Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqués de presse

PLAN D'ACTION QUÉBÉCOIS SUR LA GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES 1998-2008
LE MINISTRE BÉGIN POURSUIT SA TOURNÉE RÉGIONALE ET RENCONTRE LES INTERVENANTS DE L'ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

Val d'Or, le 29 octobre 1998 - Le ministre de l'Environnement et de la Faune, M. Paul Bégin, poursuivait aujourd'hui, à Val d'Or, sa tournée régionale pour le lancement du Plan d'action québécois sur la gestion des matières résiduelles 1998-2008.

« Chacun est appelé à prendre ses responsabilités à l'égard des déchets et à participer à l'effort collectif de l'ensemble des Québécoises et des Québécois en vue d'assurer la gestion des matières résiduelles dans le respect des principes du développement durable. Un succès, cette tournée était d'autant plus importante qu'elle a été l'occasion privilégiée de rencontrer les intervenants locaux et régionaux, à qui s'adresse de très près le nouveau Plan d'action québécois », a voulu souligner le ministre Bégin.

Rappelons que par les 29 actions bien précises qu'il propose, le Plan d'action québécois vise à mettre en valeur plus de 65 % des 7,1 millions de tonnes de matières résiduelles récupérables annuellement. Il permettra également le renforcement de la sécurité des activités d'élimination.

À cet égard, le portrait de la gestion des matières résiduelles en Abitibi-Témiscamingue révèle des résultats positifs. Ce portrait démontre qu'au cours des dernières années les organismes municipaux et les entreprises ont marqué des progrès, notamment en ce qui a trait à la mise en valeur des matières résiduelles.

Ainsi, quelque 76 municipalités de l'Abitibi-Témiscamingue offraient, en 1997, des services de collecte sélective, le pourcentage de la population desservie s'élevant à près de 85 %.

Depuis 1997, l'implantation d'une déchetterie centrale et d'un dépôt permanent de résidus domestiques dangereux à côté du centre de tri multimatériaux de Rouyn-Noranda permet la récupération des résidus de matériaux secs, des produits de longue durée et des résidus domestiques dangereux sur le territoire de la MRC Rouyn-Noranda.

D'autres entreprises de récupération et de recyclage sont actives en Abitibi-Téminscamingue. Elles récupèrent essentiellement des matières entreposées au dépôt de matériaux secs de Val-d'Or, des métaux ferreux et non ferreux, des carcasses-automobiles et des électroménagers.

Les cendres provenant de l'incinération de résidus forestiers sont utilisées comme amendement dans des projets de valorisation agricole. Par exemple, des agriculteurs des environs de La Sarre utilisent de grandes quantités de cendres produites par l'entreprise privée.

La région est aussi particulièrement très active dans le domaine de la mise en valeur des boues. Les trois lieux autorisés à recevoir des boues de fosses septiques visent leur mise en valeur à court ou à moyen terme. La MRC Abitibi-Ouest propose l'utilisation des boues compostées dans un projet pilote de valorisation sylvicole. Une entreprise privée traite et composte, à d'Alembert, des boues provenant de la MRC Rouyn-Noranda. Dans la MRC Vallée-de-l'Or, les boues de fosses septiques et les boues de l'usine de traitement des eaux usées de la ville de Val-d'Or servent, une fois mélangées à des résidus forestiers, à restaurer le parc à résidus miniers East Sullivan, géré par le ministère des Ressources naturelles.

Des agriculteurs de la MRC Abitibi utilisent, dans le cadre de projets pilotes, des boues biologiques issues du système de traitement des eaux usées de Norkraft Quévillon. L'utilisation de telles boues pour restaurer ou remettre en végétation des parcs à résidus ligneux ou des parcs à résidus miniers connaît un essor remarquable depuis un an.

Depuis 1991, on constate un engouement croissant quant à l'utilisation de résidus forestiers aux fins énergétiques. En effet, les usines de pâtes et papiers de même que plusieurs scieries brûlent des résidus forestiers, dans des chaudières à écorces, pour produire de la vapeur utilisée dans leur procédé industriel. De plus, l'usine de cogénération de huit mégawatts de Tembec inc., seule usine de cogénération de la région, brûle des résidus forestiers, ses boues primaires et secondaires (cette entreprise traite les eaux usées de la ville de Témiscaming) de même que des rebuts de papier et de carton.

Enfin, les résidus domestiques dangereux font l'objet de préoccupations constantes. La ville de Val-d'Or en est à sa cinquième collecte annuelle et des intervenants du secteur de Rouyn-Noranda ont organisé une collecte annuelle de ces résidus entre 1990 et 1996, soit avant l'ouverture d'un dépôt permanent à Rouyn-Noranda. Il faut également souligner les initiatives de récupération des résidus domestiques dangereux de certaines chaînes de détaillants en ce qui concerne, entre autres, les restes de peinture, les médicaments périmés, les batteries d'automobiles et les huiles usées.

« Voilà autant de réalisations qui sont porteuses d'avenir pour la gestion des matières résiduelles en Abitibi-Témiscamingue. Ici, comme partout ailleurs, le succès du Plan d'action québécois repose sur l'engagement des intervenants et de l'ensemble des Québécois et des Québécoises. Nous devons tous, d'ores et déjà, apprendre à jeter autrement car les gestes que nous posons aujourd'hui auront un impact sur notre environnement et, surtout, sur celui de nos enfants. Pour eux, nous nous devons d'agir solidairement et de protéger la nature du Québec », de conclure le ministre Bégin.

- 30 -

SOURCE :

Caroline Drouin
Attachée de presse du ministre
de l'Environnement et de la Faune
Tél .: (418) 521-3911
Louise Barrette
Direction des communications
Tél.: (418) 521-3823, poste 4163

POUR INFORMATION :

Claire Firlotte
Direction régionale de l'Abitibi-Témiscamingue
Tél.: (819) 763-3333, poste 284

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017