Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

État de l'écosystème aquatique du bassin de la rivière Chaudière - 1996

Conclusion

Tout au long de son parcours, la composition physico-chimique de l'eau qui circule dans un bassin versant est affectée par les caractéristiques naturelles du territoire, mais aussi et surtout par les diverses activités humaines qui s'y déroulent. Les problèmes de qualité de l'eau qui en résultent peuvent par endroits porter atteinte à la pérennité de l'écosystème aquatique.

Dans le bassin de la rivière Chaudière, le degré de contamination révélé par les cellules à dialyse et les mousses aquatiques est en général comparable à celui de la rivière Châteauguay, mais moins élevé que celui des rivières L'Assomption, Saint-François, Yamaska et Richelieu où les activités industrielles sont plus intensives. Le fait que la contamination dans la Chaudière soit globalement moins importante que dans d'autres cours d'eau ne veut pas dire pour autant que la situation actuelle est satisfaisante. Que ce soit sous l'effet des substances polluantes, détectées ou non, ou sous l'effet d'une détérioration de l'habitat, on constate des perturbations de l'écosystème aquatique à divers endroits du territoire. C'est notamment le cas en aval de Lac-Mégantic, de Saint-Gédéon, de Saint-Georges et de Saint-Victor, en amont du barrage Sartigan et à l'embouchure du bassin.

Ces vingt dernières années, plusieurs travaux d'assainissement urbain et industriel ont corrigé de grandes lacunes au chapitre de la qualité des eaux du bassin de la rivière Chaudière. On peut réellement apprécier l'impact positif de tels travaux en comparant les secteurs de la haute et de la moyenne Chaudière, où la plupart des municipalités sont desservies par une station d'épuration, avec celui de la basse Chaudière. Dans ce secteur, en particulier à l'embouchure de la rivière Chaudière, la qualité des eaux était très mauvaise en 1996 et l'intégrité des communautés était fortement altérée en 1994.

Une amélioration graduelle de la qualité du milieu aquatique est à prévoir dans les prochaines années compte tenu de la mise en service, en 1997, de la station d'épuration conjointe de Charny, Saint-Nicolas et Saint-Rédempteur et de la station de Scott et, en 1998, de celle de Saint-Lambert-de-Lauzon. À la suite de ces travaux, plus de 90 % de la population desservie par un réseau d'égouts verra ses eaux usées acheminées à une station d'épuration.

Dorénavant, il faudra porter une attention particulière aux contaminants d'origine industrielle rejetés par endroits dans le bassin. D'une part, il y a quelques établissements industriels potentiellement polluants qui n'ont pas encore effectué de travaux d'assainissement, mais qui pourraient être amenés à le faire dans un proche avenir. D'autre part, parmi les entreprises polluantes ayant déjà effectué des travaux d'assainissement, quelques-unes rejettent encore des eaux traitées susceptibles d'affecter le milieu aquatique. Pour ces raisons, la pollution résiduelle significative qui subsiste pourrait nécessiter dans le futur des correctifs de la part de ces entreprises.

Enfin, il faudra s'attarder à la problématique complexe de la pollution diffuse agricole associée aux phénomènes d'érosion et de ruissellement des terres en exploitation. La détérioration des bandes riveraines en milieu agricole vient accentuer ces phénomènes. Par ailleurs, l'essor marqué qu'a connu l'élevage porcin dans le bassin de la rivière Chaudière a amené une production de lisier qui excède largement la capacité d'absorption des sols en culture disponibles pour son épandage. La surfertilisation des sols conduit souvent à une augmentation importante en azote et en phosphore dans le milieu aquatique. L'amélioration de la situation passera par l'intensification des efforts entrepris en vue d'adopter des pratiques agricoles plus respectueuses de l'environnement.

Baignade pendant la période estivale

Certains tributaires de la rivière Chaudière dont la rivière Pozer permettent la baignade en période estivale. (Photo: MLCP )

Début du document Section précédente


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017