Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqués de presse

ACCÉLÉRATION DU CAPTAGE ET DU TRAITEMENT DES BIOGAZ :

UNE NOUVELLE INITIATIVE DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC POUR RÉDUIRE LES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE

Montréal, le 5 novembre 2001 – « Le gouvernement du Québec entend accélérer la pratique du captage et du traitement des émissions de biogaz en provenance des lieux d’enfouissement de matières résiduelles. Grâce à cette initiative, les émissions totales de gaz à effet de serre du Québec seront réduites de 1,7% en 2012 par rapport à ce qu’elles étaient en 1990 ». C’est ce qu’a annoncé, à l’occasion d’une conférence de presse au Centre d’expertise des matières résiduelles de Montréal, le ministre de l’Environnement, M. André Boisclair, à la veille de son départ pour la Conférence de Marrakech sur les changements climatiques.

Ainsi, le gouvernement obligera tout lieu d’enfouissement important, actuel ou à venir, à capter et traiter les biogaz qu’il produit. Il assujettira aussi les nouveaux lieux d’élimination et la poursuite ou l’agrandissement de lieux existants à des normes d’aménagement, d’exploitation et de suivi environnemental plus strictes et plus sécuritaires pour les personnes et l’environnement.

Rappelons que le Québec doit éliminer annuellement quelque sept millions de tonnes de matières résiduelles dont 5,04 millions de tonnes de matières putrescibles vont à l’enfouissement. Une fois enfouie, la matière organique contenue dans les résidus se décompose en dégageant un biogaz constitué de méthane et de dioxyde de carbone, deux importants gaz à effet de serre (GES). À lui seul, le potentiel de réchauffement climatique du méthane est 21 fois plus élevé que le CO2.

Grâce au captage et au traitement des biogaz, on estime qu’en 2012, année de référence pour l’atteinte des objectifs de Kyoto, le Québec pourra afficher des résultats intéressants au chapitre de la limitation de la croissance de ses émissions de GES. À ce moment, la réduction annuelle qui lui sera attribuable serait d’environ 1,5 M tonne équivalent CO2, soit 1,7 % des émissions totales du Québec de 1990 ( 86 M tonnes ). En 2024, elle serait d’environ 3 M tonnes équivalent CO2 soit 3,4 %.

Cette baisse notable sera entraînée par l’augmentation de la pratique du captage et du traitement des biogaz. Elle proviendra également de l’utilisation de technologies de pointe qui rendra les lieux d’enfouissement plus étanches, et de ce fait, permettra d’augmenter la récupération actuelle des biogaz de 47 % à 85 %.

Actuellement, 30 % des biogaz générés sur l’ensemble des lieux d’enfouissement sont traités, principalement pour produire de l’électricité. À cet égard, M. Boisclair a mentionné que « des discussions sont amorcées avec les représentants de l’industrie afin de concrétiser des projets de valorisation énergétique des biogaz, une activité qui représente un potentiel de réduction d’émission de gaz à effet de serre encore plus important. »

La Conférence de Marrakech sur les changements climatiques (CdP 7)

Au moment de son départ pour Marrakech, M. Boisclair a mentionné que sa participation à cette conférence internationale visait plusieurs objectifs, notamment de s’assurer que le gouvernement canadien maintienne des positions de négociation souples afin de permettre l’adoption finale des dispositions conduisant à la ratification et à l’entrée en vigueur du protocole de Kyoto. Le ministre entend aussi veiller aux intérêts du Québec en vue de la reconnaissance pleine et entière, dans l’application du protocole, de l’hydroélectricité comme énergie renouvelable et des exportations d’énergie propre.

Par ailleurs, lors de son séjour à Marrakech, M. Boisclair participera à des rencontres de concertation des pays francophones qui sont Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques. Il doit entre autres s’entretenir avec des représentants de la région wallonne de Belgique, de la Suisse, du Maroc et de l’Algérie. Il profitera également de son séjour pour promouvoir les mécanismes favorisant le développement et le transfert de technologies vers les pays en développement.

- 30 -
SOURCE :
Jean-Louis Laplante
Attaché de presse
Cabinet du ministre
Téléphone : (418) 521-3911
Rolande Laveau
Conseillère en communications
Direction des communications
Tél. : (418) 521-3823 poste 4494

Allocution du ministre

Annexes

  1. Effets du Règlement sur les émission de gaz à effet de serre (GES) provenant d'élimination des matières résiduelles
  2. Lieux d’enfouissement sanitaires existants susceptibles d’être affectés par les nouvelles exigences du projet de règlement

  Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017