Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqués de presse

QUÉBEC LANCE UN PROGRAMME D’AIDE AUX ENTREPRISES D’ÉCONOMIE SOCIALE EN ENVIRONNEMENT DE 17 MILLIONS DE DOLLARS

Québec, le 1er décembre l999 - Le ministre de l’Environnement, ministre du Revenu et ministre responsable de la région de Québec, monsieur Paul Bégin, le ministre des Régions, monsieur Jean-Pierre Jolivet et la ministre des Affaires municipales et de la Métropole, madame Louise Harel, ont annoncé aujourd’hui, en présence du président de l’Association des centres locaux de développement du Québec, monsieur Yvon Leclerc, et de la présidente du Chantier sur l’économie sociale, madame Nancy Neamtan, un nouveau Programme d’aide aux entreprises d’économie sociale œuvrant dans le domaine de la gestion des matières résiduelles.

Doté d’une enveloppe de 17 millions de dollars sur 5 ans, ce nouveau programme qui s’inscrit dans la foulée du Sommet sur l’économie et l’emploi de l’automne 1996, favorisera le démarrage de nouvelles entreprises d’économie sociale ainsi que la consolidation d’entreprises qui exercent déjà leurs activités dans les différentes régions du Québec. Une enveloppe de 5 millions de dollars est disponible dès cette année si bien qu’une quinzaine d’entreprises pourront déjà en bénéficier d’ici le 31 mars 2000.

« C’est un pas de plus qui est franchi aujourd’hui dans la mise en œuvre du Plan d’action québécois sur la gestion des matières résiduelles », a déclaré d’entrée de jeu le ministre Bégin. Ces entreprises qui donnent une seconde vie à des objets tels les électroménagers, les vêtements, les ordinateurs, les résidus de construction et une foule d’autres matières rebutées, sont reconnues comme les précurseurs de la récupération et de la mise en valeur au Québec. Encore aujourd’hui, elles sont appelées à jouer un rôle déterminant dans ce domaine et c’est pourquoi il était essentiel de leur fournir les ressources nécessaires à leur développement. « Nul doute que ce programme, parfaitement adapté à leurs besoins, leur donnera l’impulsion nécessaire pour faire face aux nouveaux défis qui se présentent » a ajouté le ministre.

Les CLD comme porte d’entrée des demandes d’aide financière

Afin d’assurer le meilleur accompagnement possible aux entreprises d’économie sociale, l’administration du programme sera assurée par les Centres locaux de développement (CLD) en vertu d’une entente signée lors de la conférence de presse par les trois ministres et le président de l’Association des centres locaux de développement du Québec (ACLDQ).

Pour le ministre Jolivet : « Confier la gestion terrain de ce programme aux CLD représente un vote de confiance du gouvernement à leur égard. On reconnaît ainsi la légitimité de la fonction des agents de développement des CLD pour la livraison des services de l’État. »

Pour la ministre Harel, les CLD étaient tous désignés pour prendre en charge l’administration de ce programme : « Forts de l’expérience acquise depuis 2 ans, ils sont les mieux placés pour supporter les entrepreneurs de l’économie sociale dans les diverses phases de développement de leurs projets » a-t-elle déclaré.

Les CLD agiront comme porte d’entrée des demandes de subvention conformément à leur mandat d’intégrer dans un guichet multiservices les mesures d’aide et de soutien technique et financier à l’entrepreneuriat. Après analyse, les demandes seront soumises au Comité d’évaluation formé de représentants des ministères de l’Environnement, des Affaires municipales et de la Métropole ainsi que de l’Association des régions du Québec, de l’Association des centres locaux de développement du Québec, du Chantier sur l’économie sociale et de RECYC-QUÉBEC. La gestion de la subvention et le suivi de l’entreprise seront réalisés par les CLD.

Critères d’admissibilité

Les entreprises admissibles sont des coopératives ou des organismes à but non lucratif. Les projets devront permettre le développement d’emplois durables et être axés sur la remise en état, le recyclage ou la revente de matières ou produits rebutés, comme les électroménagers, les textiles, les meubles, les surplus ménagers, les résidus de construction, de rénovation ou de démolition et les résidus domestiques dangereux.

À titre de rappel, le Plan d’action québécois sur la gestion des matières résiduelles 1998-2008 propose des actions visant une meilleure gestion des matières résiduelles. Le lancement du Programme d’aide aux entreprises d’économie sociale constitue un geste de plus dans la mise en œuvre de ce plan gouvernemental. D’autres actions ont déjà été réalisées telles que l’établissement d’un droit environnemental sur les pneus; la mise en place de programmes de soutien à la recherche et au développement (1 M$), à l’information, l’éducation et la sensibilisation (1 M$), et au développement du compostage (1 M$); la publication du Règlement sur la récupération et la valorisation des résidus de peinture et le dépôt du projet de loi modifiant la Loi sur la qualité de l’environnement le Québec.

Les informations relatives au Programme d’aide aux entreprises d’économie sociale œuvrant dans le domaine de la gestion des matières résiduelles peuvent être obtenues sur le site Internet du ministère de l’Environnement.

- 30 -

SOURCE :

Marjolaine Leclerc
Direction des communications
Ministère de l’Environnement
Tél. : (418) 521-3823, poste 4192

POUR INFORMATION :

Caroline Drouin
Attachée de presse
du ministre de l’Environnement
Tél. : (418) 521-3911
Pierre Laberge
Attaché de presse du
ministre des Régions
Tél. : (418) 644-5846
Annick Bélanger
Attachée de presse
de la ministre des Affaires
municipales et de la Métropole
Tél. : (418) 691-2050

     Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017