ATTENTION

Un redécoupage du Québec méridional en 40 zones de gestion intégrée de l’eau a été réalisé.

Pour en savoir plus >>>

Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Le bassin versant de la rivière aux Outardes

Un vaste bassin principalement voué à la pêche et à la production d’hydroélectricité

Une étude menée par le Ministère, réalisée à partir de données recueillies de 1979 à 1996, a permis de dresser un état général de la qualité des eaux (et du milieu aquatique) de la rivière aux Outardes. Le document suivant présente l’essentiel des résultats obtenus.


Vue aérienne du réservoir Outardes 4 - Photo Hydro-QuébecRésumé : Un territoire difficile d'accès voué à la pêche et à l’hydroélectricité

Le bassin versant de la rivière aux Outardes, comme celui de la Manicouagan, est en grande partie voué à la production d’énergie hydroélectrique. Son régime est modifié par la présence de trois barrages-réservoirs. Ces aménagements semblent peu affecter la qualité des eaux à l’embouchure, laquelle reste bonne et varie peu au cours de l’année. On observe toutefois une légère acidité de l’eau d’origine naturelle et la présence de mercure mais en très faible quantité. Le territoire du bassin versant présente une forme étroite et allongée. Il est presque totalement boisé et fait l’objet d’une exploitation forestière. Les pressions humaines sont toutefois faibles et concentrées sur le littoral. Quoique l’amont soit difficilement accessible, la rivière est utilisée pour la pêche sur la majorité de son parcours.

Retour au menu du document

Présentation : Un bassin long et étroit ponctué de lacs et de réservoirs

Description du bassin versant

Situation géographique 

Bouclier canadien, région de la Côte-Nord (région 07).

Source de la rivière 

Amont du lac Plétipi, à 535 m d’altitude.

Embouchure de la rivière 

Fleuve Saint-Laurent à l’ouest de la municipalité de Baie-Comeau.

Superficie totale

19 057 km².

Longueur du cours d’eau 

417 km à partir du réservoir Manicouagan.

Réseau hydrographique

Chevelu, dense, mais peu étendu; de nombreux petits affluents drainent au total 42 % de la superficie du bassin.

Localisation et usages

Retour au menu du document

Caractéristiques hydrographiques 

Pente et débit

Pente moyenne de 1,3 m/km.

Débit moyen à l’embouchure : 389 m³/s.

Caractéristiques particulières 

Présence d’aménagements hydrauliques : 3 barrages hydroélectriques mis en service en 1969 et 1978.

Ils représentent une surface totale en eau de 705 km² 

Principales pressions exercées 

Pressions urbaines 

Le bassin de la rivière est peu peuplé. La population est principalement concentrée dans les agglomérations situées en aval des stations d’échantillonnage : Raguenau (1 779 hab.), Chutes-aux-Outardes (2 234 hab.), et Pointe-aux-Outardes(1 148 hab.). Les eaux usées de ces municipalités ne sont pas assainies.

Pressions agricoles 

Ce type de pression est très marginal. L’activité agricole est quasi absente sur le territoire du bassin.

Pressions industrielles 

L’exploitation forestière est une activité économique importante. De 1988 à 1995, environ 4 000 hectares de forêt ont été coupés en moyenne chaque année, soit environ 0,20 % de la surface du bassin.(Deux incendies ont eu lieu en 1991 et 1996, causant la perte de 26 275 et 31 225 hectares de forêt.)

Usages 

Hydroélectricité

Centrale Outardes-2

Rivière aux Outardes

Centrale Outardes-3

Centrale Outardes-4

Activités récréatives

Pêche sportive

Ensemble du bassin

Réservoirs Outardes-2 et Outardes-4

Plaisance

Embouchure

Réservoir Outardes-2

Baignade

Eau potable

Prises d’eau

Une prise d’eau dans le réservoir Outardes-2 alimentant deux réseaux (Chutes-aux-Outardes et Raguenau)

Quoique l’amont soit difficilement accessible, la rivière présente un fort potentiel récréotouristique. Elle est utilisée pour la pêche pratiquée sur la majorité de son parcours (brochet, grand corégone, ouananiche, touladi, omble de fontaine, éperlan). La baignade et la navigation de plaisance sont pratiquées aux endroits plus accessibles, en aval.

Retour au menu du document

Problématique et enjeux : Maintenir une bonne qualité d’eau

Le régime hydrologique de la rivière a été modifié d’une façon que l’on peut qualifier d’irrémédiable. Ces aménagements ne semblent cependant influer que marginalement sur la qualité des eaux de la rivière mesurée à l’embouchure. Il s’agit de s’assurer que la qualité de l’eau restera bonne et qu’elle permettra la poursuite d’autres activités telles que la pêche sportive.

État du milieu : Un milieu modifié mais une qualité d'eau qui reste bonne

Une eau de très bonne qualité (IQBP de classe A) 

Indicateur

Site

Période

Cote

Valeur de l’indice

IQBP

Embouchure

Étés 1990-1995

A (bonne)

94

Une composition de l'eau liée à la géologie et à la présence de réservoirs 

Contrairement à la rivière Moisie dont le cours n’est pas régularisé par la présence de barrages, ici l’absence de crues et de périodes d’étiage favorise une stabilité de certains descripteurs comme la conductivité, les matières en suspension, la turbidité. De plus, l’eau en contact avec les roches cristallines peu solubles du Bouclier canadien est faiblement chargée en matières dissoutes, ce qui donne comme résultat une eau de faible conductivité. À titre d’exemple, la médiane de la conductivité de la rivière aux Outardes est de 15 µS/cm, alors que celles des rivières des Appalaches se situent entre 100 µS/cm et 400 µS/cm.

Critères de qualité de l’eau, dépassements observés durant la période de janvier 1979 à avril 1996

Descripteurs

pH

P total

Aluminium

Nombre de mesures

193

308

33

Dépassements

27 %

13 %

15 %

La composition des eaux est typique des eaux circulant sur le Bouclier canadien dans les secteurs non dégradés. Elle ne présente pas de dépassements de critères, sauf en ce qui concerne le pH, le phosphore et quelque peu l’aluminium. Les caractéristiques géologiques et pédologiques particulières du milieu peuvent expliquer les concentrations observées. L’aluminium se présente sous une forme combinée à la matière organique, et donc peu biodisponible. Les dépassements du critère de qualité relatif au phosphore sont liés à la présence de roches riches en phosphate de calcium et n’ont pas d’impact sur le milieu. Les acides humiques confèrent quant à eux une acidité naturelle à une grande proportion de plans d’eau. Malgré cette acidité marquée, peu de lacs et de rivières ont été acidifiés consécutivement aux activités humaines. Des études ont démontré que l’ensemble des organismes vivant dans ces lacs n’avaient à peu près pas subi d’effets néfastes, pour autant que le lac avait un pH supérieur ou égal à 6,0. Il est à noter que la moyenne des données de pH dans la rivière des Outardes est égale à 6,5.

Des flux annuels d’azote et de phosphore faibles comparativement à ceux d’autres rivières

Azote

Phosphore

Flux (kg/ha.an)

1,14

0,11

Flux (tonnes/an)

2 168

208

Les quantités totales moyennes d’azote et de phosphore véhiculées par la rivière en une année sont le reflet d’une rivière drainant un territoire peu perturbé par des activités agricoles, industrielles et par l’urbanisation. À titre d’exemple, les rivières drainant des territoires agricoles peuvent exporter 5 à 10 fois plus d’azote et de phosphore par hectare.

Des poissons de pêche sportive à consommer avec modération

Le Guide de consommation du poisson de pêche sportive recommande de consommer avec modération certaines espèces prédatrices comme le grand brochet, la lotte et le touladi en raison d’une légère contamination de la chair de ces poissons par le mercure. Cette contamination est à la fois d’origine naturelle et humaine.

Retour au menu du document

Tendances : Une qualité des eaux stable

L’analyse des données recueillies entre 1979 et 1996 ne montre pas de changements significatifs d’un point de vue environnemental.

Problèmes résiduels :  Influence des réservoirs sur certains descripteurs de qualité

Le mode de gestion des réservoirs peut influencer la composition des eaux ainsi que la quantité et la qualité des habitats aquatiques. La bonne gestion des ouvrages hydrauliques est nécessaire au maintien du nouvel équilibre artificiellement créé.

Pistes d'actions pour l'avenir...

Des projets devraient bientôt améliorer l’approvisionnement en eau potable et l’assainissement des eaux usées des petites localités situées à l’embouchure de la rivière (notamment la ville de Raguenau), bien que ces problèmes n’interfèrent pas directement avec la qualité de l’eau de la rivière.

Le bassin en images

  Outardes 4 - Photo Hydro-Québec  Vue aérienne Outardes 4 - Photo Hydro-Québec 

Vue aérienne Outardes 3 - Photo Hydro-Québec  Vue aérienne Outardes 4 - Photo Hydro-Québec Lac Shackleton près de Manic 2 - Photo Hydro-Québec

  Retour au menu du document

Autres informations ou documents intéressants :

Le Ministère a produit un rapport technique et un document de vulgarisation se rapportant à l'état du bassin versant de la rivière aux Outardes; certains peuvent être consultés en ligne (hyperliens). Pour tout renseignement, vous pouvez communiquer avec le Centre de renseignements du Ministère.

Documents de vulgarisation

Rapports techniques

  • P.ROBITAILLE, 1998. Qualité des eaux des rivières aux Outardes, Manicouagan et Moisie, 1979 à 1996, Québec, ministère de l'Environnement et de la Faune, Direction des écosystèmes aquatiques, Envirodoq no EN980963, rapport no QE-116, 28 p., 4 annexes.

  • J. DUPONT, 1991. État de l’acidité des lacs de la région hydrographique de la Côte-Nord, ministère de l’Environnement du Québec, Direction de la qualité des cours d'eau, rapport QEN/PA-41/1, Envirodoq no N910065, ACIDOC AC909002, 119 p.

  • S. TREMBLAY, 1993. Étude de l’effet de l’acidité sur les communautés piscicoles de 44 lacs de la région hydrographique de la Côte-Nord, ministère de l’Environnement du Québec, Direction de la qualité des cours d'eau, rapport QEN/PA-46/1, Envirodoq no EN920221, 65 p.

  • A.BEAUCHAMP, 2000. L’eau, ressource à protéger, à partager et à mettre en valeur, tome 1, Bureau d’audiences publiques sur l’Environnement (BAPE), Québec, ministère de l’environnement, 478 p., consultable sous cédérom, Envirodoq n o CD/041/2000.

Recueil de données :

Autres ressources

Pour plus de renseignements sur les réservoirs (Manic-5) : http://www.hydroquebec.com/visitez/cote_nord/manic-5.html

 Liste des bassins versants


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017