Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqués de presse

À la suite de l’avis de la santé publique en Chaudière-Appalaches

« IL N’Y A PAS DE CHANCES À PRENDRE, NOUS ÉVALUERONS LA QUALITÉ DE L’EAU SOUTERRAINE »

Québec, le 22 mars 2001 – Le ministre de l’Environnement, monsieur André Boisclair, annonce que le ministère de l’Environnement mettra sur pied, de concert avec l’Institut national de santé publique du Québec, le ministère de la Santé et des Services sociaux et le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, une étude de caractérisation afin d’évaluer la qualité de l’eau souterraine dans la région de la Chaudière-Appalaches.

« Ainsi nous répondrons aux inquiétudes soulevées et nous prendrons les moyens pour mieux informer la population sur les risques environnementaux et sanitaires qui sont liés aux productions animales dans cette région aux prises avec un important problème de surplus de fumier », a précisé le ministre Boisclair.

Cette décision gouvernementale fait suite à l’avis de santé publique, émis aujourd’hui par la Régie régionale de la santé et des services sociaux Chaudière-Appalaches, recommandant que soit réalisée une étude approfondie sur les risques environnementaux et sanitaires associés aux productions animales dans la région.

« L’étude de caractérisation couvrira les bassins des rivières Chaudière, Etchemin et Boyer. J’annonce également qu’une même étude sera réalisée pour les bassins versants des deux autres régions où l’on retrouve les plus importantes quantités de surplus de fumier. Il s’agit des bassins versants des rivières Bayonne et L’Assomption, dans Lanaudière, Yamaska dans la Montérégie et Nicolet qui est en partie dans cette région », a indiqué le ministre Boisclair.

« Cette étude de caractérisation sera élaborée en concertation avec les intervenants concernés et à partir de paramètres communs dans le but de mieux documenter les impacts de la pollution d’origine agricole. Elle s’inscrit dans un plan d’ensemble qui comprend la modernisation de la réglementation sur l’eau potable et sur le captage de l’eau souterraine, l’élaboration de la future politique nationale sur la gestion de l’eau et la modernisation du Règlement sur la réduction de la pollution d’origine agricole », a souligné le ministre Boisclair.

Par ailleurs, le ministre Boisclair évaluera la nécessité de procéder également à une étude de caractérisation en ce qui concerne la qualité des eaux de surface servant à l’alimentation en eau potable dans la région de la Chaudière-Appalaches.

Pour le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation : « Il est très important de mesurer les risques réels pour la santé de la population en lien avec les activités de production animale ». Le Ministre a, par ailleurs, rappelé que le MAPAQ supporte activement les agriculteurs dans la mise en conformité environnementale de leur exploitation.

« J’ai pour priorité de placer le citoyen au cœur des discussions et de la recherche de solutions appropriées. Je veillerai à ce que ces études et toute l’information nécessaire soient mises à la disposition du public. Le processus se fera dans un souci constant de transparence et de diligence », a conclu monsieur Boisclair.

- 30 -
SOURCE :
Louise Barrette
Direction des communications
Tél : (418) 521-3823, poste 4163
Sylvia Provost
Attachée de presse du
ministre Boisclair
Tél : (418) 521-3911

    Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017