Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqués de presse

LE QUÉBEC PRÉSENT À LA CONFÉRENCE MONDIALE DE LA HAYE SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES

Québec, le 20 novembre 2000 - Une délégation d'experts et de hauts fonctionnaires, présidée par M. Paul Bégin, ministre de l'Environnement, ministre du Revenu et ministre responsable de la région de la Capitale Nationale, représentera le Québec à la Conférence mondiale sur les changements climatiques qui se tient à La Haye du 13 au 24 novembre.

Cette conférence qui réunit des ministres et des diplomates de plus de 160 pays a pour but d'accélérer les initiatives internationales de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) et de statuer sur l'avenir du Protocole de Kyoto.

Rappelons que le Québec a adhéré, par décret en 1992, à la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques - au cœur des efforts mondiaux de lutte contre le réchauffement planétaire - et qu'il s'est doté de différents outils de mise œuvre pour réduire les émissions sur son territoire, dont le Plan d'action québécois 2000-2002 sur les changements climatiques.

Les enjeux pour le Québec

Lors de son séjour à La Haye, M. Paul Bégin rencontrera M. James Currie, de la Commission à l'environnement pour l'Union européenne (UE). Il s'entretiendra avec lui de la délicate question de la répartition territoriale des efforts de réduction des émissions de GES. En effet, les règles qui ont permis de partager, entre les états membres de la Communauté européenne, l'objectif de réduction de 8 % de leurs émissions collectives, intéressent vivement le Québec qui prône qu'un mode de répartition territoriale s'applique aussi au Canada.

À l'occasion de cette conférence, M. Bégin entend également rencontrer madame Dominique Voynet, la ministre de l'Environnement de France en vue de faire valoir, entre autres sujets, la grande hydroélectricité. Le Québec souhaite en effet que celle-ci soit incluse dans la liste des projets admissibles au mécanisme de développement propre (MDP) et soit également éligible au mécanisme d'application conjointe, deux mesures de flexibilité prévues au Protocole de Kyoto. Malheureusement, l'UE ne considère pas encore les grands barrages comme une technologie verte. Aussi, l'enjeu est de taille puisque l'inclusion de la grande hydroélectricité pourrait constituer un marché intéressant, dans les pays en développement, pour l'industrie québécoise spécialisée en conception et édification des grands barrages.

De plus, la question de la prise en compte de la fixation du carbone (CO2) par les arbres est importante pour le Québec. Ainsi, selon les méthodes de calcul retenues dans le système de comptabilisation des GES, on pourrait considérer que les forêts du Québec améliorent les capacités de séquestration du carbone ou encore qu'elles deviennent une source d’émission. Des débats sont en cours présentement pour caractériser les forêts et définir les méthodes de calcul.

Pour le Québec, l'éventualité de l'entrée en vigueur du Protocole de Kyoto à l'échelle mondiale impliquera des efforts supplémentaires de réduction des gaz à effet de serre. Aussi, il y va de son intérêt de faire valoir ses positions et de suivre de près les engagements de la communauté internationale ainsi que ceux du gouvernement fédéral lors de la Conférence de La Haye.

- 30 -

SOURCE :

Caroline Drouin
Attachée de presse
du ministre de l’Environnement
Tél. : (418) 521-3911
 

POUR INFORMATION :

Rolande Laveau
Conseillère en communication
Direction des communications
Tél. : (418) 521-3823, poste 4494
Courriel : rolande.laveau@menv.gouv.qc.ca
 

  Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017