Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqués de presse

Lancement du programme Revi-Sols

QUÉBEC DOTE LES MUNICIPALITÉS DE MOYENS CONCRETS POUR RÉHABILITER LES TERRAINS CONTAMINÉS EN MILIEU URBAIN

Shawinigan, le 29 mai 2000 – « Actuellement au Québec, plus de 700 municipalités sont aux prises avec près de 4300 terrains contaminés sur lesquels il est presque impossible de penser à des projets de développement. Doté d’une enveloppe de 50 millions de dollars, le nouveau programme Revi-Sols leur permettra d’intervenir concrètement pour redonner une vocation économique aux terrains présentant un bon potentiel de développement ». C’est ce qu’a déclaré, à Shawinigan, le ministre de l’Environnement, ministre du Revenu et ministre responsable de la région de la Capitale Nationale, monsieur Paul Bégin, à l’occasion du lancement de la phase II du Programme de réhabilitation des terrains contaminés en milieu urbain Revi-Sols.

S’étalant de 2000 à 2005, Revi-sols permet l’extension à l’ensemble des municipalités québécoises de la Phase I du Programme mis initialement sur pied, à l’été 1998, avec la Ville de Québec (10 M $) et la Ville de Montréal (30 M $).

Au cours de cette conférence de presse, le ministre Bégin a également reçu un premier dossier de présentation, soit celui du projet de réhabilitation du site de l’ancien complexe industriel de la société Shawinigan Chemicals (Shawbec) que lui a remis la mairesse de Shawinigan, madame Lise Landry. Le projet Shawbec démontre éloquemment qu’un site au passé industriel lourd peut être régénéré et présenter une nouvelle vocation à usages multiples.

Pour le vice-président de l’Assemblée nationale et député de Saint-Maurice, monsieur Claude Pinard, l’annonce du ministre Bégin donne tout lieu de croire que Shawinigan pourra bientôt tourner la page sur l’un des chapitres les plus noirs de son histoire. « La présence de sites contaminés, - de véritables plaies ouvertes dans le tissus urbain - , hypothèque lourdement le développement de la ville. Grâce à ce programme, Shawinigan pourra probablement réhabiliter un site industriel déterminant pour sa relance économique », a-t-il déclaré.

De nature environnementale certes, mais également de nature sociale et économique, les objectifs de Revi-Sols sont principalement d’améliorer la qualité de l'environnement en zone urbaine, d’assurer la protection de la santé des citoyens, de réduire l'étalement du tissu urbain, de favoriser la création d'emplois et d’accroître l'activité économique.

Du point de vue financier, la facture des travaux de réhabilitation admis à Revi-Sols est assumée à parts égales par le promoteur du projet, qu'il soit privé ou municipal, et le gouvernement du Québec. Cette aide financière s'effectue au moyen d'une subvention directe ou d'une subvention au service de la dette de la municipalité qui peut être elle-même promoteur ou qui avance temporairement les fonds nécessaires à la réhabilitation. La municipalité est donc au cœur de Revi-Sols.

Pour le ministre, un tel partenariat entre la municipalité, le gouvernement et le promoteur privé s'avère une formule gagnante à tous les points de vue. Il étaye d’ailleurs sa satisfaction et son optimisme à partir des succès remarquables que connaît depuis bientôt deux ans la phase I du programme à Québec et à Montréal. Des retombées éloquentes à la fois d'un point de vue environnemental, économique et immobilier et des chiffres qui parlent d’eux-mêmes : 56 projets admis et subventionnés jusqu'à présent. Des subventions gouvernementales totalisant 14,7 millions de dollars et qui génèrent ainsi des travaux de réhabilitation de 29,5 millions de dollars. Des travaux qui ont soutenu des projets d'investissements de 750,0 millions de dollars et ont permis de créer ou de maintenir plus de 4000 emplois. « Ce sont plus d'un million de mètres carrés de terrain, soit l'équivalent de 200 terrains de football qui ont été ainsi réhabilités dans les seules villes de Montréal et de Québec » a précisé le ministre.

En accord avec les préceptes de la Politique de protection des sols et de réhabilitation des terrains contaminés, l'approche du traitement des sols sera favorisée partout où cela pourra être réalisable. La phase II de Revi-Sols comporte à cet égard une bonification substantielle pour le traitement même des sols : l'incitatif de financement gouvernemental pourra être alors majoré à 70 % au lieu des 50 % usuellement accordés.

« En juin 1998, avec la publication de la Politique de protection des sols et réhabilitation des terrains contaminés, le gouvernement souhaitait favoriser l’émergence de solutions consensuelles pour faire face à ce lourd héritage que sont les terrains contaminés, vestiges d’une croissance industrielle et historiquement peu soucieuse de la réalité environnementale. L’instauration de Revi-Sols permettra la revitalisation du tissu urbain lui-même en visant d’emblée tous les terrains présentant bien sûr des problèmes environnementaux, mais également un intérêt économique de valorisation », de conclure le ministre Bégin.

Les promoteurs potentiels de projets peuvent obtenir la documentation nécessaire à la présentation de leurs dossiers en contactant leur direction régionale du ministère de l’Environnement ou en téléphonant au Centre d’accueil et de renseignement du Ministère au numéro 1-800-561-1616.

- 30 -

SOURCE :

Caroline Drouin
Attachée de presse
Ministère de l’Environnement
Tél. : (418) 521-3911

POUR INFORMATION :

Jean-Louis Joly, ing.
Direction de la Coordination opérationnelle
Tél. : (418) 521-3899, poste 4513

    Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017