Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Démarche québécoise de développement durable

Agir en toute cohérence et parler un même langage

Adaptation de l’article paru en mars 2009
dans Le Journal de l’Association des employées et employés du gouvernement

L’ère du développement durable s’ouvre à l’échelle planétaire et le Québec s’outille pour prendre ce virage collectif. Ainsi, après la Loi sur le développement durable et la Stratégie gouvernementale de développement durable 2008-2013, le Comité interministériel du développement durable (CIDD) a adopté en décembre 2008 le Plan gouvernemental de sensibilisation et de formation à la démarche de développement durable. Ce plan vise à ce que le gouvernement du Québec agisse en toute cohérence et parle un même langage dans toutes ses organisations. La démarche de développement durable conduira à un changement profond de vision qui influencera, c’est certain, ses façons de faire.

Mais à quoi ce plan réfère-t-il en matière de « sensibilisation » et de « formation » à la démarche de développement durable? Les activités de sensibilisation s’adresseront au personnel en général, afin qu’il comprenne bien les enjeux liés à une telle démarche et qu’il soit au fait de son état d’avancement dans l’administration publique. Il pourra ainsi mieux contribuer à la mise en œuvre et à la réussite de la démarche gouvernementale. Les personnes clés de l’Administration qui ont à mettre en œuvre la Loi sur le développement durable et la Stratégie recevront, quant à elles, une formation ciblée et plus complète.

La sensibilisation et la formation contribueront à traduire la démarche québécoise de développement durable en actions concrètes, à court et à moyen termes, car une telle démarche ne peut s’improviser dans l’administration publique. En effet, cette opération d’envergure, dont le maître d’œuvre est le CIDD, touche 150 organisations. Elle est le fruit d’un long travail de réflexion mené conjointement par plusieurs acteurs, tant à l’échelle gouvernementale qu’à l’intérieur même des organisations, avec le soutien du Bureau de coordination du développement durable du ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs (MDDEP).

Trois axes prioritaires d’intervention

Le Plan gouvernemental de sensibilisation et de formation à la démarche de développement durable s’articule essentiellement autour de trois axes prioritaires d’intervention.

1. Développer une culture de développement durable

Pour que la démarche québécoise de développement durable devienne réalité, les organisations gouvernementales auront à vivre et à gérer un changement profond de culture. En adhérant progressivement à ce nouveau modèle de gestion, elles finiront par acquérir les réflexes nécessaires qui s’exprimeront à travers leurs politiques, leurs programmes, leurs décisions et leurs actions. C’est alors que l’on pourra parler d’une véritable culture de développement durable.

2. Accroître le savoir-agir

Le gouvernement du Québec doit s’approprier une telle démarche et l’adapter aux réalités de ses organisations. Pour y arriver, il pourra, entre autres, compter sur le développement des compétences et sur la tenue d’activités de formation ciblées. Les principes de développement durable, inscrits dans la Loi sur le développement durable, offrent par ailleurs une belle occasion de réfléchir aux meilleures pratiques en la matière. Ayant servi d’assises à la rédaction des plans d’action dans la plupart de ses organisations, ces principes lui permettront de prendre le virage de manière progressive et de revoir les politiques, les programmes et les actions à la lumière d’un nouveau cadre de gestion.

3. Maintenir l’expertise

Dans les organisations publiques, les officiers et officières de développement durable animent la démarche gouvernementale et, le cas échéant, soutiennent la personne qui siège au CIDD. Avec les responsables de l’extranet, les spécialistes des communications et les membres du comité de développement durable (lorsqu’un tel comité existe dans le ministère ou l’organisme), ils sont au cœur de la mise en œuvre de la démarche. Toutes ces personnes clés bénéficieront d’une formation encore plus pointue, qui les amènera à pousser plus loin leurs réflexions. Les activités de formation encourageront les échanges et le partage, de même que le développement et le maintien de réseaux de collaboration, de concertation et de coordination. Ainsi s’accroîtront les compétences des individus, des groupes et des organisations, assurant la pérennité de la démarche de développement durable et des effets positifs à long terme.

Un tronc commun d’outils de sensibilisation et de formation permettra à tous les ministères et organismes de l’appareil gouvernemental de répondre à des besoins similaires. Chaque ministère ou organisme pourra, de plus, réaliser des activités spécifiques de sensibilisation et de formation en cohérence avec la démarche gouvernementale de développement durable.

Trois clientèles particulières

Trois clientèles mériteront une attention immédiate.

  • Les gestionnaires sont au cœur de la réussite des changements au sein de l’administration publique et de leur équipe de travail. En effet, ils ont à gérer le changement à long terme et à mobiliser leur personnel.
  • Le personnel en région et celui qui a des horaires particuliers seront sensibilisés et formés au moment opportun, en fonction des besoins et des attentes des organisations et des ressources disponibles et requises, puisqu’ils sont plus difficiles à rejoindre.
  • Les coordonnateurs de comités interministériels sont aussi des acteurs de premier plan et des agents de changement essentiels, compte tenu de leur contribution et de leur rôle d’influence à l’égard des politiques, des pratiques et des plans d’action gouvernementaux.

Bref, toute une stratégie de sensibilisation et de formation à la démarche de développement durable s’amorcera au sein des organisations et à l’échelle gouvernementale. Il y aura alors des choix déterminants à faire afin que l’exemple donné par l’administration publique ait un effet d’entraînement dans la société. Le Québec fait partie de ce grand mouvement planétaire en faveur du développement durable. Nous sommes donc tous appelés à devenir des modèles pour les générations qui grandissent et pour celles qui suivront.


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017