Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqués de presse

La problématique de l’eau potable à Shannon

BÉGIN S’INQUIÈTE DE L’ATTITUDE DU GOUVERNEMENT FÉDÉRAL

Québec, le 20 février 2001. - Le ministre de l’Environnement, ministre du Revenu et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, M. Paul Bégin, déplore l’attitude du gouvernement fédéral dans le dossier de la contamination de l’eau à Shannon, et en particulier de celle du ministre de la Défense nationale du Canada, M. Art Eggleton, qui a déclaré à la Chambre des Communes vendredi dernier : nous avons fait ce que nous devions faire en avisant le ministre de l’Environnement (…) en avril 1998.

Selon le ministre Bégin, les propos de M. Eggleton sont extrêmement inquiétants. D’une part, le ministre Bégin affirme n’avoir reçu aucune correspondance ni aucune communication verbale concernant une éventuelle contamination à Shannon de la part de M. Eggleton ni de la Base militaire de Valcartier en 1998. De même, les fonctionnaires du ministère de l’Environnement du Québec (MENV) n’ont eu aucune correspondance en 1998 sur le sujet, sauf une demande d’accès à l’information datée du 1er décembre 1998 à laquelle le MENV a répondu conformément à la Loi. D’aucune façon le MENV n’a alors été informé d’une quelconque contamination pouvant s’étendre à l’extérieur de la base militaire vers la municipalité de Shannon.

D’autre part, les premières informations que le MENV a reçues provenant de la Base lui furent remises de façon incomplète en décembre 1999 alors que des fonctionnaires du MENV se sont rendus, sans y avoir été invités d’emblée, à une rencontre organisée par les autorités militaires. C’est à la suite d’une communication entre l’INRS et le MENV que ce dernier avait été informé de la tenue de cette rencontre. À ce moment, les informations disponibles concluaient à la nécessité d’une étude hydrogéologique plus exhaustive sur la base militaire mais ce n’est qu’à la lumière des résultats de l’étude de l’INRS, à la fin de l’année 2000, que les experts ont pu envisager la possibilité que la contamination puisse s’étendre à Shannon, d’autant plus qu’il y a plus de 2 Km entre le puits contaminé P5 situé sur la Base militaire et le premier puits des citoyens de Shannon. Dès lors, toutes les actions de protection de la santé publique et de communication à la population ont été déployées sans délai par le gouvernement du Québec.

« En conséquence, je m’explique très mal l’attitude du ministre Eggleton qui semble croire que le simple fait d’avoir fait une demande d’accès à l’information en 1998 décharge son ministère de la responsabilité d’avoir contribué en tout ou en partie à la contamination de cette nappe phréatique qui alimente en eau potable les citoyens de Shannon, a déclaré le ministre Bégin. Cette attitude s’explique d’autant plus mal que le Colonel Pierre Cadotte, commandant du 5e groupe de soutien de secteur, a lui-même présenté ses excuses à la population de Shannon le 9 février dernier lors d’une conférence de presse », a-t-il ajouté.

Dès le 5 février dernier, après avoir été informé de la situation, le ministre Bégin avait écrit au ministre Eggleton lui demandant de l’informer rapidement des mesures qu’il entendait prendre pour identifier les sources potentielles de contamination sur les terrains placés sous sa juridiction. M. Bégin avait également indiqué à M. Eggleton que, le cas échéant, les deux gouvernements devraient convenir des mesures à mettre en œuvre pour assurer la santé, la sécurité et le bien-être de la population. Comme le ministre Eggleton n’a toujours pas donné suite à cette demande, le ministre Bégin lui a de nouveau écrit aujourd’hui. Il demande au ministre Eggleton :

  • que les autorités de la Base militaire de Valcartier mettent à la disposition du ministère de l’Environnement du Québec toutes les études et analyses concernant la contamination de l’eau souterraine, tant sur les terrains de la Base que sur les terrains du Centre de recherche pour la défense de Valcartier (CRDV) et ;
  • que les représentants du ministère de l’Environnement du Québec aient accès aux terrains de la Base et du CRDV pour qu’ils puissent s’assurer de la réalisation des travaux d’investigation nécessaires pour préciser l’étendue de la contamination et déterminer la vitesse ainsi que le sens d’écoulement des eaux souterraines entre les installations de la Base et la zone contaminée à Shannon.

« Ce que les citoyens de Shannon sont maintenant en droit de s’attendre de la part du gouvernement fédéral, c’est qu’il assume ses responsabilités en offrant toute sa collaboration au MENV pour effectuer les investigations requises, identifier la ou les sources de contamination et, le cas échéant, s’assurer de la réalisation des travaux de décontamination, a déclaré le ministre Bégin. Sans la collaboration du ministre de la Défense nationale, mon ministère ne peut s’assurer que les travaux requis soient réalisés sur les territoires placés sous la juridiction exclusive du gouvernement fédéral. »

Bilan

Par ailleurs, le ministre Bégin fait un bilan positif des interventions de son ministère depuis l’annonce, le 5 février, des mesures spéciales mises en œuvre pour aider la municipalité de Shannon et ses citoyens à faire face à la situation. Rappelons que 150 000 $ ont été octroyés à la municipalité, essentiellement pour permettre l’achat ou la location d’appareils de traitement de l’eau pour 31 résidences particulièrement affectées par la contamination et pour défrayer le coût des analyses requises au suivi étroit de l’évolution de la situation.

L’installation des appareils de traitement devrait être complétée aujourd’hui et déjà les premiers résultats d’analyse indiquent la très grande efficacité de ces appareils à éliminer le TCE. Le MENV a par ailleurs procédé la semaine dernière à l’échantillonnage de l’eau de 85 résidences principalement situées dans la zone à risque. Les résultats de cette campagne d’échantillonnage seront disponibles d’ici le 1er mars. Le MENV poursuivra cette semaine sa campagne d’échantillonnage, selon un calendrier et des priorités qui ont été convenus avec la municipalité de Shannon et la Direction de la Santé publique de Québec.

De plus, le MENV procède cette semaine à l’analyse bactériologique de l’eau des 31 résidences dotées d’un appareil de traitement, afin de s’assurer qu’il n’y a pas de problèmes potentiels de contamination bactériologique. À cet égard, il recommande aux propriétaires de puits individuels de Shannon de procéder périodiquement à une analyse bactériologique, comme le prévoira d’ailleurs la future réglementation sur l’eau potable.

Le ministre Paul Bégin est déterminé à tout mettre en œuvre pour que la municipalité de Shannon et ses citoyens et ses citoyennes subissent le moins d’inconvénients possible de la situation présente : « De la même manière que je suis déterminé à ce que l’on identifie le ou les responsables de la contamination et qu’on y applique le principe du pollueur-payeur, de la même manière le ministère de l’Environnement du Québec entend travailler en étroite collaboration avec la municipalité et le Comité de citoyens qui s’y est formé, pour informer rapidement la population de l’évolution de la situation et pour favoriser l’adoption des mesures qui devront être mises en œuvre pour qu’une eau potable de qualité puisse être fournie à la population de Shannon. »

- 30 -
 

SOURCE :

Caroline Drouin
Attachée de presse
du ministre de l’Environnement
Tél. : (418) 521-3911
 

POUR INFORMATION :

Christian Sasseville
Direction régionale de la Capitale-Nationale
Ministère de l’Environnement
Tél. : (418) 386-8000 poste230
 

    Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017