Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqués de presse

VINGT LAURÉATS SONT RÉCOMPENSÉS LORS DU GALA DES PHÉNIX DE L’ENVIRONNEMENT

Québec, le 25 mai 2000 — C’est ce soir qu’ont été attribués les Phénix de l’environnement 2000 lors d’un gala qui s’est déroulé au Palais Montcalm à Québec, en présence du ministre de l’Environnement, ministre du Revenu et ministre responsable de la région de la Capitale Nationale, monsieur Paul Bégin, du ministre délégué à l’Industrie et au Commerce, monsieur Guy Julien et des autres partenaires fondateurs du concours.

Vingt Phénix, incluant un prix réservé à la jeunesse, ont été décernés à des individus, des organismes, des municipalités ou des entreprises pour leurs réalisations exceptionnelles dans les domaines de la conservation, de l’utilisation durable et la restauration de la biodiversité, de la gestion environnementale, de l’innovation, l’exportation et l’utilisation de technologies, de la récupération et du recyclage, et de l’éducation et la sensibilisation.

À cette occasion, deux personnalités connues pour leur contribution remarquable à l’avancement de la cause environnementale ont fait leur entrée dans le prestigieux Cercle des Phénix. M. Clifford Lincoln, ancien ministre de l’Environnement du Québec, a marqué la scène publique et inspiré de nombreuses actions gouvernementales en faveur de la protection de l’environnement et de la conservation des ressources. M. Louis-Gilles Francoeur, journaliste d’enquête, a consacré l’ensemble de son œuvre à faire connaître les grands enjeux environnementaux auprès de la population québécoise.

LES LAURÉATS DES PHÉNIX DE L’ENVIRONNEMENT 2000

Les Phénix de la conservation de la biodiversité

Municipalité, regroupement municipal, entreprise, institution ou individu

Jacques Messier
Comité des citoyens pour la protection des terrains du Foyer Savoy
Mont-Saint-Hilaire

La ténacité de M. Messier a été déterminante dans la décision de sa municipalité d’acquérir des terrains voués au développement domiciliaire et de les zoner aux fins de protection du site de nidification du faucon pèlerin, lieu le plus prolifique pour la reproduction de cette espèce animale au Québec. M. Messier a participé à de nombreuses consultations sur le sujet et piloté différentes activités d’interprétation pour sensibiliser les décideurs. Il y a lieu de souligner le leadership de M. Messier et sa capacité de mobiliser son entourage autour de la protection de l’environnement faunique.

Organisme à but non lucratif

Héritage St-Bernard Inc.
Châteauguay

Cette corporation à but non lucratif fondée en 1987 a pour mission d’assurer la gestion, la protection et la conservation des habitats fauniques de l’île Saint-Bernard et des territoires du ruisseau Saint-Jean. Elle offre aussi des infrastructures et des activités récréo-éducatives compatibles avec la vocation des lieux. Grâce à l’approche écosystémique qui a guidé ses interventions, elle a pu contribuer à la mise en valeur du refuge faunique Marguerite-d’Youville, un milieu humide reconnu comme l’un des plus productifs en termes de biodiversité. La mobilisation exemplaire de bénévoles a ainsi donné lieu à une prise de conscience populaire quant au cachet de l’environnement en milieu péri-urbain.

Les Phénix de l’utilisation durable et la restauration de la biodiversité

Municipalité, regroupement municipal, entreprise ou institution

Ville de Charlesbourg

Par ses choix de gestion de son eau potable, la ville de Charlesbourg s’est résolument engagée dans la voie du développement durable. Il s’agit à coup sûr d’un bel exemple d’approche en amont dans la chaîne de la conservation de la biodiversité, en mettant de l’avant une solution intégrée par opposition aux solutions purement technologiques et coûteuses. La ville a choisi de priser l’eau potable au moyen d’une méthode de bassin versant. Elle a associé la population à ses choix et orchestré une campagne efficace de réduction de la consommation d’eau potable. Une vision fort prometteuse.

Entreprise ou producteur des secteurs agricole et sylvicole

Pépinière François Lemay Inc.
Lanoraie

Entreprise horticole reconnue dans la région de Lanaudière depuis 40 ans, La Pépinière François Lemay se spécialise maintenant dans la production d’arbustes, de conifères, de plantes vivaces et d’arbres en pots destinée au marché horticole grossiste. Cette entreprise familiale a pris un virage important en adoptant des méthodes écologiques pour l’ensemble de ses opérations, en réduisant de 85 % son utilisation d’herbicides chimiques, récupérant 50 000 pots usagés par année, utilisant des boues de papetière pour régénérer les sols et fabriquant du compost maison. Elle cultive maintenant une gamme importante de plantes indigènes, comme le cèdre pour haies, assurant la pérennité de cette flore fragile.

Ferme Louis d’Or inc.
Sainte-Élizabeth-de-Warwick

Productrice de produits laitiers biologiques, la Ferme Louis d’Or inc. s’appuie sur une expérience de 15 années d’efforts soutenus pour promouvoir une agriculture écologique et durable, tenant compte des aspects environnementaux de chacune de ses actions. Elle a varié ses pratiques et sa production pour assurer la viabilité de la biomasse, et gère de façon responsable ses rejets d’eau et de fumier. Elle utilise une fertilisation judicieuse et une méthode mécanique pour éliminer les mauvaises herbes. Elle participe depuis plusieurs années à divers projets de recherche in situ et elle est activement engagée au sein du Centre de développement d’agrobiologie. Un système abordé de façon globale !

Organisme à but non lucratif

Corporation de Gestion de la Forêt de l’Aigle
Maniwaki

Pionnière dans le domaine des forêts habitées, cette corporation privée à but non lucratif est un bel exemple d’une concertation régionale qui a permis l’utilisation durable d’un milieu forestier en harmonisant les usages faunique, humain, touristique et d’exploitation forestière, potentiellement conflictuels. Elle regroupe au sein de son conseil d’administration les représentants des principaux acteurs de la région. Cette variété des intervenants concernés permet d’évaluer justement et d’appliquer une stratégie optimale des différentes fonctions du milieu forestier, en favorisant l’utilisation judicieuse de l’environnement, la viabilité des activités économiques entreprises et l’amélioration de l’écosystème naturel de cette belle région de l’Outaouais.

Les Phénix de l’intégration d’un système de gestion environnementale

Municipalité, entreprise ou institution

Framboisière de l’Estrie
Johnville

Cette entreprise est spécialisée dans la production, la transformation et l’exportation de petits fruits. Elle a choisi d’intégrer chacune de ses actions dans un concept de gestion responsable des ressources. Dans l’ensemble de ses activités, même dans les produits qu’elle utilise, elle démontre clairement son choix en faveur de l’environnement et une application stricte d’un processus d’amélioration continue, que ce soit pour l’utilisation de pesticides, la méthode d’épandage, la gestion de l’eau et des produits pétroliers ou la préoccupation de réemploi et de recyclage des résidus générés. Elle offre de plus un produit commercialisé de qualité supérieure qui rejoint les préoccupations écologiques et soucieuses des consommateurs. Un exemple à suivre pour le développement de l’agriculture durable. En avril 1999, cette ferme de petite taille devenait la première en Amérique du Nord à obtenir son certificat ISO 14001.

Les Phénix de l’innovation, l’exportation et l’utilisation de technologies

Entreprise ou centre de recherche ayant développé des produits
ou des procédés novateurs en environnement

Sintra inc. - Projet Ville de Drummondville

Une première au Québec. Une idée simple qui a un impact élevé en faveur du développement durable. À la suite des résultats positifs obtenus lors de ses essais avec la ville de Drummondville, Sintra transforme maintenant des rejets de bardeaux d’asphalte et les intègre à la fabrication d’enrobés bitumineux. Quelque 25 000 tonnes métriques de déchets détournés annuellement de l’enfouissement, une réduction de la demande en pétrole de 60 000 barils et la fabrication de 350 000 tonnes d’enrobés, constituent à coup sûr un bilan positif. Une valeur ajoutée importante, où le déchet d’une industrie devient la matière première de l’autre. Un atout pour une industrie qui n’a pas une longue tradition liée au marché de l’environnement.

Entreprise exportatrice de produits, de technologies ou de savoir-faire liés à la protection de l’environnement

Mabarex inc.
Saint-Laurent

Mabarex est une industrie bien implantée ayant reçu ses lettres de noblesse dans le domaine du traitement des eaux usées, des effluents et des boues municipales et industrielles. Depuis 1997, Mabarex a mis en marche un procédé révolutionnaire, le séchoir « Dry-REX », qui permet de traiter de façon écologique les boues des industries des pâtes et papiers. Par séchage à basse température, le procédé permet de transformer les boues en granulés à usages multiples. Le concept est aussi utilisé pour le séchage des résidus de recyclage et les boues générées par les usines de désencrage, de même que pour le séchage du compost provenant de fumiers ou d’autres sources organiques et les résidus de poissonneries. Bel exemple d’exportation d’une technologie environnementale efficace, livrée rapidement, clé en main, ajoutant ainsi à la bonne réputation du Québec à l’étranger.

Entreprise des secteurs primaire et secondaire utilisatrice de produits ou de procédés novateurs

Purporc S.E.N.C., filiale de Purdel
Saint-Valérien

Il s’agit d’une technologie de traitement biologique du lisier. Le BIOSOR-LISIER est un concept de biofiltration sur lit organique développé au Québec par le Centre de recherche industrielle du Québec (CRIQ), en réponse à une problématique environnementale agricole de taille, dont les odeurs, les résidus liquides et solides. C’est avec la collaboration de Purdel et de sa filiale Aquaterre qui fabrique le milieu filtrant nécessaire au processus, sur une base volontaire, que Purporc a relevé le défi environnemental, devenant ainsi le promoteur d’une technologie d’avant-garde, malgré la concurrence féroce dans l’industrie porcine.

Les Phénix de la réalisation d’un programme de récupération

Industrie, commerce ou institution

École-Entreprise du Centre Saint-Michel

L’École-Entreprise du Centre Saint-Michel récupère les ordinateurs et les réachemine vers les écoles, les garderies scolaires et les bibliothèques publiques du Québec. Environ 2000 ordinateurs ont été mis à niveau et sont ainsi redevenus utiles. Les appareils trop âgés sont démontés et leurs composantes envoyées chez des recycleurs, ce qui a permis la valorisation de 18 tonnes métriques de métal. Ce bilan exceptionnel pour une petite équipe s’ajoute à sa mission sociale de réinsertion de jeunes adultes sur le marché du travail.

Municipalité ou regroupement municipal

Municipalité de Chelsea

La municipalité de Chelsea a implanté un programme complet de récupération de toutes les matières résiduelles dont la collecte sélective par alternance, la promotion du compostage domestique, un service de déchiquetage de branches d’arbres et la récupération des arbres de Noël. Il était donc logique pour la municipalité de réduire la collecte des ordures aux deux semaines, ce qui devient un incitatif encore plus puissant pour encourager la réduction des déchets. Le succès du programme est tangible et repose sur les efforts soutenus des bénévoles, des employés et des élus.

Organisme à but non lucratif

Corporation de protection de l’environnement de Sept-Îles inc.
Sept-Îles

Précurseurs de la collecte sélective au Québec et dans leur région, c’est avec deux décennies d’expérience que les dirigeants de cette corporation ont mis fers au feu et forgé un outil adapté aux besoins locaux. Ils ont participé à tous les mouvements majeurs de la région en faveur de la réduction des déchets et entrepris de nombreuses actions communautaires de formation et de sensibilisation. La Corporation dirige maintenant avec succès un atelier de récupération, mandatée par les municipalités de la région.

Les Phénix du développement du recyclage

Centre de tri et de récupération

Régie de tri et de récupération de la région sherbrookoise
Sherbrooke

Un centre de tri qui traite les matières récupérées dans l’ensemble des résidences et petits commerces, et dans la majorité des entreprises et institutions de la région de l’Estrie. Avec une nouvelle approche de gestion plus efficace et un souci du rendement, ce centre a doublé le volume traité en deux ans. Quelque 75 municipalités œuvrent dans un projet commun et dans un partenariat essentiel avec l’une des plus grandes entreprises québécoises en matière de récupération et de recyclage, Cascades. Un travail de longue haleine qui a demandé l’engagement personnel des acteurs politiques de la région.

Entreprise du recyclage

SiliCycle inc.
Québec

Il s’agit de la découverte faite par un étudiant en chimie de l’Université Laval, visant la mise la mise en valeur d’un résidu produit par l’industrie pharmaceutique et considéré comme dangereux à cause des hydrocarbures, métaux et solvants organiques qu’il contient. SiliCycle est la seule entreprise au monde à traiter le gel de silice. Les gels régénérés sont vendus à un prix inférieur au gel de silice neuf. SiliCycle prend en charge les résidus de l’Amérique du Nord et vient d’ouvrir ses portes à l’Europe. Bel exemple d’initiative québécoise et de capacité d’innovation.

Organisme à but non lucratif

Plate-forme CPT inc.
Québec

Cette usine école a créé de nouveaux produits dérivés des pneus usés. Elle a mis en valeur en 1999 plus de 85 000 pneus hors d’usage et a produit des revêtements de sols, des surfaces d’insonorisation et des tapis que l’on peut trouver dans les arénas, les centres commerciaux, les centres de ski, les terrains de golf, etc. Près de 50 % de la production est maintenant vendue aux États-Unis. Une petite entreprise qui tend à diversifier continuellement ses activités et sa clientèle dans un souci de pérennité des ressources et des actions.

Les Phénix de l’éducation et la sensibilisation

Municipalité, entreprise, institution ou média

Union des producteurs agricoles
Longueuil

Un projet imposant. L’Union des producteurs agricoles vient de réaliser un portrait agroenvironnemental des fermes, par secteur de production et par région, une première étape indispensable pour en arriver à produire d’autres outils de sensibilisation et d’action. Pour ce faire, l’UPA a obtenu la collaboration de près de 18 000 fermes qui ont été sensibilisées directement aux enjeux de cette industrie. Un outil détaillé qui doit servir à identifier les interventions prioritaires axées sur l’agriculture durable, connaissant la problématique de ce secteur de l’économie québécoise. Une première en Amérique du Nord.

Établissement d’enseignement du niveau primaire ou secondaire

École Val-Joubert
Sainte-Paule

Une école primaire qui a intégré l’environnement à son projet pédagogique. Avec l’appui des organismes de la région et de la Centrale de l’enseignement du Québec (CEQ), elle a imaginé une nouvelle formule où l’environnement n’est pas parascolaire, mais au cœur de chacune des matières enseignées. On forme une future génération d’hommes et de femmes non seulement sensibilisés mais engagés dans la voie du développement durable. Ce projet a attiré nombre de parents et d’élèves des municipalités voisines.

Individu ou organisme à but non lucratif

Service d’aide au consommateur
Shawinigan

Organisme qui compte 26 ans d’une existence vouée à la défense des intérêts des consommateurs, il a réalisé maints projets d’éducation à caractère environnemental. Le SAC a élaboré un outil exceptionnel pour sensibiliser la population, la trousse « Éco-Max ». Créée pour les adultes, attrayante pour les enfants, cette trousse personnalisée comporte des messages clairs, des trucs faciles, un cahier indispensable que tout le monde devrait avoir chez soi. Un potentiel intéressant de transfert dans les municipalités.

Les Phénix de la jeunesse

Jeune ou groupe de jeunes

Équipe FORI-MAT
Causapscal

Active depuis 1994, cette équipe d’une trentaine de jeunes de la Matapédia vise par ses interventions à susciter des comportements environnementaux chez les 4000 personnes demeurant dans la région de Causapscal, notamment en ce qui a trait à la réduction des matières résiduelles et à l’agriculture durable. Des jeunes sont formés pour récupérer des résidus organiques de cafétéria, faire un compost de qualité et démarrer des cultures de fines herbes et de fleurs. Avec assurance, ils utilisent les médias et les forums publics, politiques et culturels pour faire avancer leur cause. Un projet remarquable qui s’autofinance, la production de compost atteignant maintenant 200 kg par année. Une initiative qui se fera connaître par la production d’un document audio-visuel.

Le jury de 2000

Cette année, quelque 170 candidatures ont été examinées par un jury indépendant, sous la responsabilité de M. Harvey Mead, président de l’Union québécoise pour la conservation de la nature. Mme Claire Bolduc, présidente de l’Ordre des agronomes du Québec, M. Jean-Charles Gagné, journaliste de La Terre de chez nous, M. Georges Émond, maire de la municipalité de Deauville, M. Jean-Pierre Revéret, de l’Institut des sciences de l’environnement, UQAM et M. Georges Richer, vice-président Approvisionnements de Kruger inc forment également le jury.

Un partenariat bien établi entre les secteurs privé et public

Les Phénix de l’environnement est le fruit d’un partenariat exceptionnel entre le ministère de l’Environnement, le ministère de l’Industrie et du Commerce, RECYC-QUÉBEC, Collecte sélective Québec, la Fondation québécoise en environnement et la Grappe de développement des industries de l’environnement inc.

Plusieurs commanditaires sont associés à cet événement, soit, A. Lassonde inc., Alcan Aluminium Ltée, Bell Canada, l’Institut des plastiques et de l’environnement du Canada, Le Devoir, Le Soleil, la Société des alcools du Québec, Tétra Pak Canada Inc., et Unical inc.

La contribution d’autres partenaires, soit le Conseil de l’industrie laitière du Québec, la Société des alcools du Québec, A. Lassonde Inc, Labrador-Laurentienne, le Fonds de développement pour la coopération et l’emploi, les Composts du Québec, la Fédération des sociétés d’horticulture et d’écologie du Québec, et CINTEC, a également fait le succès du gala de cette année.

- 30 -

SOURCE :

Stella Anastasakis
Coordonnatrice du concours
Tél. : 514-987-8094

Johanne Riverin
RECYC-QUÉBEC
Tél. : 418-643-0394
Louise Barrette
Ministère de l’Environnement
Tél. : 418-521-3823, poste 4163
Suzane Chaloult
Ministère de l’Industrie et du Commerce
Tél. : 418-691-5698, poste 4386

CARNET D'ENTREVUES :

Dominique Samson et Nathalie Demers
Muse Communication Marketing
Tél. : 418-640-5200

  Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017