrayer la perte des terres humides et à assurer la conservation ainsi qu'une utilisation rationnelle et durable des milieux humides d'importance internationale pour les générations futures. C'est le seul traité environnemental qui soit consacré à un écosystème particulier : les zones humides. Il prévoit un cadre de collaboration internationale en vue de la conservation des habitats des terres humides de la Planète et exige qu'aucune activité permise ne modifie ou ne détruise le caractère écologique de la zone humide. Aujourd'hui, 106 États et pays font partie de la Convention RAMSAR et protègent 896 sites d'importance sur une superficie de 67,495,424 hectares, soit plus de 67,000 km2. Quatre sites québécois sont maintenant reconnus par la Convention RAMSAR, soit la réserve nationale de faune de Cap Tourmente, celle de la baie de l'Isle-Verte, celle du lac Saint-François ainsi que les terres humides du Lac Saint-Pierre.

La désignation des terres humides du Lac Saint-Pierre comme Site RAMSAR constitue un moyen additionnel de protection afin que tout projet d'aménagement soit examiné attentivement et que toutes les mesures pour réduire les impacts soient étudiées en profondeur, préparées à l'avance de façon adéquate et mises en œuvre avant toute modification de l'état du lieu. Cette reconnaissance permet également de mettre en évidence la valeur du site ainsi que les actions qui ont été entreprises pour protéger ces habitats humides. « Il ne fait aucun doute, de conclure le ministre Bégin, que la reconnaissance internationale des terres humides du Lac Saint-Pierre comme Site RAMSAR favorisera le maintien de l'engagement des Québécois et Québécoises à leur protection et permettra d'initier de nouveaux projets de développement écotouristique ».

- 30 -

SOURCE :

Renée Lebrun
Direction des affaires institutionnelles
et des communications
Tél. : (418) 521-3823, poste 4189
Courriel : renee.lebrun@mef.gouv.qc.ca

POUR INFORMATION :

Caroline Drouin
Attachée de presse du ministre
de l'Environnement et de la Faune
Tél. : (418) 521-3911

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017