Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqués de presse

PROJET-PILOTE DE PRÉVISION DE DISPERSION HIVERNALE DANS LA GRANDE RÉGION DE MONTRÉAL

Montréal, le 13 décembre 2000 - La Communauté urbaine de Montréal, les cinq directions de la santé publique de la grande région de Montréal, Environnement Canada et le ministère de l’Environnement du Québec annoncent aujourd’hui le début d’un projet-pilote de prévision de dispersion hivernale.

En saison hivernale, sous certaines conditions météorologiques particulières, les basses couches de l'atmosphère se comportent comme un couvercle qui force les polluants et les fines particules en suspension, provenant de diverses sources, à demeurer près du sol contribuant ainsi à détériorer la qualité de l'air.

« Que les sources polluantes proviennent du transport, des activités industrielles ou du chauffage résidentiel au bois, ces composés atteignent, sous de telles conditions météorologiques, des concentrations si importantes que la population, notamment les jeunes enfants et les personnes souffrant d’asthme, de bronchite ou de problèmes cardiaques, peut en être affectée», souligne le docteur Louis Drouin, de la Direction de la santé publique de Montréal-Centre.

Les données recueillies au cours des deux derniers hivers dans un quartier résidentiel de l'est de Montréal ont permis d'identifier le chauffage résidentiel au bois comme une source majeure de polluants et de fines particules en suspension.

« En effet, » précise Dr Jean Troalen, directeur au Service de l’environnement de la Communauté urbaine de Montréal, « ces résultats démontrent clairement que les concentrations de plusieurs polluants sont plus élevées dans des secteurs où le chauffage résidentiel au bois est populaire. Contrairement à la croyance populaire », ajoute monsieur Troalen, « le chauffage au bois n’est pas écologique. Il importe que la population soit informée et sensibilisée aux effets néfastes de cette pratique sur la qualité de l’air. »

« En présence de vents faibles et de températures froides, les polluants ont tendance à s’accumuler », souligne Gérald Vigeant, responsable régional de la division des Sciences Atmosphériques du Service météorologique d'Environnement Canada. « Grâce à notre compétence en météorologie, nous pouvons prévoir à l'avance ces situations atmosphériques défavorables et ainsi inciter la population de la grande région de Montréal à poser des gestes visant à réduire les émissions. »

« C’est avec grand intérêt que le ministère de l’Environnement du Québec suit l’évolution de ce programme de dispersion hivernale », indique Guy Demers, directeur du Suivi de l’état de l’environnement. « Ceci marque une étape importante vers l’instauration d’un programme intégré de prévision en qualité de l’air pour l’ensemble du Québec. »

Cette prévision quotidienne de dispersion hivernale sera classée selon trois niveaux distincts : bon, acceptable et mauvais. On pourra trouver, à tous les jours, cette prévision sur Internet aux adresses suivantes :

Environnement Canada : www.qc.ec.gc.ca
Communauté urbaine Montréal : www.cum.qc.ca
Direction de santé publique : www.regie-laval.org

De plus, lorsque la dispersion atmosphérique sera identifiée comme mauvaise, il y aura émission d’un message destiné au grand public et diffusé sur les médias.

Ce message comportera un volet santé destiné tout particulièrement aux personnes à risque ainsi que des suggestions de gestes pratiques pouvant être posés afin d'empêcher une dégradation de la qualité de l'air. Ce projet pilote de prévision de dispersion hivernale s'étendra du 14 décembre 2000 au 1er avril 2001.

La Communauté urbaine de Montréal, les Directions régionales de santé publique de la grande région de Montréal (Montréal-Centre, Laval, Montérégie, Laurentides et Lanaudière), Environnement Canada et le ministère de l’Environnement du Québec ont décidé de collaborer et d'unir leurs spécialités respectives dans ce projet ayant à coeur le bien-être de la population.

- 30 -

POUR INFORMATION :

Chantal Gagnon
Communications
Communauté urbaine de Montréal
(514) 280-4027

Jo Anne Simard
Communications
Département de santé publique de Montréal-Centre
(514) 528-2400, poste 3232
Guy Gagnon
Communications
Ministère de l’Environnement du Québec
(418) 521-3823, poste 4915

Jacques Lavigne
Communications
Environnement Canada
(514) 283-1105

  Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017