Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqués de presse

Lutte contre les précipitations acides au Québec

« LE QUÉBEC VISE ENCORE PLUS HAUT : L’OBJECTIF DE RÉDUCTION PRÉVU POUR 2010 DES ÉMISSIONS DE SO2 EST PORTÉ DE 40 % À 50 % » ANNONCE LE MINISTRE BOISCLAIR.

Québec, le 26 avril 2001 – Au moment d’aller rejoindre à Winnipeg ses homologues fédéral, provinciaux et territoriaux pour la réunion semestrielle du Conseil canadien des ministres de l’Environnement (CCME), le ministre André Boisclair a annoncé que le Québec portera de 40 % à 50 % son objectif de réduction prévu pour 2010 des émissions acidifiantes de dioxyde de soufre (SO2) et ce, par rapport aux émissions de 1994 établies à 500 kilotonnes par année. Ce faisant, le Québec franchit ainsi une nouvelle étape d’importance dans ce dossier où historiquement il a toujours exercé un leadership déterminant, en raison notamment des impacts majeurs de l’acidification sur ses lacs et forêts.

Cet engagement additionnel impliquant des réductions annuelles pouvant aller jusqu’à 50 kilotonnes a été obtenu grâce à des démarches soutenues effectuées auprès des principaux secteurs générateurs de SO2 au Québec, dont au premier chef les entreprises industrielles œuvrant dans l’extraction du cuivre et du titane. Cette nouvelle cible a également fait l'objet d'une consultation auprès des groupes d'intérêt et des organisations non-gouvernementales que concerne la problématique des précipitations acides.

Cette décision intervient dans le cadre de la Stratégie pancanadienne sur les émissions acidifiantes pour les années 2000 et suivantes qui a été signée le 19 octobre 1998 par les ministres canadiens de l'Environnement et de l'Énergie. Celle-ci a comme objectifs principaux de poursuivre une réduction supplémentaire des émissions acidifiantes provenant des États-Unis et d'établir de nouveaux objectifs de réduction des émissions de SO2 en Ontario, au Québec, au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse. Elle vise également à assurer l'adéquation du suivi environnemental et de la connaissance scientifique qui constituent l'assise même de l'argumentation des demandes canadiennes envers les États-Unis. À cet égard, le Québec assumant la coprésidence du Groupe de travail sur les pluies acides du CCME chargé d'assurer le suivi de la Stratégie pancanadienne, c’est le ministre Boisclair qui présentera officiellement à ses collègues réunis dans la capitale manitobaine les 30 avril et 1er mai prochains, les conclusions du dernier rapport d’étape des travaux effectués.

Quant au propre bilan du Québec, monsieur Boisclair l’expose ainsi : « Par rapport au niveau de 1980, nos émissions qui totalisaient alors quelque 1,1 million de tonnes de SO2 ont été réduites de plus de 70 %. Nos émissions de dioxyde de soufre en 1998 se situaient à 315 kilotonnes. Malgré ces performances et celles obtenues de la part de l’Ontario et des États-Unis, je dois toutefois déplorer ardemment que le sud du Québec continue de recevoir des précipitations acides bien au-delà de la charge critique pour la protection de ses forêts et lacs. »

Voilà pourquoi, indique le ministre, le Québec poursuivra assidûment sa participation aux travaux sur le suivi et la mise en œuvre de la Stratégie pancanadienne. Pour ce faire, dans le contexte du Plan d'action sur les précipitations acides de la CGNA/PMEC ainsi que de la Stratégie pancanadienne, le Québec est à revoir ses divers programmes scientifiques et de monitoring. De plus, il encouragera ses partenaires, et notamment le gouvernement du Canada, à consacrer à ce dossier toutes les ressources utiles au suivi environnemental requis et à effectuer les représentations nécessaires auprès des États-Unis.

Pour monsieur Boisclair « puisque le territoire québécois est zone réceptrice majeure, la nécessité d’assurer une surveillance continue du phénomène et d’en produire une documentation actualisée des impacts sont là les moyens par excellence pour convaincre les États-Unis, principale source des émissions acidifiantes, de la nécessité d'une réduction additionnelle substantielle de celles-ci. »

- 30 -
SOURCE :
Sylvia Provost
Attachée de presse
Cabinet du ministre
Tél : (418) 521-3911
 

    Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017