Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqués de presse

BILAN DE LA PARTICIPATION DU MINISTRE DE L’ENVIRONNEMENT À LA CONFÉRENCE DE LA HAYE ET DE SA MISSION DE COOPÉRATION EN ALLEMAGNE

Québec, le 28 novembre 2000 – Le ministre de l’Environnement, ministre du Revenu et ministre responsable de la région de la Capitale Nationale, M. Paul Bégin, s’est dit déçu à l’issue de la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques à laquelle il a participé du 22 au 25 novembre. Cette sixième Conférence des Parties à la Convention cadre sur les Changements climatiques visait à établir les règles du jeu pour la mise en œuvre du Protocole de Kyoto. Malgré les efforts des participants et des négociateurs, cette conférence n’a pas donné les résultats prévus et aucun accord n’a été conclu. Le ministre Bégin a dit souhaiter ardemment que les pourparlers qui doivent être repris lors d’une rencontre ultérieure mènent finalement aux résultats escomptés.

« L’intensité des négociations qui se sont déroulées à La Haye témoigne de la complexité des mécanismes économiques ainsi que de la disparité des intérêts en jeu. Toutefois, je demeure confiant que la volonté partagée des États de lutter contre le phénomène des changements climatiques, dont les impacts néfastes se font sentir partout à travers le monde, permettra finalement de surmonter ces difficultés et de progresser vers la ratification du protocole historique de Kyoto », a déclaré le ministre.

Le ministre Bégin s’est dit toutefois satisfait que les négociations de La Haye aient permis d’enregistrer des progrès dans la reconnaissance de l’hydro-électricité comme source d’énergie renouvelable. Les projets hydro-électriques à petite échelle pourraient ainsi être classés parmi les activités permises à prioriser dans le cadre du mécanisme de développement propre permettant de réaliser des gains environnementaux dans les pays en développement. « Le Québec a réussi à limiter considérablement ses émissions de gaz à effet de serre par le passé si bien qu’actuellement, son taux annuel d’émission de GES est de 12 tonnes per capita comparativement à 23 tonnes en moyenne au Canada et à environ 71 tonnes en Alberta. Cette bonne performance est essentiellement due à l’utilisation de l’hydro-électricité ; la reconnaissance à l’échelle internationale de cette source d’énergie renouvelable favorisera l’exportation de l’expertise québécoise en ce domaine. » a-t-il déclaré.

Le ministre a, par ailleurs, annoncé que les pays de la Francophonie signataires de la Convention cadre sur les changements climatiques qu’il a rencontrés à La Haye ont accepté l’invitation du Québec à se réunir dans la Capitale Nationale en mars 2001, afin d’initier des projets de développement propre entre pays développés et pays en développement. « Ce sera l’occasion pour nous de faire valoir notre savoir-faire et de débuter dès maintenant des pourparlers en vue de réaliser des projets admissibles en vertu du mécanisme de développement propre prévu par le Protocole » a déclaré le ministre.

En regard des objectifs de réduction des gaz à effet de serre, le ministre a finalement rappelé que le Canada devrait enclencher rapidement les négociations intergouvernementales sur le partage de l’objectif canadien, établi à 6 % en deçà du niveau de 1990. « Je souhaite que le comité de travail mis sur pied lors de la dernière Réunion mixte des ministres de l’Énergie et de l’Environnement qui s’est tenue à Québec en octobre dernier livre rapidement ses recommandations afin que le processus de négociation puisse débuter en vue d’un partage équitable de l’objectif entre les différentes juridictions canadiennes » a-t-il déclaré. « D’ici là, le Québec poursuivra ses efforts de réduction et débutera la mise en œuvre du Plan d’action québécois sur les changements climatiques – Phase 1 rendu public le 13 octobre dernier. »

Une mission de coopération porteuse d’avenir

Par ailleurs, le ministre dresse un bilan positif de la mission de coopération environnementale et de prospection économique qu’il a présidée dans les régions allemandes de la Saxe et de la Bavière, du 17 au 22 novembre. La délégation québécoise de cette mission dont les retombées économiques s’annoncent prometteuses était composée de onze institutions et entreprises québécoises œuvrant particulièrement dans les domaines de la protection de l'environnement.

Au cours de sa visite, le ministre Bégin a fait valoir l’expertise et les compétences du Québec en matière d’environnement, notamment dans les secteurs du traitement de l’eau, de la réhabilitation des sols contaminés et de la gestion des matières résiduelles. De fructueux entretiens avec divers intervenants politiques et économiques ont permis de cerner certains champs de coopération porteurs. En outre, le ministre Bégin et le ministre bavarois du Développement régional et de l’Environnement, le Dr Werner Schnappauf, ont signé une déclaration d’intention, prévoyant notamment l’élaboration d’un plan d’activité de coopération d’ici le mois de mars 2001. Échanges d’information, ateliers, colloques et séminaires, en particulier à l’occasion des grands événements technologiques, tels IFAT en Bavière et AMÉRICANA au Québec, sont déjà à l’ordre du jour.

Les membres de la délégation ont eu l’occasion de participer à des activités de prospection en Bavière, ce qui devrait favoriser, dans un avenir rapproché, un maillage entre partenaires allemands et québécois ayant des intérêts communs.

En Saxe, les intervenants rencontrés ont démontré un intérêt pour développer avec le Québec un réseau de coopération permettant de réaliser des échanges institutionnels et commerciaux profitables en ce qui a trait notamment à la valorisation des pneus hors d’usage.

Par ailleurs, le ministre Bégin s’est dit particulièrement intéressé par les entretiens qu’il a eus au sujet de l’hydrogène notamment comme source d’énergie. Le ministre a lui-même expérimenté un véhicule propulsé à l’hydrogène qui démontre la capacité de ce combustible à répondre aux besoins et aux attentes des automobilistes, tout en éliminant presque complètement les émissions de gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

« Les résultats de cette mission sont très positifs pour l’avenir », a déclaré le ministre Bégin. « La volonté marquée des deux gouvernements de la Saxe et de la Bavière d’établir des relations d’affaires durables et fructueuses avec le Québec laisse entrevoir des possibilités d’échanges commerciaux fort intéressants dans les secteurs économiques reliés à la protection et à la préservation de l’environnement. »

- 30 -

SOURCE :

Caroline Drouin
Attachée de presse
du ministre de l’Environnement
Tél. : (418)-521-3911
 

  Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017