Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqués de presse

QUÉBEC ASSURE LA RELANCE DU JARDIN ZOOLOGIQUE ET DE L’AQUARIUM DU QUÉBEC

Québec, le 22 janvier 2001 – Le gouvernement du Québec a approuvé le projet de relance du Jardin zoologique et de l’Aquarium de Québec et annonce qu’il octroiera à la Société des Parcs de sciences naturelles du Québec (SPSNQ) un montant de 38,4 M$ pour la rénovation de ces deux équipements majeurs, auquel s’ajouteront 10,1 M$ pour soutenir l’exploitation du projet d’ici 2003. Un montant additionnel de 9,5 M$ proviendra de partenaires privés associés au projet pour la bonification des infrastructures.

Rappelant que le projet du Jardin zoologique et de l’Aquarium du Québec a été identifié comme le dossier prioritaire par l’ensemble des décideurs de la région de la Capitale Nationale, le ministre de l’Environnement, ministre du Revenu et ministre responsable de la région de la Capitale Nationale, monsieur Paul Bégin, s’est dit extrêmement heureux de l’annonce d’aujourd’hui : « À partir de maintenant, la SPSNQ va enfin pouvoir consacrer toutes ses énergies à la mise en œuvre du plan de relance du Jardin zoologique et de l’Aquarium du Québec, un projet qui aura des retombées économiques et touristiques majeures dans la région. En décidant d’assumer 80 % des coûts d’immobilisation prévus pour la modernisation de ces deux équipements, le gouvernement du Québec pose un geste on ne peut plus concret envers la Capitale Nationale. » a-t-il déclaré.

Pour sa part, le ministre de la Recherche, de la Science et de la Technologie, M. Jean Rochon s’est réjoui de la concrétisation de ce projet d’envergure : « Nous sommes maintenant assurés de pouvoir mettre en valeur les sites magnifiques et les infrastructures majeures que sont le Jardin zoologique et l’Aquarium du Québec. Grandement attendu par la communauté des affaires, cet investissement structurant pour toute la région permettra aussi, éventuellement, l’aboutissement d’autres projets à caractère récréotouristique qui pourraient venir s’y greffer », a-t-il mentionné.

Présent à la conférence de presse, le député bloquiste de Charlesbourg, monsieur Richard Marceau, s’est dit « très heureux que le gouvernement du Québec ait choisi de confier au milieu régional des outils pour son développement et qu’il s’engage de façon aussi déterminante dans l’avenir du Jardin zoologique et de l’Aquarium du Québec. »

Des produits touristiques renouvelés

Le Jardin zoologique du Québec s’orientera désormais sur une spécialisation de la faune ailée, de l’horticulture et de jardins thématiques. Ce créneau en croissance au Québec représente un virage majeur à l’égard de la vocation traditionnelle d’un parc animalier. Pour sa part, l’Aquarium du Québec connaîtra un repositionnement important puisque sa vocation se fondera essentiellement sur les collections aquatiques polaires indigènes et sur les écosystèmes du fleuve Saint-Laurent.

Ce virage confirme la vocation à la fois unique et complémentaire de ces deux équipements que sont le Jardin zoologique et l’Aquarium du Québec. Il s’agit de concepts originaux et novateurs qui viendront enrichir le réseau québécois des jardins zoologiques et des parcs animaliers de l’ensemble du territoire québécois.

Les deux équipements mettront à profit les nouvelles technologies muséologiques pour la mise en valeur de la faune et de la flore qui y seront présentées : « Des volets importants associés à la mission de conservation du Jardin zoologique et de l’Aquarium du Québec, en lien avec les fonctions de recherche et de culture scientifique, permettront de développer et de diffuser largement les connaissances du domaine des sciences naturelles. Ce projet est effectivement un merveilleux outil de développement des connaissances et de vulgarisation scientifique et je suis assuré que toute la population, jeunes et moins jeunes, sauront apprécier les découvertes qu’ils y feront », a ajouté M. Jean Rochon.

Impacts pour la Capitale Nationale

Le projet de relance du Jardin zoologique et de l’Aquarium du Québec est un élément majeur et prioritaire de la Politique relative à la Capitale Nationale et le tourisme constitue un secteur à privilégier dans la stratégie de diversification économique pour la mise en œuvre de la Politique relative à la Capitale Nationale.

« Dans le contexte économique de la Capitale Nationale, il est clair que les investissements prévus pour le Jardin zoologique et l’Aquarium du Québec vont contribuer au renforcement de la région comme destination touristique recherchée, d’autant plus que les concepts sur lesquels s’appuie le présent projet sont uniques au Québec et s’inscrivent en complémentarité au reste du réseau québécois » a déclaré le ministre Bégin. « Qui plus est, ces équipements seront de calibre international et tout à fait dans la lignée du type d’infrastructures que l’on doit retrouver dans une capitale. » a-t-il ajouté.

La réalisation du projet entraînera la création de 555 emplois lors de la phase de construction. Dès la reprise de l’exploitation de ces deux équipements, 50 emplois viendront s’ajouter à ceux déjà existants. De plus, pour les 5 premières années d’exploitation, on évalue les retombées économiques à 17,4 M$ pour le gouvernement du Québec, dont 6 M$ de revenus additionnels générés par le projet.

Entente de gestion avec la Société des Parcs de sciences naturelles du Québec

Le gouvernement du Québec cède par bail emphytéotique la gestion et le développement du Jardin zoologique et de l’Aquarium du Québec à la Société des Parcs de sciences naturelles du Québec. Sur le montant global de 38,4 M$ destiné aux immobilisations, 17,6 M$ iront à la réalisation des infrastructures de l’Aquarium du Québec, et 20,8 M$ à celles du Jardin zoologique. Québec soutiendra aussi le démarrage des opérations en supportant pour un maximum de 10,1 M$ les trois premières années d’exploitation.

Depuis la prise en charge de ces deux équipements récréatifs à l’été 1995 par la Société des Parcs de sciences naturelles du Québec, cette dernière a réalisé des économies nettes cumulées de près de 3,2 M$. Pendant cette même période, elle a également augmenté de plus de 70 % l’achalandage tant au Jardin zoologique qu’à l’Aquarium malgré la vétusté de ces équipements. La Société a su également mobiliser quelque 50 organismes régionaux, issus de milieux très diversifiés, à titre de membres corporatifs afin de proposer au gouvernement une solution durable à la relance de ces deux équipements.

« Ces résultats démontrent bien le dynamisme de la Société et témoigne d’un partenariat stimulant entre le gouvernement et le secteur privé », ont déclaré les ministres Bégin et Rochon qui ont aussi profité de l’occasion pour souligner « le travail colossal des intervenants du milieu qui se sont regroupés, sont demeurés solidaires pour prendre en charge la gestion de ces équipements et ont conçu ce projet de relance de haut calibre ».

 

- 30 -

SOURCE :

Huguette Gendreau
Conseillère en communication
Direction des Communications
Tél. : (418) 521-3823 poste 4965

POUR INFORMATION :

Caroline Drouin
Attachée de presse du ministre
de l'environnement
Tél.: (418) 521-3911
Sylvie Parent
Attachée de presse du ministre
de la Science, de la Recherche et
de la Technologie
Tél.: (418) 644-9871

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017