Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqués de presse

LE MINISTRE DE L’ENVIRONNEMENT ACCUEILLE TRÈS FAVORABLEMENT LE RAPPORT DE LA COMMISSION DE LA GESTION DE L’EAU

Québec, le 3 mai 2000 – Le ministre de l’Environnement, ministre du Revenu et ministre responsable de la région de la Capitale Nationale, M. Paul Bégin, a fait part aujourd’hui de ses premières réactions au rapport que lui a soumis, le 1er mai 2000, la Commission sur la gestion de l’eau du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE).

« La gestion de l’eau est un enjeu majeur pour le Québec et, à cet égard, la vaste consultation publique menée en 1999 avec célérité et professionnalisme par la Commission présidée par M. André Beauchamp, constituera assurément une base solide à l’élaboration d’une première politique de l’eau au Québec. D’ailleurs, la grande participation des citoyennes et citoyens aux audiences publiques et les 379 mémoires déposés ne laissent aucune équivoque sur cet aspect », a souligné d’entrée de jeu le ministre Bégin. Ce dernier a tenu d’ailleurs à remercier les membres de la Commission pour leur travail de même que la population et les groupes d’intérêt pour leur apport indéniable au processus de consultation.

Livrant ses premières observations à la suite de la publication du rapport du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement, le ministre Bégin s’est d’abord attardé au statut juridique de l’eau : « Il m’apparaît essentiel que l’eau soit considérée comme faisant partie du patrimoine collectif du Québec et que cette orientation se reflète dans nos lois. » À ce sujet, le ministre a noté l’appui formel de la Commission à l’interdiction de l’exportation massive d’eau, « ce qui confirme la justesse de la Loi sur la préservation des ressources en eau que nous avons fait adopter l’automne dernier et qui interdit les transferts massifs d’eau hors Québec. »

L’importance stratégique du fleuve Saint-Laurent que fait ressortir la Commission dans son rapport a également retenu l’attention du ministre. « Le fleuve Saint-Laurent constitue à lui seul un apport majeur pour les activités socio-économiques du Québec, sans compter qu’il alimente en eau potable une grande partie de la population québécoise. De plus, même si le fleuve fait partie de la plus grande réserve d’eau douce du monde, soit le bassin des Grands Lacs, les bas niveaux d’eau actuels risquent de mettre en péril un écosystème riche mais fragile qu’il faudra protéger au plus haut point. Le Québec doit faire reconnaître sa pleine juridiction lorsqu’il s’agit de la gestion du Saint-Laurent sur son territoire », a-t-il précisé.

Le ministre a aussi ajouté que la gestion de l’eau devrait bénéficier le plus tôt possible d’une meilleure coordination de toutes les instances décisionnelles. En ce sens, a-t-il dit, « la gestion intégrée à l’échelle du bassin versant semble une avenue intéressante qui favoriserait une meilleure participation des citoyennes et citoyens à la prise de décision en matière de gestion de l’eau ». Le ministre a également souligné l’intérêt de la population à reprendre contact avec les plans d’eau qui les entourent et a affirmé son intention d’examiner attentivement les mesures qui permettraient de favoriser son accès, et ce, dans toutes les régions du Québec.

Concernant les infrastructures municipales de distribution et de traitement des eaux, le rapport du BAPE met en lumière la volonté des citoyens et des citoyennes pour qu’elles conservent leur caractère public. « Les gens se sont prononcés contre toute forme de privatisation des équipements qui servent à l’alimentation de leur eau potable ou à l’évacuation et à l’assainissement des eaux usées. Je prends bonne note de cette volonté clairement manifestée ».

Par ailleurs, le ministre a souligné que la Commission reconnaît qu’il y a un potentiel pour développer notre industrie d’embouteillage d’eau sans mettre en danger la capacité de régénération de la nappe phréatique. Il a également soulevé que le rapport faisait ressortir certaines carences en matière de connaissances sur les eaux souterraines. « La gestion future de ces dernières nécessite des améliorations sensibles, notamment à l’égard du processus de consultation précédant l’autorisation de tels projets », a-t-il constaté.

Plusieurs autres points ont retenu l’attention du ministre, notamment la question de la qualité de l’eau et celle de la santé publique. Dans ce dernier cas, il a réaffirmé son intention d’agir avec diligence de manière à ce que les normes régissant la qualité de l’eau potable soient rehaussées dans les plus brefs délais.

Dans le cas de la qualité de l’eau, il a souligné l’importance de la réflexion de la Commission sur la pollution diffuse dans le domaine agricole et son impact dans le milieu. Selon la Commission, cette problématique se pose partout dans le monde et nécessite une meilleure intégration des objectifs de production agricole et de protection de l’environnement. « Le travail de concertation nécessaire à l’atteinte de cet objectif fondamental est déjà enclenché, a déclaré le ministre, et le rapport du BAPE présenté aujourd’hui renforce notre détermination à poursuivre nos efforts de concert avec nos partenaires afin de mettre en œuvre une stratégie cohérente et efficace pour le développement d’une agriculture durable au Québec », a-t-il ajouté.

En terminant, le ministre Bégin a fait part de sa satisfaction au regard des opinions reçues et a souligné l’importance pour le gouvernement de bien analyser dans les prochaines semaines cet excellent rapport d'envergure sur la gestion de l’eau qui lui a été présenté avant hier. Il a ajouté : « Dans les plus brefs délais, j’entends soumettre des orientations au Conseil des ministres, lesquelles répondront aux principales attentes exprimées par la population et baliseront la future politique de l’eau du Québec qui sera élaborée au cours des prochains mois ».

- 30 -

SOURCE :

Caroline Drouin
Attachée de presse du ministre
Tél . : (418) 521-3911
 

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017