Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqués de presse

Programme d’aide à la recherche et au développement en environnement

BILAN 1999-2000 : 940 000 DE DOLLARS DE SUBVENTIONS DU MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT ENTRAÎNERONT DES INVESTISSEMENTS DE 2 MILLIONS DE DOLLARS SUR TROIS ANS

Québec, le 21 septembre 2000 – Le ministre de l’Environnement, ministre du Revenu et ministre responsable de la région de la Capitale Nationale, M. Paul Bégin, a rendu public aujourd’hui le bilan 1999-2000 du Programme d’aide à la recherche et au développement en environnement. Ce bilan démontre qu’au cours de la dernière année financière, le ministère de l’Environnement a annoncé qu’il subventionnerait la réalisation de 10 projets de recherche et développement en environnement pour un montant de 940 000 $, s’échelonnant sur une période maximale de trois ans. Ces projets entraîneront des investissements de près de 2 millions de dollars.

« Plusieurs des défis environnementaux qui se posent, au terme d’un siècle de surconsommation, sont souvent techniquement ou financièrement difficiles à résoudre. C’est en investissant dans la recherche scientifique et le développement en environnement que nous pourrons trouver des solutions efficaces et durables », a déclaré le ministre Bégin. « Qu’il s’agisse de problèmes reliés au développement de l’agriculture, à la protection des écosystèmes, à la contamination de l’eau, aux sols contaminés ou à la pollution atmosphérique, les projets annoncés aujourd’hui sont de nature à améliorer l’état de nos connaissances. De plus, ces projets fourniront les bases scientifiques de programmes d’intervention liés à la qualité de l’environnement et au développement durable. Ils permettront aussi de maintenir et d’améliorer l’expertise québécoise en environnement. »

Les organismes bénéficiaires de ces subventions sont :

  • L’Institut national de la recherche scientifique – Eau;
  • L’Université Laval;
  • L’Université du Québec à Montréal;
  • L’Université du Québec à Chicoutimi;
  • Le Groupe de recherche appliquée en macroécologie;
  • L’Université McGill.

Doté d’un budget annuel de 500 000 $ le Programme d’aide à la recherche et au développement en environnement sert à financer des projets de recherche et de développement qui soutiennent notamment le développement de connaissances environnementales stratégiques conformément aux priorités établies par le ministère de l’Environnement. L’aide financière maximale par projet est de 200 000 $.

Le ministre Paul Bégin s’est dit très heureux de la qualité des projets présentés. « Le Programme d’aide à la recherche et au développement en environnement est un excellent exemple de partenariat. Je me réjouis de constater que les institutions québécoises reconnues dans le domaine de la recherche s’engage, avec le Ministère, dans le développement de nos connaissances pour mieux protéger l’environnement. »

- 30 -

SOURCE :

Caroline Drouin
Attachée de presse
Cabinet du ministre de l’Environnement
(418) 521-3911
 

POUR INFORMATION :

Rock Gadreau
Direction des communications
Ministère de l’Environnement
(418) 521-3823, poste 4188
 

  ANNEXE

Programme d’aide à la recherche et au développement en environnement – (PARDE)
Description des projets

L’Institut national de la recherche scientifique - Eau

L’Institut national de la recherche scientifique (INRS-Eau) réalisera trois projets. Deux de ceux-ci concernent le développement d’un modèle utilisé dans la gestion des cours d’eau par bassin versant, notamment pour le calcul d’objectifs environnementaux de rejets en milieu agricole. L’autre projet vise à développer une méthode d’analyse des traces de métaux dissous dans l’eau. Pour les deux premiers projets, l’aide financière totale est de 216 000 $ sur des budgets totaux de 492 000 $. Pour le deuxième projet, l’aide financière est de plus de 96 000 $ sur un budget total de 262 000 $.

Université Laval

L’Université Laval réalisera aussi trois projets. Le premier consiste à développer une méthode d’évaluation des tourbières pour connaître leur potentiel de conservation. Un autre projet vise à préciser les caractéristiques d’une espèce d’orchidée susceptible d’être menacée. Dans le troisième projet, on élaborera des fiches pour connaître l’exposition de mammifères à des lieux contaminés; ces fiches seront utilisées dans la réalisation d’évaluations de risques écotoxicologiques. Le premier projet reçoit 44 000 $, pour un budget total de 115 000 $; le deuxième reçoit 33 000 $, pour un budget total de 75 000 $; et le troisième reçoit plus de 55 000 $, pour un budget total de 65 000 $.

Université du Québec à Montréal

Le projet de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) vise l’utilisation des rétinoïdes, (des substances apparentées à la vitamine A), comme biomarqueurs afin de vérifier l’effet des pesticides sur le déclin de certaines espèces de grenouilles et de poissons. L’état de ces espèces est un indicateur de l’état de l’environnement. L’aide financière est de 162 000 $ sur un budget total de 360 000 $.

Université du Québec à Chicoutimi

L’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) développera une méthode pour déterminer, en fonction du milieu environnant, la zone de protection à établir pour chaque puits d’alimentation en eau souterraine. L’aide financière est de 200 000 $ sur un budget total de 370 000 $.

Groupe de recherche appliquée en macroécologie

Le Groupe de recherche appliquée en macroécologie (GRAME) réalisera un projet sur l’utilisation de permis échangeables et de l’écofiscalité comme moyens de réduire les émissions de gaz à effets de serre. L’aide financière est de 74 000 $ sur un budget total de 155 000 $

Université McGill

L’Université McGill élaborera des fiches pour connaître l’exposition de certaines espèces d’oiseaux à des lieux contaminés. Ces fiches seront utilisées dans la réalisation d’évaluations de risques écotoxicologiques. L’aide financière accordée est de 60 000 $ sur un budget total de 80 000 $.

  Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017