Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqués de presse

Plan d’action québécois 2000-2002 sur les changements climatiques

DES MESURES CONCRÈTES POUR RÉDUIRE LES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE

Québec, le 13 octobre 2000 – Le ministre de l’Environnement, monsieur Paul Bégin, et le ministre des Ressources naturelles, monsieur Jacques Brassard, ont dévoilé aujourd’hui le Plan d’action québécois 2000-2002 sur les changements climatiques.

« La réduction des gaz à effet de serre est une priorité du gouvernement du Québec et le Plan d’action lancé aujourd’hui témoigne de l’importance accordée à cette question. » ont affirmé les deux ministres. Ainsi, le Plan d’action contient 37 mesures, lesquelles touchent différents domaines d’activité. Le gouvernement donnera l’exemple en s’attaquant aux émissions résultant de ses propres activités. Le Québec veut donner un signal clair aux divers acteurs concernés en s’engageant dès maintenant dans une démarche résolue de réduction des gaz à effet de serre.

« Le Québec produit deux fois moins de gaz à effet de serre que la moyenne des autres provinces canadiennes et ce, essentiellement parce que nous avons misé sur l’hydroélectricité pour satisfaire une grande part de nos besoins énergétiques. Toutefois, cela ne nous dégage pas de la responsabilité d’agir maintenant pour contrer les effets des changements climatiques. Au contraire, nous souhaitons intensifier nos actions et aller plus loin en élargissant nos actions à d’autres secteurs d’activité. » de préciser le ministre Brassard.

« Le Plan d’action québécois propose une série d’orientations et d’actions qui tiennent compte des résultats déjà atteints. Il vise à obtenir des réductions additionnelles des grands émetteurs et à infléchir la courbe ascendante des émissions liées au transport. Plusieurs mesures concrètes viennent d’ailleurs appuyer notre objectif d’atténuer dès maintenant les émissions de gaz à effet de serre dues au déplacement des personnes et des marchandises.» a expliqué le ministre Bégin.

Le gouvernement donnera l’exemple

Le gouvernement donnera l’exemple en s’attaquant aux émissions résultant de ses propres activités. Afin de diminuer les sources d’émission de gaz à effet de serre dans le secteur public, il entend :

  • mettre en place un programme afin de réduire de 20 %, d’ici 2008, les émissions de gaz à effet de serre dans les quelque 14 000 bâtiments publics;
  • améliorer de 20 % l’efficacité énergétique de ses quelque 5 300 véhicules, d’ici 2005;
  • créer un programme Employeur afin d’encourager l’ensemble de la fonction publique à utiliser le transport en commun ou le covoiturage.

Intervenir dans le secteur des transports

Au Québec, le secteur des transports est à la fois la première source d’émission de gaz à effet de serre et celui qui enregistre la plus forte croissance. En 1998, le secteur des transports comptait pour 38 % des émissions totales. Justement à cause de cette réalité, plusieurs mesures du Plan d’action visent à améliorer nos comportements par :

  • l’implantation d’un programme obligatoire d’inspection et d’entretien des véhicules légers et lourds. Ce programme sera implanté à compter de 2002. La première phase s’appliquera à tous les véhicules lourds partout au Québec et aux véhicules légers de la région de Montréal. Des phases subséquentes couvriront les autres régions du Québec;
  • la réalisation d’une étude de faisabilité sur la mise en place d’un programme de redevance et de remise à l’achat de véhicules légers neufs, selon le degré d’émission de gaz à effet de serre du véhicule;
  • la mise sur pied d’un projet pilote de formation des chauffeurs de camions et des exploitants d’entreprises de camionnage visant l’acquisition de meilleures pratiques de conduite et l’optimisation du choix du véhicule selon les charges et trajets.

Le gouvernement du Québec poursuivra ses efforts en introduisant de nouvelles mesures d’appui au transport collectif des personnes qui s’ajouteront à celles déjà annoncées par le ministre des Transports dans les infrastructures de transport en commun pour la période de 2000-2005. Il prévoit notamment :

  • développer des nouvelles formules de financement des sociétés de transport;
  • encourager les employeurs à mettre en place des mesures pour réduire les déplacements en voiture;
  • réaliser une campagne d’information afin de valoriser le transport collectif et les autres modes de déplacements plus écologiques.

Soutenir les industries

Grâce entre autres à l’utilisation de l’hydroélectricité et de la biomasse, le secteur industriel a enregistré depuis 1990 une réduction de ses émissions. Des efforts sont pourtant encore nécessaires puisque ce secteur demeure la deuxième source en importance d’émissions de gaz à effet de serre au Québec avec 33 % du total, en 1998. Afin de permettre l’atteinte de nouveaux objectifs, le gouvernement verra à :

  • entreprendre des négociations avec les associations industrielles et les grandes entreprises afin d’obtenir des engagements volontaires de réduction des gaz à effet de serre;
  • renforcer le Programme d’enregistrement volontaire des mesures de réduction des gaz à effet de serre en vue de promouvoir les bonnes performances et les initiatives intéressantes et instaurer un Programme de protection du niveau de référence, lequel permettra aux entreprises d’enregistrer les émissions réalisées depuis 1990 et celles qu’elles réaliseront d’ici 2008;
  • mettre en place un régime québécois de permis négociables afin de permettre éventuellement des échanges entre les organisations émettrices et moins émettrices de gaz à effet de serre.

Améliorer la performance environnementale des lieux d’enfouissement

En vue de contrôler et de réduire les biogaz qui s’échappent des lieux d’enfouissement de déchets, le gouvernement obligera la mise en place de systèmes de captage et de traitement des émissions de ces gaz dans tout nouveau lieu d’enfouissement.

Sensibiliser la population et les jeunes

La lutte contre les changements climatiques requiert une sensibilisation de la population à l’égard des engagements majeurs du Plan d’action. À cet effet, le gouvernement entend réaliser une vaste campagne d’information à l’intention du grand public. De plus, pour rejoindre spécifiquement le public des jeunes, des activités éducatives seront mises en place pour les amener à adopter de nouveaux comportements.

Parfaire les connaissances et soutenir la recherche

Afin d’accroître l’expertise québécoise sur les changements climatiques et hydriques et déterminer leurs effets et les besoins d’adaptation, les actions suivantes seront prises :

  • le développement d’outils d’analyse permettant de prévoir les changements appréhendés et leur impact;
  • la modernisation des réseaux de surveillance du climat et des ressources hydriques afin de permettre le suivi et l’analyse des tendances;
  • la consolidation du réseau d’étude et de surveillance des écosystèmes forestiers afin de mieux connaître leur fonctionnement.

Le gouvernement appuiera, par divers fonds et programmes, la recherche, le développement et la démonstration de technologies de lutte contre les gaz à effet de serre. Il entend aussi contrôler l’usage des gaz frigorigènes. Un programme de plantation d’espèces à croissance rapide dans les friches non propices à l’agriculture est également prévu. Le gouvernement favorisera le recours aux énergies renouvelables, telles l’hydroélectricité, l’énergie éolienne et la biomasse.

« Cette première phase du Plan d’action permettra au Québec de réaliser des gains dans la lutte contre les gaz à effet de serre, lesquels auront un impact positif sur le plan de la santé et de la qualité de vie de notre population. De plus, en investissant dès maintenant dans l’amélioration de l’efficacité de nos modes de transport, dans l’adoption de nouveaux comportements et dans la recherche et le développement, le Québec se donne les moyens de renverser la tendance et même d’en faire un outil de développement économique. Nous avons tout avantage à être de celles et de ceux qui tracent la voie. » ont conclu les ministres Brassard et Bégin.

Le Plan d’action québécois 2000-2002 sur les changements climatiques peut être consulté sur les sites Internet du ministère de l’Environnement et du ministère des Ressources naturelles aux adresses suivantes :

http://www.menv.gouv.qc.ca/air/changement/plan_action/index.htm (français)
http://www.menv.gouv.qc.ca/air/changement/plan_action/index-en.htm (anglais)
http://www.mrnfp.gouv.qc.ca

- 30 -

SOURCE :

Caroline Drouin
Attachée de presse
du ministre de l’Environnement
Tél. : (418) 521-3911
Louise B. Accolas
Attachée de presse
du ministre des Ressources naturelles
Tél. : (418) 643-7295

POUR INFORMATION :

Rolande Laveau
Agente d’information
ministère de l’Environnement
Tél. : (418) 521-3823, poste 4494
Jacques Duval
Agent d’information
ministère des Ressources naturelles
Tél. (418) 627-8609, poste 3017

  Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017