Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqués de presse

DES RETOMBÉES SOCIO-ÉCONOMIQUES IMPORTANTES GÉNÉRÉES PAR LES ACTIVITÉS DU VOLET ENVIRONNEMENT DU FONDS DES PRIORITÉS GOUVERNEMENTALES EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE

Québec, le 1er mars 2001. Le ministre de l’Environnement, ministre du Revenu et ministre responsable de la région de la Capitale Nationale, M. Paul Bégin, et le ministre délégué à l’Industrie et au Commerce, M. Guy Julien, dressent un bilan très positif des activités réalisées à l’intérieur du volet environnement du Fonds des priorités gouvernementales en science et technologie (FPGST-E).

« Fruits d’un partenariat étroit avec l’industrie et les chercheurs, les projets subventionnés par le FPGST-E, ont permis de favoriser la recherche et le développement afin de trouver des technologies environnementales originales et innovatrices, présentant un potentiel commercial des plus évidents, tout en rencontrant les objectifs gouvernementaux en matière de protection de l’environnement et de développement durable » a déclaré le ministre Bégin.

Pour sa part, le ministre Julien a souligné l’importance du développement économique dans le respect de l’environnement. « Les entreprise québécoises s’intègrent rapidement à l’économie fondée sur le savoir et l’innovation. Aujourd’hui, nous parlons de développement durable et cela demande une amélioration continue supportée par la gestion des technologies et du savoir et surtout une amélioration continuelle des procédés. C’est pourquoi, le gouvernement du Québec est heureux de s’associer aux entreprises qui ont pris ce virage », a déclaré M. Julien 

Bilan du Programme en science et technologie

Lancé dans la foulée du Sommet sur l’économie et l’emploi, le volet Environnement du volet environnement du Fonds des priorités gouvernementales en science et a eu des retombées socio-économiques significatives depuis sa mise en œuvre au printemps 1997. Près de 6,7 millions de dollars ont été engagés pour soutenir 38 projets de R-D dans douze régions du Québec, Au total, si l’on ajoute les sommes investies par les promoteurs des projets et leurs partenaires, c’est une injection de plus de 23 millions de dollars dans l’économie québécoise, ce qui représente un effet levier de 3,5. Les projets subventionnés ont permis la création ou le maintien de plus de 340 emplois.

Les recherches réalisées ou en cours de réalisation portent notamment sur la gestion des lieux contaminés, la réduction de la pollution atmosphérique, la gestion des déchets d’origine industrielle et municipale, la réduction de la pollution agricole et piscicole, la restauration des milieux, le traitement des eaux usées industrielles et domestiques ainsi que sur la consommation de l’eau potable.

Les projets retenus pour fins de subvention sont ceux qui favorisent la recherche et le développement de technologies originales et innovatrices et qui génèrent des gains environnementaux, comme la restauration des milieux contaminés, la diminution de la consommation des matières premières, la valorisation des déchets ou encore la réduction de la consommation d’énergie. Ces projets doivent aussi entraîner des retombées socio-économiques et favoriser la croissance de l’industrie québécoise sur les marchés local, national et international.

L’aide accordée dans le cadre du Fonds améliore la compétitivité des entreprises québécoises et favorise le développement d’un marché d’exportation pour certaines d’entre elles. « Les projets annoncés aujourd’hui confirment la volonté du milieu économique québécois de prendre sa place dans le développement de nouvelles technologies environnementales et même de devenir des leaders sur la scène internationale. Par le développement de technologies avant-gardistes dans des secteurs de pointe, ces entreprises démontrent leur ferme volonté de s’inscrire dans la perspective du développement durable » a conclu le ministre Bégin.

- 30 -
SOURCE :
Marjolaine Leclerc
Conseillère en communications
Direction des communications
Tél. : (418) 521-3823 poste 4192

Lucette Bouchard
Conseillère en communications
Direction des communications
Tél. : (418) 691-5698 poste 4935


POUR INFORMATION :
Caroline Drouin
Attachée de presse
du ministre de l’Environnement
Tél. : (418) 521-3911

Josette Dion
Attachée de presse
Cabinet du ministre délégué
à l’Industrie et au Commerce
Tél. : (418) 691-5650

 

ANNEXE

NOUVEAUX PROJETS SOUTENUS FINANCIÈREMENT PAR LE FPGST-E :

Région de la Capitale Nationale

  • Pyrovac Technologie inc.

Pyrovac Technologie inc., de Sainte-Foy, réalisera un projet pour le développement et la commercialisation du BiophenMC, un substitut au phénol entrant dans la composition de la résine phénol-formaldéhyde. La production du Biophen constitue une application innovatrice dans l’utilisation de résidus d’écorces d’arbres et suscitera des occasions d’affaires intéressantes tant au Québec qu’à l’échelle internationale dans le domaine de la fabrication de panneaux d’agglomérés, de contreplaqué et de bois laminé. Cette entreprise reçoit une subvention de 418 000 $ à l’intérieur du FPGST-E. Cette subvention ajoutée à la contribution financière du groupe promoteur (Groupe Pyrovac) entraîne un investissement de 852 000 $, permettant ainsi de créer ou de maintenir cinq emplois sur une période de deux ans.

  • INRS-Géoressources

INRS-Géoressourcesde Sainte-Foy a obtenu une aide financière pour un projet de développement et de démonstration de techniques pour la restauration de la qualité du substrat de frai des salmonidés. Le projet a pour objectif de développer un ensemble de techniques simples et pratiques permettant d’évacuer efficacement les sédiments fins de la couche superficielle du substrat afin d’en restaurer la qualité pour le frai des salmonidés. L’aide financière s’élèvera à 94 729 $, sur un investissement total de 210 639 $ et assurera la création ou le maintien de cinq emplois.

Région du Bas-Saint-Laurent

  • Premier Tech ltée

Le projet de Premier Tech ltée, de Rivière-du-Loup, porte sur le développement d’un nouveau traitement primaire pour le marché de l’assainissement autonome domestique. Ce projet vise le développement d’un nouveau traitement permettant de réduire les charges carbonées et les matières en suspension permettant ainsi d’assurer un meilleur fonctionnement des procédés de traitement. L’aide financière s’élèvera à 58 931 $, pour un budget total de 310 024 $ et assurera la création ou le maintien de quatre emplois.

  • Faune-Experts inc.

Pour sa part Faune-Experts inc., de Bic, se consacrera à la prévention des inondations causées par l’accumulation de débris dans les ponceaux routiers en milieu forestier. Le projet consiste à tester et à optimiser scientifiquement une nouvelle structure nommée les " cônes protecteurs ". L’aide financière est de 46 580 $. Le budget total de 120 029 $ permettra de créer ou de maintenir deux emplois pour le projet de R-D-D. À la mise en marché du produit, deux emplois pourraient être générés.

Région du Saguenay–Lac-Saint-Jean

  • Technologie Biolactis inc.

Technologie Biolactis inc., de La Baie, réalisera un projet dont le but est de mettre au point un procédé simple et peu coûteux qui permettra aux petites fromageries de valoriser le lactosérum issu de leur production de fromage. L’aide financière s’élèvera à 388 090 $, pour un budget total de 776 181 $. Ce projet permettra de créer quatre emplois.

  • GESPRO Technologies inc.

GESPRO Technologies inc., de Québec, démontrera, dans différents secteurs d’activités, l’efficacité technique et économique de même que l’acceptabilité sociale d’un nouveau système de collecte automatisé des résidus. L’objectif est de mesurer la quantité de déchets générés par les individus et les organismes de façon à permettre une meilleure gestion de ces déchets. L’aide financière s’élèvera à 330 920 $, sur un budget total de plus de 1 010 850 $. Au moment de la réalisation du projet, cinq emplois seront créés ou maintenus.

Région de l’Estrie

  • Enerkem Technologies inc.

Enerkem Technologies inc., de Sherbrooke, travaillera à un projet d’unité de démonstration de conversion en énergie de combustibles dérivés de déchets urbains et de biogaz. Le projet de R et D s’insère dans un projet global qui vise, à long terme, à produire de l’électricité à partir d’un mélange de biogaz capté dans un lieu d’enfouissement sanitaire et de gaz de synthèse produit par la gazéification de déchets organiques. L’aide financière s’élèvera à 193 729 $, par rapport à un budget total de 912 553 $. Ce projet permettra la création et le maintien de sept.

  • Groupe SM inc.

Groupe SM inc., de Sherbrooke, réalisera le projet de développement d’une technologie de traitement et de recirculation des eaux d’élevage appliquée à l’aquaculture (Aqua 21). Ce projet vise à fournir une solution technologique applicable pour solutionner les problèmes environnementaux reliés à la croissance de l’industrie piscicole au Québec. L’aide financière totalise 264 576 $, en comparaison d’un budget total de 1 626 290 $. Dix emplois pourraient être créés ou maintenus.

Région de Montréal

  • Les expertises environnementales Soconag inc.

Pour les expertises environnementales Soconag inc., de Montréal, il s’agit de voir à la réalisation du projet Smart-SoilMD-Biogaz : Captage et modulation des biogaz à la RIGDM. L’objectif du projet est d’uniformiser et d’optimiser les processus bactériens responsables de la production des biogaz à l’aide de la mesure et du contrôle en temps réel des processus d’écoulement à l’intérieur de la masse de déchets domestiques des lieux d’enfouissement sanitaire. L’aide financière s’élève à 220 430 $ et le budget total est de 935 700 $. Ce projet assurera la création ou le maintien de huit emplois.

  • Golder Associés ltée

Golder Associés Ltée, de Pointe-Claire, réalisera un projet visant le développement et l’optimisation d’une technologie qui permettra non seulement la récupération des hydrocarbures en phase flottante, mais aussi la récupération et la biodégradation des hydrocarbures adsorbés aux sols silteux et argileux et ce, en milieux saturé et non saturé. L’aide financière se chiffre à 333 810 $ et le budget total est de 1 412 820 $. Ce projet permettra de créer ou de maintenir seize emplois; l’objectif est de doubler le chiffre d’affaires et le nombre d’emplois de cette entreprise au Québec.

  • Inspec-Sol inc.

Inspec-Sol inc., de Saint-Laurent, se consacrera à la restauration des sols par phytoremédiation. La phytoremédiation consiste à utiliser la végétation (plantes, légumes, arbres, etc.) pour le traitement in situ des sols, sédiments et eaux souterraines contaminés par des polluants organiques et inorganiques. Cette nouvelle technologie est prometteuse et fait l’objet de nombreuses recherches et applications à travers le monde. Le montant de la subvention est de 124 841 $ alors que le budget total est de 571 567 $. Le projet de R-D-D créera ou maintiendra une vingtaine d’emplois chez les partenaires.

Région de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine

  • Verreault Navigation inc.

Verreault Navigation inc., de Les Méchins, se démarquera par un projet de procédé de traitement de sédiments, sols et boues fortement contaminés à la fois par des substances organiques et des métaux. Ce procédé, qui est applicable aux particules fines, permettra de décontaminer des terrains pour lesquels on considérait jusqu’à présent l’excavation et l’enfouissement comme la seule approche de traitement possible. Verreault Navigation inc. reçoit une aide financière de 329 750 $, alors que le budget total est de plus de 983 777 $. Par ce projet, dix emplois seront créés ou maintenus.

Région de la Chaudière-Appalaches

  • Groupe SNS

Le Groupe SNS, de Saint-Joseph-de-Beauce, réalisera un projet d’unité de vidange des boues usées de fosses septiques permettant le retour du liquide, préalablement épuré, à la fosse. L’objet de ce projet est de mettre au point une unité mobile de traitement des eaux usées de fosses septiques qui permettra la réduction à la source du volume des boues à traiter en permettant le retour du surnageant filtré à la fosse septique. Le budget du projet du Groupe SNS totalise 594 117 $ et la subvention versée est de 98 000 $. Le Groupe SNS prévoit maintenir ou créer sept emplois.

Région de la Montérégie

  • Sanexen Services environnementaux inc.

Par son projet de conception d’un logiciel, Sanexen Services environnementaux inc., de Longueuil, réalisera rapidement, de façon efficace et scientifiquement valide, des évaluations de risques écotoxicologiques. La création de ce logiciel facilitera l’application de la Politique de protection des sols et de réhabilitation des terrains contaminés adoptée par le gouvernement en 1998. L’aide financière reçue s’établit à 135 631 $, par rappport à l’ensemble du budget qui est de 417 355 $. Le projet permettra de maintenir ou de créer cinq emplois auxquels viendront s’ajouter après le projet dix autres emplois pour la distribution, le support technique et la mise à jour du logiciel.

  • Lysac Technologies inc.

Lysac Technologies inc., de Varennes, reçoit une subvention de 243 070 $ pour se consacrer à un projet de valorisation d’un résidu afin de créer un nouveau superabsorbant. Le coût de ce projet de recherche, de développement et de commercialisation dont le budget total est de 975 649 $. Le projet permettra de créer ou maintenir huit emplois durant le projet de R-D-D. À la phase de mise en marché, il pourrait générer quinze à vingt emplois.

AUTRES PROJETS SOUTENUS FINANCIÈREMENT PAR LE FPGST-E DEPUIS 1997

(INFORMATION DIFFUSÉE PAR VOIE DE COMMUNIQUÉ LE 17 DÉCEMBRE 1999)

Région de la Capitale nationale

  • Centre de recherche industrielle du Québec

Le Centre de recherche industrielle du Québec (CRIQ) réalisera deux projets visant à résoudre le problème de la contamination par le lisier de porc. Les projets consistent en l’adaptation, la démonstration et l’optimisation d’un procédé de traitement par biofiltration du lisier et de ses odeurs connu sous le nom de BIOSOR-LISIER. Dans le premier cas, l’aide financière s’élève à près de 139 000 $ sur un budget total de quelque 650 000 $; elle permettra de créer ou de maintenir 15 emplois. Pour le deuxième projet, l’aide financière est de 178 000 $ sur un budget total de plus de 880 000 $. Dix emplois seront créés ou maintenus.

  • Alex Sol inc.

Le projet d’Alex Sol inc., de Québec, vise à développer un procédé pour extraire les métaux lourds des eaux résiduelles qui sont générées lors de la décontamination chimique des sols. Le procédé qui sera mis au point permettra une économie importante quant au coût de la décontamination et de la gestion des résidus métalliques. Ce projet, qui totalise 407 500 $, reçoit une subvention de 123 500 $. Au total, huit emplois seront créés ou maintenus.

  • AlumiCa Inc.

L’entreprise AlumiCa Inc., de Québec, réalisera la démonstration commerciale d’une technologie innovatrice qui permettra le recyclage des résidus émanant de la production d’aluminium. La subvention gouvernementale est de 365 000 $ sur un budget total de 1 075 000 $. Vingt-cinq emplois seront créés ou maintenus.

Région de la Chaudière-Appalaches

  • Royal Mat inc.

Le projet de Royal Mat inc., de Beauceville, vise à compléter le développement et l’adaptation à l’échelle industrielle d’une technologie de traitement des gaz contenant des composés organiques volatils issus du recyclage des pneus usés. Rappelons que ce type de gaz contribue à la réduction de la couche d’ozone. Une fois cette technologie mise au point, elle pourra être appliquée à d’autres types d’industries. L’aide financière du gouvernement du Québec s’élève à 145 000 $ sur un budget total de plus de 485 000 $. Elle permettra de maintenir ou de créer trois emplois.

  • Horti-Protection inc.

L’entreprise Horti-Protection inc., de Breakeyville, réalisera un projet visant à contrôler les champignons nuisibles se trouvant dans les terreaux utilisés dans la culture en serre. Le projet consiste à remplacer les fongicides chimiques par un contrôle biologique, à l’aide d’une souche indigène de champignon (le Trichoderma). Le budget total est de près de 267 000 $ et l’aide financière du gouvernement du Québec s’élève à plus de 113 000 $. Huit emplois seront créés ou maintenus.

  • E.P.A. Canada ltée

Le projet de la firme E.P.A. Canada ltée, de Montmagny, vise à démontrer, à l’aide de prototypes, qu’il est possible de recouvrir les réservoirs à lisier de porcs avec des structures légères non traditionnelles, à des coûts inférieurs aux coûts actuels. Cela permet de diminuer les volumes de lisier à gérer et les odeurs engendrées par les réservoirs. L’aide financière du gouvernement du Québec s’élève à 50 000 $ sur un budget total de 121 000 $. Le projet créera ou maintiendra huit emplois.

Région de l’Estrie

  • Envirotel inc.

Envirotel inc., de Sherbrooke, développera un compteur de poissons pour répondre aux besoins des gestionnaires des principales espèces migratrices, en particulier le saumon atlantique et l’anguille d’Amérique. En améliorant la capacité actuelle de dénombrer de façon fiable et efficace les populations animales exploitées, ce projet contribuera à une meilleure gestion de la faune. L’aide financière gouvernementale s’élève à près de 48 000 $ sur un budget total de plus de 95 000 $. Cinq emplois seront créés ou maintenus.

Région de Montréal

  • Cansolv Technologies inc.

La firme Cansolv Technologies inc. (CTI) réalisera un projet de démonstration d’une chaîne de procédés pour récupérer le dioxyde de souffre (SO2). Cette substance, qui contribue aux pluies acides, se retrouve dans les émissions atmosphériques de plusieurs industries comme les usines de pâtes et papiers et les fonderies. L’aide financière du gouvernement est de 300 000 $ sur un budget total de 1 400 000 $. Au total, six emplois seront créés ou maintenus.

  • Fermag inc.

L’objectif du projet de Fermag inc., de Montréal, est de fournir à l’industrie sidérurgique une technologie de traitement et de recyclage des poussières provenant de la production de l’acier pour les réutiliser, comme composant dans la production du ciment ou comme pigments, dans la peinture par exemple. Le gouvernement du Québec a autorisé une aide financière de 181 000 $ sur un budget total de près de 756 000 $. Quatorze emplois seront créés ou maintenus.

Région de Laval

  • Ville de Laval

Le Service des travaux publics de Ville de Laval mènera un projet-pilote visant à optimiser le compostage des matières organiques récoltées au moyen de la collecte sélective. Le projet consiste à réaliser une étude de faisabilité d’un ramassage séparé des matières organiques auprès des institutions, commerces, industries et résidences, pour les transformer en un compost de qualité. L’aide financière du gouvernement québécois s’élève à 113 000 $, sur un budget total de quelque 842 000 $. Cette aide financière contribuera à la création ou au maintien de quatre emplois.

Région de l’Abitibi-Témiscamingue

  • Technologies ETC5 Ltée

Cette entreprise développera un procédé d’élimination des cyanures issus de la récupération de l’or du minerai par l’utilisation des électrotechnologies. Le projet est innovateur, puisqu’aucune unité industrielle utilisant ce type de procédé n’est en service au Québec, au Canada ou à l’étranger. Le gouvernement investit 180 000 $ sur un budget total de quelque 483 000 $. Dix emplois seront créés ou maintenus.

AUTRES PROJETS SOUTENUS FINANCIÈREMENT PAR LE FPGST-E DEPUIS 1997

(INFORMATION DIFFUSÉE PAR VOIE DE COMMUNIQUÉ LE 25 MARS 1999)

Région du Saguenay-Lac-Saint Jean

  • Écono H20 inc.(Chicoutimi)

Cette entreprise verra à concevoir, à produire et à commercialiser un économiseur d'eau potable pour les cabinets d'aisance. Cet appareil permettra d'économiser de quatre à six litres d'eau lors de l'utilisation de la chasse d'eau des cabinets. Le gouvernement du Québec a investi plus de 35 000 $ dans ce projet évalué à plus de 70 000 $. Quatre emplois seront créés ou maintenus.

  • Sedac Environnement inc. (Chicoutimi)

Cette entreprise travaillera à concevoir, à réaliser et à valider une unité portative visant à enregistrer de façon continue la concentration du gaz HF présent dans les émissions atmosphériques à différentes étapes des procédés industriels. Québec injecte près de 60 000 $ dans ce projet dont le coût total est de 120 000 $. Ce projet permettra de créer quatre emplois.

Région de la Capitale Nationale

  • Centre de recherche en horticulture de l'Université Laval

Pour diminuer de moitié l'utilisation des pesticides dans les espaces verts en milieu urbain, le Centre de recherche en horticulture de l'Université Laval, de Sainte-Foy, vise à mettre au point de nouvelles technologies qu'il proposera par la suite aux producteurs agricoles. La participation financière du gouvernement à ce projet est de 97 000 $ sur un investissement total de plus de 310 000 $. Ce projet se traduira par la création ou le maintien de dix emplois sur un horizon de trois ans.

  • Firme Biogénie S.R.D.C. inc. (Sainte-Foy)

Cette entreprise mettra au point un procédé de bio-augmentatiom fongique pour réhabiliter les terrains pollués par des composés récalcitrants. Il s'agit d'une approche qui apportera une solution prometteuse à une problématique importante au Québec et dans plusieurs pays industrialisés. À travers le monde, des milliers de terrains contaminés sont en attente de réhabilitation. La participation financière du gouvernement québécois à la réalisation de ce projet s'élève à 332 000 $ sur un investissement total de 705 000 $. Biogénie prévoit y employer quinze personnes sur une période de trois ans.

  • Compagnie Silicycle inc. (Québec)

Cette société compte finaliser la conception et l'optimisation d'un procédé unique au monde de recyclage du gel de silice. Silicycle inc. privilégie le recyclage plutôt que l'enfouissement du gel de silice et son procédé a pour avantage de protéger l'environnement. La participation financière du gouvernement québécois s'élève à 84 000 $ dans ce projet qui nécessite un investissement total de près de 650 000 $. Ce projet permettra la création ou le maintien de huit emplois.

Région de l'Estrie

  • Les Produits Environnementaux Atlas inc. (Sherbrooke)

Cette société travaillera à la mise au point d'un coagulant naturel exempt de tout " ion " métallique dans le traitement des eaux usées au Québec. Ce projet, mené par " Les Produits Environnementaux Atlas ", constitue un véritable progrès environnemental pour les stations de traitement des eaux. Le gouvernement du Québec injecte quelque 120 000 $ dans ce projet qui s'élève à près de 250 000 $. Six emplois seront ainsi créés ou maintenus à Sherbrooke.

Région de Montréal

Ville de Montréal

La ville de Montréal travaillera à la réalisation d'un projet de démonstration pour l'élaboration d'un nouveau type de couvert pour lieu d'enfouissement sanitaire au Complexe environnemental Saint-Michel. La participation financière du gouvernement québécois dans ce projet est de 165 000 $. Ce projet, qui nécessite un investissement total de près de 655 000 $, entraînera la création ou le maintien de dix emplois.

  • GEIGER de l'Université du Québec à Montréal

Le Groupe d'Études Interdisciplinaires en Géographie et Environnement Régional de l'Université du Québec à Montréal compte élaborer un outil de gestion intégrée des ressources pour les intervenants régionaux de l'Outaouais, basé sur le cadre écologique de référence. L'aide financière du gouvernement du Québec s'élève à 225 000 $ pour ce projet de 450 000 $, qui permettra le maintien ou la création de neuf emplois.

Région de Lanaudière

  • Fédération de l'Union des producteurs agricoles de Lanaudière (Joliette)

Cet organisme réalisera une étude sur l'utilisation raisonnée du lisier de porc dans la production de légumes en terre minérale. Ce projet vise à prouver l'efficacité du lisier de porc en tant que fertilisant des sols pour la production de légumes. Le gouvernement du Québec investit quelque 72 000 $ dans ce projet de 290 000 $, qui entraînera la création ou le maintien de six emplois.

Région de la Montérégie

  • Réseau de partenariat IRB/INRS/Université Laval/RDV/Industries (Biogénie, Expro, TechnoRem) (Salaberry-de-Valleyfield)

Le réseau de partenariat IRB/INRS/Université Laval/RDV/Industries travaillera à la conception d'un outil de gestion des sites contaminés par des produits énergétiques (nitro-aromatiques). Le but de ce projet est de concevoir un outil de gestion des lieux contaminés par des explosifs et en faire une démonstration sur le terrain par analyse de risque. Une somme de 210 000 $ est accordée aux partenaires de ce projet de 550 000 $ qui contribuera à créer ou maintenir vingt-huit emplois.

Région du Centre-du-Québec

  • Industries Machinex (Plessisville)

Cette entreprise mettra au point un procédé de séparation automatisée de matières récupérées pour un centre de tri. Industries Machinex souhaite exploiter un système de séparation capable de traiter jusqu'à 15 tonnes à l'heure de matières récupérables. Une aide financière de près de 90 000 $ est allouée à ce projet totalisant quelque 330 000 $. Ce projet générera huit emplois à Plessisville.

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017