Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

État de l'écosystème aquatique du bassin versant de la rivière Richelieu

Faits saillants 2005-2007

Résumé

Un portrait de la qualité des eaux du bassin versant de la rivière Richelieu est brossé à partir du calcul de l’indice de la qualité bactériologique et physicochimique (IQBP) de l’eau effectué à partir des données de la période 2005-2007. Les résultats obtenus pour les stations de mesure situées sur le cours principal de la rivière montrent que la qualité est bonne à son point d’entrée en territoire québécois, satisfaisante jusqu’au nord de Saint-Jean-sur-Richelieu, douteuse en aval du bassin de Chambly, à la hauteur de la traverse de Saint-Charles-sur-Richelieu, et mauvaise à la hauteur de la prise d’eau de la station de filtration de Sorel-Tracy. Dans le cas du Bas-Richelieu, la qualité aux stations de Saint-Charles et de Sorel-Tracy est limitée par les matières en suspension et le degré de turbidité de l’eau. En faisant abstraction des mesures de ces variables qui reflètent en partie les caractéristiques naturelles de cette rivière qui coule dans la plaine argileuse du Saint-Laurent, la qualité générale de l’eau de la rivière Richelieu est satisfaisante. En revanche, ses deux principaux affluents, les rivières L’Acadie et des Hurons, présentent tous deux une eau de très mauvaise qualité en raison des pressions importantes d’origine agricole et des niveaux d’étiage très importants qu’ils subissent. Les interventions d’assainissement urbain ont permis d’améliorer l’état général des cours d’eau en traitant les eaux usées de plus de 200 000 personnes et de plusieurs entreprises industrielles raccordées aux réseaux d’égouts municipaux. Il persiste toutefois un degré important de pollution résiduelle découlant des activités agricoles, qui occupent près de 70 % du territoire du bassin. Les superficies de cultures à grand interligne, qui occupent 78 % du territoire agricole, utilisent beaucoup de pesticides. Même si dans la majorité des cas les produits détectés ne dépassent pas les critères de qualité, le fait qu’il y ait présence simultanée de plusieurs pesticides dans les eaux du bassin versant de la rivière Richelieu est préoccupant. Selon les résultats de l’Indice Diatomées de l’Est du Canada (IDEC), obtenus en 2002 et en 2003, l’intégrité écologique des milieux aquatiques varie de moyenne à mauvaise sur le cours principal de la rivière Richelieu, tandis que celle des rivières L’Acadie et des Hurons est très mauvaise.


SIMONEAU, M. et G. THIBAULT, 2009. État de l’écosystème aquatique du bassin versant de la rivière Richelieu : faits saillants 2005-2007, Québec, ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, Direction du suivi de l’état de l’environnement, ISBN 978-2-550-56454-6 (PDF), 23 p.

Format PDF Format PDF*, 680 ko


* Vous devez disposer d'Acrobat Reader pour visionner les documents PDF.


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017