Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqués de presse

XXVIe Conférence des Gouverneurs de la Nouvelle-Angleterre et des Premiers ministres de l’Est du Canada

« GRANDE VICTOIRE POUR L’ENVIRONNEMENT ET LE QUÉBEC » ANDRÉ BOISCLAIR

Québec, le 29 août 2001 – « L’acceptation du plan d’action sur les changements climatiques par la Conférence des Gouverneurs de la Nouvelle-Angleterre et des Premiers ministres de l’Est du Canada renforce la portée des mesures prises par le Québec. Il confirme de façon non équivoque l’intention des gouvernements signataires de s’unir pour lutter de façon concrète contre l’augmentation des émissions des gaz à effet de serre, et ce, en dépit de la résistance à l’égard du Protocole de Kyoto affichée par le gouvernement Bush. » C’est en ces termes que le ministre de l’Environnement M. André Boisclair a commenté l’adoption, hier, à Westbrook (Connecticut) de deux résolutions touchant les problématiques atmosphériques : l’une concernant l’application d’un plan conjoint destiné à réduire les émissions de gaz à effet de serre et l’autre portant sur les pluies acides et la pollution par le mercure.

Importantes retombées pour le Québec

Les actions résultant de ces décisions entraîneront des gains très appréciables pour le Québec. Le plus important de ces bénéfices a trait à la qualité de l'air. En effet, en raison de l'orientation des courants régionaux aériens sur le territoire québécois, la pollution atmosphérique des états de la Nouvelle-Angleterre affecte tous les habitants de la vallée du Saint-Laurent. La réduction escomptée des émissions de gaz à effet de serre, de mercure et de dioxyde de soufre de la part des états frontaliers américains produira un assainissement général de la qualité de l'air au Québec. De plus, la mise en application de ce plan permettra à l’ensemble des gouvernements de la grande région du Nord-Est du continent de combiner leurs efforts, ce qui devrait avoir un effet multiplicateur sur les résultats obtenus.

En signant cette entente, les six gouverneurs de la Nouvelle-Angleterre se démarquent ainsi du gouvernement fédéral américain dans le dossier des changements climatiques. Ils pourraient influencer positivement le gouvernement fédéral des États-Unis dans le sens d’une position plus proactive à l’égard des efforts américains en cette matière.

Conformité avec les actions préconisées par le Québec

Le plan d'action déposé hier lors de la Conférence qui s’est tenue à Westbrook met de l'avant neuf mesures précises destinées à lutter contre les changements climatiques. Ces mesures visent la réduction des gaz à effet de serre dans les secteurs des transports et de la production de l'énergie, l'établissement de mesures d'économie d'énergie, l'adaptation aux impacts causés par les changements climatiques, la création d'un registre des émissions et la constitution d'un mécanisme d'échange de crédits d'émission. Elles renforcent le plan d’action québécois.

Le rôle du Québec

Le Québec compte parmi les partenaires majeurs de la Conférence des gouverneurs de la Nouvelle-Angleterre et des premiers ministres de l’Est du Canada. Il a participé étroitement à la rédaction du plan d'action et joué un rôle proactif pour faire accepter les objectifs de réduction d'émission ciblés. Plusieurs des références sur la qualité de l'air et la santé qui apparaissent dans le plan y ont été inscrites à sa demande.

Ayant développé une expertise dans le domaine des changements climatiques depuis 1995, le Québec pourra jouer un rôle de leader dans la mise en oeuvre du plan de la Nouvelle-Angleterre et des provinces de l'Est du Canada et partager son expertise, notamment pour la mise en place d'inventaires des gaz à effet de serre avec ses partenaires américains.

Objectifs précis

Le plan d’action revoit que chaque gouvernement est solidairement responsable de l’atteinte des objectifs suivants :

Objectifs à court terme :

  • D’ici 2010, réduire les émissions de GES de la région aux niveau de 1990.

Objectifs à moyen terme :

  • D’ici 2020, réduire les émissions de GES de la région de façon à ce qu’elles soient au moins de 10 % inférieures à celles de 1990, et à ajuster les objectifs au besoin et à établir les objectifs futurs de réduction des émissions.

Objectifs à long terme :

  • Réduire suffisamment les émissions de GES de la région pour éliminer toute menace grave pour le climat; d’après les connaissances actuelles, cela exigerait des réductions de 75 à 85 % par rapport aux niveaux actuels.

Les pluies acides et le mercure

Par ailleurs, au regard des dossiers relatifs au mercure et aux pluies acides, le ministre s’est montré particulièrement heureux de constater que les plans d’action sur ces deux problématiques adoptés lors de la réunion de la Conférence tenue à Fredericton en 1998 portent maintenant fruits. À propos du mercure, de déclarer le ministre : « Le Québec ne ménagera aucun effort pour contribuer à la détermination et à la mise en œuvre des mesures nécessaires à l’atteinte, d’ici 2010 ou avant, d’une réduction globale de 75% ou plus des rejets de mercure dans l’environnement à partir des sources de la grande région du Nord-Est américain. »

L’entente Québec-New Hampshire

Outre les ententes signées avec l’ensemble des partenaires de la Conférence, le gouvernement du Québec a conclu une entente particulière avec le New Hampshire concernant les répercussions environnementales transfrontalières. Par cette entente bilatérale, les deux gouvernements s’engagent à partager l’information et les connaissances qu’ils détiennent concernant leurs territoires respectifs ainsi que leur expertise en termes de solutions aux problèmes environnementaux. Ils s’engagent également à se porter assistance en cas de catastrophe environnementale susceptible d’altérer la qualité de l’environnement de l’un ou l’autre territoire. Enfin, ils se consulteront avant d’initier toute action ou projet susceptible d’avoir un impact sur l’environnement transfrontalier. Cette entente sur les répercussions environnementales transfrontalières s’ajoute à d’autres ententes semblables déjà conclues entre le Québec et les États de New-York et du Vermont. Vous trouverez l’entente et autres documents à l’adresse Internet suivante : http://www.menv.gouv.qc.ca

Entente entre le gouvernement du Québec et le gouvernement de l’État du New Hampshire concernant les répercussions environnementales transfrontalières

Version française http://www.menv.gouv.qc.ca/communiques/2001/c010829a-annexe.htm
English version http://www.menv.gouv.qc.ca/communiques/2001/c010829a-annexe-en.htm

Plan d'action sur le changement climatique :

Version française http://www.scics.gc.ca/pdf/850084011_f.pdf
English version http://www.scics.gc.ca/pdf/850084011_e.pdf

Plan de communication sur les pluies acides :

Version française http://www.scics.gc.ca/pdf/850084014_f.pdf
English version http://www.scics.gc.ca/pdf/850084014_e.pdf

Mise en oeuvre du plan d'action visant le mercure :

Version française http://www.scics.gc.ca/pdf/850084012_f.pdf
English version http://www.scics.gc.ca/pdf/850084012_e.pdf

Rapport technique connexe :

Version française http://www.scics.gc.ca/pdf/850084010_f.pdf
English version http://www.scics.gc.ca/pdf/850084010_e.pdf

Résolution 26-3, Résolution sur les projets environnementaux :

Version française http://www.scics.gc.ca/cinfo01/850084006_f.html
English version http://www.scics.gc.ca/cinfo01/850084006_e.html

Résolution 26-4, Résolution concernant l'énergie et l'environnement :

Version française http://www.scics.gc.ca/cinfo01/850084007_f.html
English version http://www.scics.gc.ca/cinfo01/850084007_e.html

- 30 -
SOURCE :
Sylvia Provost
Attachée de presse
Cabinet du ministre de l’Environnement
Tél. : (418) 521-3911
Louise Hamel
Conseillère en communication
Direction des communications
Tél. (418) 521-3823 poste 8025

    Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017