Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqués de presse

CHANGEMENTS CLIMATIQUES

QUÉBEC FRANCHIT UNE ÉTAPE IMPORTANTE DANS SA LUTTE
POUR LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE

Montréal, le 24 mars 1999 - « Le Québec franchit une étape importante dans la mise en œuvre de la Convention-Cadre des Nations unies sur les changements climatiques par la mise sur pied d'un mécanisme québécois de concertation sur les changements climatiques qui mettra à contribution l'ensemble des partenaires québécois » a déclaré le ministre de l'Environnement, monsieur Paul Bégin, participant à l'inauguration du Salon AMÉRICANA 1999.

Afin de mener à bien cette opération, le Comité interministériel sur les changements climatiques (CICC) s'est enrichi de représentants et représentantes de 14 ministères et organismes du gouvernement du Québec préoccupés par la problématique des changements climatiques. Ce comité, présidé conjointement par le ministère de l'Environnement et celui des Ressources naturelles, jouera un rôle déterminant de concertation et de cohésion gouvernementale en matière de changements climatiques et soumettra au gouvernement du Québec des stratégies et des plans d'action à court, à moyen et à long terme ainsi qu'un échéancier d'implantation de ces actions au Québec.

Le Québec fidèle à son engagement

Rappelons que depuis l'adhésion du Québec à la Convention-Cadre en 1992, le Québec a traduit son engagement en posant plusieurs gestes significatifs. Le Québec n'a pas ménagé ses énergies dans le dossier des changements climatiques et continuera d'aller de l'avant. Tel que le mentionnait le premier ministre du Québec, monsieur Lucien Bouchard, dans son discours inaugural d'ouverture de la 36e législature à l'Assemblée nationale, une stratégie québécoise sur les changements climatiques, qui permettra au Québec de respecter les objectifs fixés à Kyoto, sera élaborée prochainement.

La mise en oeuvre du mécanisme de concertation québécois

Le mécanisme de concertation, dont s'est doté le CICC, vise à mobiliser les ressources humaines et financières et à coordonner les efforts du gouvernement du Québec et de ses partenaires québécois vers l'élaboration d'un plan de travail québécois qui tienne compte des particularités et des caractéristiques du Québec en matière d'émissions de gaz à effet de serre (GES). Ce plan comprendra des mesures de réduction des GES correspondant aux objectifs identifiés dans le Protocole de Kyoto, adopté en 1997, et qui ont été identifiés pour le Canada, à 6% de réduction par rapport au niveau de 1990, pour la période s'étendant de 2008 à 2012.

Dix groupes de travail québécois

En plus de la mise sur pied d'un comité conseil externe composé de représentants et de représentantes de différents secteurs, un total de 10 groupes de travail sectoriels formés d'experts provenant de milieux gouvernementaux et non gouvernementaux sont déjà à pied d'oeuvre. Ils portent sur les forêts et l'agriculture, sur les transports, sur la science et l'adaptation, sur la consommation énergétique dans les bâtiments, sur l'industrie, sur la production d'énergie, sur les instruments économiques, sur la modélisation, sur l'aménagement du territoire ainsi que sur la sensibilisation et l'éducation du public. Les travaux de ces groupes de travail sont dirigés par des coprésidents, membres du groupe d'intégration responsable de la synthèse des travaux des groupes de travail.

Le mécanisme de concertation comprend également une équipe dédiée du ministère de l'Environnement chargée notamment, d'élaborer et de proposer aux groupes de travail et au groupe d'intégration des éléments de politiques et de programmes adaptés à un ensemble de problématiques reliées aux changements climatiques. De plus, un Forum composé de la cinquantaine de représentantes et de représentants québécois qui participent, parmi d'autres personnes en provenance du reste du Canada, aux 16 tables sectorielles thématiques mises sur pied par le Secrétariat fédéral-provincial-territorial (NAIC-CC), complète le mécanisme de concertation québécois.

L'échéancier de travail

Les travaux d'identification et d'évaluation des mesures de réduction des GES se poursuivront jusqu'en septembre 1999 et seront suivis de la rédaction d'une proposition de plan d'action. Une consultation publique se tiendra au début de l'an 2000 et une décision finale du Conseil des ministres est prévue en mai de l'an 2000.

Le ministre Paul Bégin a tenu à rappeler que la concertation constitue le principe fondamental à la base de la planification stratégique du Québec et qu'en vertu de ce principe, toutes les clientèles susceptibles d'aider à la résolution des émissions de GES seront associées à la démarche gouvernementale et les nouvelles mesures à mettre en place seront déterminées avec les intervenants concernés. « En élaborant, de façon concertée, une planification stratégique globale, nous allons non seulement développer ensemble des mesures novatrices qui vont nous mener à l'atteinte des objectifs du Protocole de Kyoto mais nous allons sûrement développer également des avantages aux plans national et international », a conclu le Ministre.

- 30 -

SOURCE :

Renée Lebrun
Direction des communications
Tél. : (418) 521-3823, poste 4189
Caroline Drouin
Attachée de presse
Cabinet du ministre de l'Environnement
Tél. : (418) 521-3911

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017