Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqués de presse

SALON AMERICANA 1999

LE MINISTRE BÉGIN DÉVOILE LES GRANDES ORIENTATIONS DU MINISTÈRE DE L'ENVIRONNEMENT POUR 1999-2000

Montréal, le 24 mars 1999 - À l'occasion de l'ouverture du Salon des technologies environnementales des Amériques, AMERICANA 1999, le ministre de l'Environnement, M. Paul Bégin, a dévoilé les orientations stratégiques qui occuperont l'agenda du ministère de l'Environnement pour 1999-2000.

« À quelques mois seulement de l'an 2000, alors que s'achève un siècle d'abondance et de surconsommation dans les pays industrialisés, nous avons plus que jamais besoin d'imagination et de créativité pour assurer la préservation de nos ressources naturelles et de nos milieux de vie. Ici, au Québec, les enjeux auxquels nous consacrerons nos énergies de façon prioritaire sont la gestion des matières résiduelles, la gestion de l'eau, les changements climatiques et l'agriculture durable » a précisé le ministre Bégin.

Le Plan d'action québécois sur la gestion des matières résiduelles 1998-2008

Avec pour objectif de mettre en valeur 65 % des matières résiduelles récupérables annuellement, le succès du Plan d'action québécois sur la gestion des matières résiduelles 1998-2008, rendu public en septembre 1998, repose sur une approche de responsabilité partagée dans le domaine de la mise en valeur, c'est-à-dire sur une répartition équitable du financement entre les industries, les municipalités et le gouvernement.

Cette approche, a poursuivi le ministre Bégin, se concrétisera, entre autres, par l'adoption prochaine d'une réglementation obligeant les entreprises concernées à récupérer et à mettre en valeur les emballages et les imprimés ou à contribuer au financement de la collecte sélective. Une réduction des coûts pour les municipalités en résultera, ce qui devra les inciter à s'engager progressivement dans la collecte de la matière putrescible. Des plans de gestion intégrée devront aussi être élaborés par les municipalités régionales de comté et les communautés urbaines.

La gestion de l'eau

Dans ce domaine, un grand débat d'idées et d'idéologies s'amorce au Québec avec la consultation publique sur la gestion de l'eau.

« Lors du Symposium sur la gestion de l'eau en décembre 1997, les Québécoises et les Québécois ont réclamé cette vaste consultation populaire. Parce que l'eau est une ressource fondamentale et vitale, son utilisation et sa préservation nous préoccupent tous » a rappelé le ministre Bégin.

En octobre dernier, le ministre de l'Environnement confiait au Bureau d'audiences publiques sur l'environnement la tenue de cette consultation qui vient de commencer. Elle se poursuivra tout au cours de l'année et se déplacera dans l'ensemble des régions du Québec.

« L'eau est la plus précieuse ressource renouvelable au Québec en plus d'être un milieu de vie pour des dizaines d'espèces fauniques et floristiques. C'est pourquoi le respect de la qualité du milieu et la pérennité de la ressource apparaissent fondamentaux dans le débat qui s'amorce. La politique québécoise de l'eau qui sera élaborée devra refléter ces réalités en plus de s'inscrire dans la stratégie économique du gouvernement québécois qui fait du développement durable un axe prioritaire pour le Québec » a souligné le ministre Bégin.

Les changements climatiques

Les variations climatiques occasionnées par les gaz à effet de serre ont déjà eu des conséquences pour le moins néfastes pour le Québec, dont les inondations au Saguenay en 1996 et le verglas de janvier 1998. Il est donc impératif, a rappelé le ministre Bégin, que le Québec agisse en ce domaine, à l'appui de la communauté internationale qui, comme notre société, juge primordial de s'en préoccuper dès maintenant.

Dans la foulée des engagements de Rio, les premières actions du Québec en ce domaine remontent déjà à 1994 quand il a adopté son propre plan d'action sur les changements climatiques. Ce plan sera revu à la lumière des engagements pris à Kyoto, en décembre 1997, visant une réduction des gaz à effets de serre de 6 % par rapport aux émissions de 1990 pour l'ensemble du Canada, d'ici 2008 à 2012.

« Un projet de plan révisé, précisant les éléments de mise en oeuvre de la stratégie québécoise, sera produit d'ici la fin de 1999 et une consultation sur ce sujet devrait avoir lieu au cours de l'an 2000. À cette fin, le ministère de l'Environnement sera doté dès cette année de ressources supplémentaires de plusieurs millions de dollars. Cet apport financier important témoigne de l'engagement du gouvernement à participer à la résolution des problématiques atmosphériques planétaires et à contribuer à bâtir un environnement plus sain pour les générations actuelles et futures » a annoncé le ministre Bégin.

L'agriculture durable

« Pilier traditionnel de l'économie québécoise, l'agriculture est appelée à prendre un essor considérable au cours des prochaines année. Afin de préserver à la fois l'environnement et l'avenir de cette industrie extrêmement sensible aux éléments de la nature, nous devons travailler avec les producteurs agricoles et l'ensemble des intervenants pour instaurer au Québec des pratiques agricoles conformes aux principes du développement durable » a souligné le ministre Bégin.

C'est pourquoi, en concertation avec ses principaux partenaires, le ministère de l'Environnement travaille actuellement à l'élaboration d'une stratégie pour assurer la protection des écosystèmes en milieu agricole. Cette stratégie visera plus particulièrement à diminuer les charges d'origine agricole en phosphore, en azote, en nitrate et en pesticides dans les bassins versants à vocation agricole.

Par ailleurs, au cours de 25 dernières années au Québec, la superficie totale des terres québécoises traitées avec des herbicides ou des insecticides a considérablement augmenté. La réduction de ce type de pollution a donc également été identifiée comme prioritaire dans l'élaboration la stratégie de réduction de la pollution d'origine agricole.

Une réflexion sur notre régime de protection de l'environnement

Datant de 25 ans, le régime environnemental québécois a été conçu dans un contexte économique très différent du contexte actuel. Plus particulièrement, le régime actuel de protection de l'environnement offre peu de variété dans les moyens d'intervention et favorise peut-être une déresponsabilisation de certains acteurs.

« Je crois personnellement qu'il serait temps d'établir un diagnostic sur sa capacité de s'attaquer aux grands enjeux environnementaux et de répondre aux besoins et aux réalités du 3e millénaire. Je me propose donc d'amorcer une réflexion en profondeur sur le régime actuel de protection de l'environnement, en concertation avec tous nos partenaires, afin de déterminer s'il nous faut nous engager dans un processus de révision. Si nous obtenons un consensus sur cette nécessité, nous pourrons aller plus loin et faire des propositions en vue de mieux adapter notre régime de protection de l'environnement aux réalités et aux exigences les plus actuelles » a conclu le ministre Bégin.

- 30 -

SOURCE :

Louise Barrette
Direction des communications
Tél. : (418) 521-3823, poste 4163
Caroline Drouin
Attachée de presse
Cabinet du ministre de l'Environnement
Tél. : (418) 521-3911

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017