Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqués de presse

LE MINISTRE BOISCLAIR ANNONCE LE PROJET DE CRÉATION DE LA RÉSERVE ÉCOLOGIQUE DE COLERAINE ET INAUGURE LE PROJET DE CONSERVATION DES TROIS MONTS DE COLERAINE

Saint-Joseph-de-Coleraine, le 30 octobre 2001 – En compagnie du maire de Saint-Joseph-de-Coleraine, M. Gilles Gosselin, et du directeur de la société Conservation de la Nature-Québec, M. Pierre Renaud, le ministre de l’Environnement, M. André Boisclair, a annoncé aujourd’hui le projet de création de la réserve écologique de Coleraine.

« La future réserve écologique de Coleraine et le projet de conservation des Trois Monts de Coleraine s’inscrivent comme un geste tangible qui contribue à préserver la valeur écologique et la beauté d’un paysage magnifique, un grand vestige d’affleurements naturels de serpentine dans la région de la Chaudière-Appalaches. Je tiens à remercier chaleureusement de leur contribution les partenaires de premier plan de cette réalisation, soit la municipalité de Saint-Joseph-de-Coleraine, la société Conservation de la Nature-Québec, la Corporation des sentiers pédestres des 3 Monts de Coleraine ainsi que la compagnie Asbestos qui a fait don de ses droits miniers », a précisé le ministre Boisclair.

Située à quelques kilomètres au sud–ouest de Thetford Mines, la future réserve écologique de Coleraine, d’une superficie d’environ 400 hectares, est un des rares sites au Québec où affleure la serpentine, une roche riche en magnésium. Accidenté, ce territoire comprend deux élévations de près de 500 mètres d’altitude, soit le mont Oak et la colline Kerr. On y trouve une grotte, vestige d’anciennes exploitations minières du début du XXe siècle. Cette réserve occupera la moitié du territoire du projet de conservation des Trois Monts de Coleraine, lequel est caractérisé par un relief de même nature dominé par le mont Caribou.

La future réserve écologique protégera plusieurs groupements forestiers d’intérêt écologique élevé, dont la chênaie rouge à érable à sucre, reconnue comme un écosystème forestier exceptionnel. Le projet vise également la protection de cinq plantes menacées ou vulnérables. L’une de ces espèces, l’aspidote touffue, est une petite fougère extrêmement rare.

Rappelons que le statut de « réserve écologique » qui est le plus haut niveau de conservation des milieux naturels au Québec, signifie que toute activité d’exploitation y est interdite à l’exception des activités scientifiques et d’éducation. En ce qui concerne la future réserve écologique de Coleraine, des sentiers d’interprétation déjà aménagés seront maintenus et utilisés dans un contexte éducatif plus large, soit le projet de conservation des Trois Monts de Coleraine, lequel est situé sur des terrains appartenant à la municipalité de Saint-Joseph-de-Coleraine. Plusieurs plantes menacées ou vulnérables ont également été répertoriées dans ce secteur et leur habitat sera protégé.

Également présent à cette cérémonie, le député de Frontenac, M. Marc Boulianne, a indiqué que « la municipalité de Saint-Joseph-de-Coleraine a toujours cru en l’importance de conserver ce massif rocheux pour le développement écotouristique. Je félicite et remercie tous les partenaires régionaux d’avoir garanti un développement durable de ce joyau naturel de la Chaudière-Appalaches ».

« Chaque réserve écologique est un laboratoire au naturel ou un grand livre qui ne demande qu’à être lu. Chacune et chacun pourra ainsi apprécier les richesses remarquables qu’abrite la réserve écologique de Coleraine », a conclu le ministre Boisclair.

- 30 -

SOURCE :

Jean-Louis Laplante
Attaché de presse
Cabinet du ministre
Tél. : (418) 521-3911
Louise Barrette
Conseillère en communication
Direction des communications
Tél. : (418) 521-3823, poste 4163
 
ANNEXE
 
RÉSERVE ÉCOLOGIQUE PROJETÉE DE COLERAINE

La future réserve écologique de Coleraine, d'une superficie d'environ 400 hectares, se situe dans la MRC de L'Amiante, à quelques kilomètres au sud-ouest de Thetford Mines, en Chaudière-Appalaches. Le site est l'un des rares au Québec où affleure la serpentine, une roche ultrabasique riche en magnésium. Ce type de roches favorise la présence de plantes particulières et rares. Accidenté, le territoire comprend deux élévations de près de 500 mètres d'altitude, soit le mont Oak et la colline Kerr. On y trouve une grotte, vestige d'anciennes exploitations minières.

La future réserve écologique protégera plusieurs groupements forestiers d'intérêt écologique élevé. La chênaie rouge à érable à sucre, reconnue comme un écosystème forestier exceptionnel, croît sur les pentes douces des coteaux sud-ouest, tandis que la pinède de pin rouge et de pin blanc, rare dans la région, occupe des terrains beaucoup plus accidentés. Le projet vise également la protection de cinq plantes menacées ou vulnérables : l'adiante des Aléoutiennes(Adiantum aleuticum), l'adiante des Montagnes Vertes (Adiantum viridimontanum), l'aspidote touffue (Aspidotis densa), la doradille ébène (Asplenium platyneuron) et la verge d'or simple variété de Rand (Solidago simplex subsp. randii var. randii). Associées aux milieux serpentinicoles, ces espèces croissent sur les talus d'éboulis à pente forte, bien que certaines d'entre elles se rencontrent sous des conditions écologiques plus favorables. L’une de ces espèces, l'aspidote touffue, est une petite fougère extrêmement rare. Elle est connue de six occurrences seulement en Amérique du Nord, toutes situées au Québec, dont trois dans la région de Coleraine. De plus, l'urubu à tête rouge, un vautour de petite taille, fréquente avec assiduité le territoire.

La future réserve écologique couvre un territoire en excellent état de conservation. Des sentiers d’interprétation y ont été aménagés dans le cadre d’un projet plus global de conservation. Ce projet global de conservation inclut une troisième élévation, soit le mont Caribou, situé sur des terrains appartenant à la municipalité de Saint-Joseph-de-Coleraine. Plusieurs plantes menacées ou vulnérables ont également été répertoriées dans ce secteur.

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017