Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqués de presse

RENCONTRE CONJOINTE DES MINISTRES DE L’ENVIRONNEMENT ET DE L’ÉNERGIE À VANCOUVER

LE QUÉBEC TOTALEMENT INSATISFAIT DE LA STRATÉGIE CANADIENNE PROPOSÉE

Vancouver, le 28 mars 2000 – Le ministre de l’Environnement du Québec, monsieur Paul Bégin, est sorti extrêmement déçu de la rencontre conjointe des ministres de l’Environnement et de l’Énergie qui s’est terminée aujourd’hui, à Vancouver.

« En refusant de faire face aux vrais enjeux que soulève la lutte aux changements climatiques, le gouvernement fédéral vient de bloquer tout espoir de faire avancer le dossier rapidement vers la mise en œuvre d’actions concrètes visant à réduire les GES », a déclaré le ministre Bégin.

Pour le Québec, la stratégie proposée souffre de deux lacunes majeures. Premièrement, deux ans après l’engagement pris à Kyoto, le Canada n’a toujours pas amorcé les discussions en vue d’une répartition équitable de l’effort de réduction de 6% de GES qu’il doit atteindre d’ici 2008 à 2012. « Alors que l’Union européenne a déjà complété l’exercice de partage de l’objectif entre les États membres, il est étonnant que le Canada n’ait pas encore abordé la question », a déclaré le ministre.

Deuxièmement, et il s’agit d’un enjeu fondamental pour le Québec, le Canada refuse de reconnaître dans sa stratégie et dans les projets-pilotes proposés, en plus du principe de la répartition équitable, les actions de réduction réalisées depuis 1990, de même que les émissions évitées. « En choisissant la filière hydroélectrique, le Québec a évité d’émettre dans l’atmosphère des quantités considérables de GES, ce qui en fait aujourd’hui la juridiction la moins polluante à cet égard au Canada. Aucune stratégie pancanadienne ne peut ignorer cet état de fait sans poser un préjudice grave au Québec », d’affirmer le ministre.

Par ailleurs, le ministre a souligné que le Québec a déjà pris une part très active au développement des travaux pancanadiens en vue de proposer une Stratégie en matière de changements climatiques. En effet, plus de cinquante représentants québécois des secteurs public, institutionnel et privé ont participé aux tables sectorielles pancanadiennes et plusieurs représentants du gouvernement du Québec ont siégé aux différents comités mis en place pour coordonner l’élaboration de la stratégie.

À cet égard, de rappeler le ministre, c’est bien parce qu’il est conscient que la lutte aux changements climatiques requiert une action concertée, que le Québec entend mettre en œuvre le plus rapidement possible sur son territoire un plan d’action dans ses domaines de compétence. À cette fin, il a créé un mécanisme de concertation québécois sur les changements climatiques à l’hiver 1999. Chapeauté par un comité de 14 ministères, ce processus s’appuie sur le travail de onze groupes sectoriels regroupant des organismes du monde municipal, du secteur privé, du milieu gouvernemental ainsi que des organismes non gouvernementaux.

Le mandat de ces groupes de travail consiste à conseiller le gouvernement sur différents secteurs tels que les transports, l’énergie, l’industrie, l’aménagement du territoire ou les impératifs économiques liés aux changements climatiques. Ces intervenants de différents milieux enrichissent ainsi la réflexion en vue de proposer des pistes de solutions adaptées à la réalité québécoise. Jusqu’à présent, huit groupes de travail sur onze ont terminé leurs travaux. La première phase du plan d’action québécois issu de cette démarche sera dévoilée en juin de façon à ce que les intervenants des différents milieux puissent se préparer à passer à l’action.

« C’est donc dans ce contexte que le Québec demande que les gouvernements amorcent rapidement des échanges constructifs visant le partage de l’effort canadien de réduction des gaz à effet de serre (GES) de façon à ce que nous puissions présenter une position cohérente et concertée lorsque nous nous présenterons à la 6e Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques à La Haye en novembre 2000. » a déclaré en terminant le ministre Bégin.

- 30 -
SOURCE :
Caroline Drouin
Attachée de presse du ministre
Tél.: (418) 521-3911
 

    Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017