Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Impact de l'agriculture sur les communautés benthiques et piscicoles du ruisseau Saint-Georges

Le ruisseau Saint-Georges, tributaire de la rivière L’Assomption, draine un bassin versant de 28,8 km2 divisé essentiellement en deux zones d’égale importance : une zone amont, presque complètement occupée par l’agriculture et une zone aval, dominée par la forêt, mais où se pratique un peu d’agriculture près de l’embouchure. En zone agricole amont, la piètre qualité des bandes riveraines associée aux fortes concentrations de phosphore, de coliformes fécaux et à la présence de nombreux pesticides seraient responsables de l’appauvrissement de la faune benthique. La variété taxonomique est faible. Les éphémères, les plécoptères et les trichoptères, groupes d’insectes très sensibles à la pollution, sont pratiquement absents. Il en est de même pour les mollusques. L’indice composite benthique (ICB) atteint ses valeurs les plus faibles. La pollution agricole semble aussi imposer un stress aux communautés piscicoles. Les espèces tolérantes à la pollution dominent le milieu. Les omnivores sont avantagés comparativement aux insectivores. Entre 10 % et 20 % des poissons ont les nageoires érodées. Tout comme pour l’ICB, c’est dans cette partie du bassin qu’on observe les valeurs les plus basses de l’indice d’intégrité biotique (IIB). Toutefois, en zone forestière, la qualité de l’eau ainsi que la composition des bandes riveraines s’améliorent. Les communautés benthiques et piscicoles y récupèrent rapidement et affichent des caractéristiques qui se rapprochent des communautés en santé. Les valeurs des indices ICB et IIB sont souvent très élevées. La présence d’une forêt sur le parcours du ruisseau semble donc favoriser les processus d’autoépuration de l’écosystème. Cette forêt contribue probablement à complexifier les habitats aquatiques et offre ainsi des conditions essentielles au maintien de communautés biologiques équilibrées et diversifiées.


Référence à citer : Richard, Y. et I. Giroux, 2004. Impact de l’agriculture sur les communautés benthiques et piscicoles du ruisseau Saint-Georges (Québec, Canada), Québec, ministère de l’Environnement, Direction du suivi de l’état de l’environnement, envirodoq no ENV/2004/0226, collection no QE/148, 28 p. et 2 ann.

Format PDF Format PDF*, 567 ko


* Vous devez disposer d'Acrobat Reader  pour visionner les documents PDF.


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017