Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqués de presse

LE MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT PUBLIE UN BILAN SUR 25 ANS D’ASSAINISSEMENT DES EAUX USÉES INDUSTRIELLES AU QUÉBEC

Québec, le 11 janvier 2000 – Le ministère de l’Environnement a rendu public aujourd’hui un rapport intitulé : 25 ans d’assainissement des eaux usées industrielles au Québec : un bilan. Depuis le début des années 1970, les industries du Québec ont pris des dispositions pour assainir leurs eaux usées en vertu de diverses obligations légales ou par la mise en œuvre de programmes d’intervention spécifiques. Vingt-cinq ans plus tard, soit pour l’année 1995, le ministère de l’Environnement dresse un état de la situation de l’assainissement des eaux usées industrielles qui vise à faire le point sur les interventions passées et à dégager certaines orientations pour le futur.

Le premier chapitre du rapport est consacré à une revue des principales mesures qui ont favorisé l’assainissement des eaux usées industrielles au Québec, tandis que le deuxième chapitre fournit un aperçu général de la problématique des eaux usées industrielles à l’aide de diverses statistiques. Quant au troisième chapitre, il présente pour chacun des principaux secteurs industriels en activité au Québec une description sommaire des mesures d’assainissement qui y ont été appliquées, suivie d’une évaluation de l’état d’avancement des travaux d’assainissement en date de 1995.

Au milieu des années 1990, on dénombre au Québec environ 15 000 établissements industriels et manufacturiers, dont le quart est localisé sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal (CUM). Parmi ces 15 000 industries, on en identifie environ 2100 dont les rejets d’eaux usées sont jugés significatifs par rapport à leur potentiel de contamination de l’environnement qui peut s’exercer soit de façon directe : 500 établissements rejetant leurs effluents dans l’environnement (« hors réseau »), soit de façon indirecte : 1600 établissements déversant leurs effluents dans un réseau d’égout municipal.

Environ 800 de ces 2100 industries « significatives » sont localisées sur le territoire de la CUM et déversent leurs effluents dans le réseau d’égout de la CUM, tandis que les 1300 autres sont réparties sur le reste du territoire québécois (800 raccordées au réseau d’égout de diverses municipalités et 500 déversant leurs effluents « hors réseau »). À cela, il y a lieu d’ajouter 72 sites d’exploitation minière qui se retrouvent principalement dans le Nord et le Nord-Ouest québécois.

Pour les quelque 1300 industries « significatives » situées à l’extérieur du territoire de la CUM, l’état d’avancement des travaux d’assainissement des eaux usées industrielles se présente, en 1995, de la façon suivante :

  • les entreprises de grande taille, c’est-à-dire celles comptant 250 employés et plus, ont complété leurs principaux travaux d’assainissement ou sont en voie de le faire dans 85 % des cas. Parmi celles-ci, les entreprises appartenant aux secteurs réglementés – les pâtes et papiers et le raffinage du pétrole – ont entrepris ou réalisé leurs travaux dans 100 % des cas, alors que dans les autres secteurs, les taux de réalisation atteignent respectivement 94 % pour la métallurgie primaire, 91 % pour la transformation du métal, 76 % pour la chimie, 75 % pour le textile et 68 % pour le secteur agro-alimentaire ;
  • dans le cas des entreprises de taille moyenne, c’est-à-dire celles employant entre 50 et 249 personnes, les travaux d’assainissement sont réalisés ou en cours dans 66 % des cas. Parmi celles-ci, les entreprises du secteur des pâtes et papiers – secteur réglementé – ont réalisé leurs travaux dans 100 % des cas, tandis que celles appartenant aux secteurs de la métallurgie primaire, de la transformation du métal, de la chimie, du textile et de l’agro-alimentaire présentent des taux de réalisation respectifs de 75 %, de 71 %, de 67 %, de 68 % et de 62 % ;
  • dans les petites et les très petites entreprises, surtout concentrées dans le secteur agro-alimentaire et, dans une moindre mesure, dans les secteurs de la chimie et de la transformation du métal, le taux de réalisation des travaux d’assainissement est plus faible, soit 51 % pour les petites entreprises (de 10 à 49 employés) et 38 % pour les très petites entreprises (moins de 10 employés) ;
  • les entreprises raccordées à un réseau d’égout municipal montrent un degré d’avancement plus élevé que celles situées « hors réseau », à l’exception des entreprises de grande taille pour lesquelles les taux d’avancement sont comparables. De plus, les effluents de 77 % des 800 entreprises « en réseau » aboutissent dans une station d’épuration municipale, ce qui peut leur assurer une étape additionnelle de traitement.

Quant aux 800 industries « significatives » établies sur le territoire de la CUM, l’avancement des travaux d’assainissement dans les divers secteurs industriels présente un portrait similaire, selon les données publiées, en 1992, par la CUM. De plus, en 1995, les effluents de toutes ces industries ont pu profiter d’un traitement supplémentaire réalisé à la station d’épuration de la CUM.

Dans le cas des deux secteurs réglementés – les pâtes et papiers et le raffinage du pétrole – l’évolution des rejets annuels de divers contaminants permet de plus de constater une réduction substantielle de ces contaminants au cours des 15 à 20 dernières années.

Même si le portrait dressé fait état de progrès que l’on peut qualifier de remarquables pour les moyennes et les grandes entreprises, les défis futurs ne manquent pas. Non seulement faut-il s’assurer à l’avenir qu’il n’y aura pas de recul, mais il faut aussi mettre en place un processus d’amélioration continue. En matière d’assainissement industriel, la mise en place d’équipements de traitement des eaux usées constitue une première étape incontournable. L’essentiel des efforts ont été consacrés à cette tâche au cours des années 1980 et 1990, comme en témoigne le présent bilan. Par la suite, il est indispensable de s’assurer que les performances escomptées en termes de réduction des rejets sont réellement atteintes, maintenues et progressivement accrues pour une protection optimale des milieux aquatiques récepteurs.

Le document 25 ans d’assainissement des eaux usées industrielles au Québec : un bilan est disponible chez Les Publications du Québec.

De plus, sur le site du ministère de l’Environnement, les internautes pourront consulter le document 25 ans d’assainissement des eaux usées industrielles au Québec : un bilan en rejoignant l’adresse suivante : http://www.menv.gouv.qc.ca/eau/eaux-usées/industrielles/index.htm

- 30 -
SOURCE :
Guy Gagnon, conseiller en communication
Direction des Communications
(418) 521-3823, poste 4915
Courriel : guy.gagnon@menv.gouv.qc.ca
 
 

POUR INFORMATION :

Josée Dartois
Direction des politiques du secteur industriel
(418) 521-3950 , poste 4990
Courriel : josee.dartois@menv.gouv.qc.ca
 
 

  Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017