Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Évolution des teneurs en mercure et en BPC de quatre espèces de poissons du Saint-Laurent

SLV2000Sommaire

L’étude réalisée dans le fleuve Saint-Laurent durant la période de 1995 à 1997 a couvert les secteurs du lac Saint‑François (1996), du lac Saint-Louis (1997), du lac Saint-Pierre (1995), de Gentilly (1996) et de Portneuf (1997). Elle a permis d’obtenir des résultats récents sur les teneurs en mercure et en BPC dans les poissons du fleuve. Ces données s’ajoutent à celles recueillies antérieurement (1976-1994) dans d’autres secteurs du fleuve.

Ces nouvelles données ont servi à évaluer la qualité de la ressource en se basant sur les directives de Santé Canada pour la commercialisation des produits de la pêche. Elles ont aussi permis de connaître, pour la période 1976-1997, l’évolution temporelle des teneurs en mercure et en BPC de quatre espèces de poissons : le doré jaune (stizostedion vitreum), le grand brochet (esox lucius), la perchaude (perca flavescens) et le meunier noir (catostomus commersoni). L’étude présente également les résultats colligés au cours des ans pour d’autres espèces.

Mercure

Les données montrent que les poissons piscivores de grande taille, comme les dorés jaunes, les dorés noirs et les grands brochets capturés durant la période de 1995-1997, présentent des teneurs moyennes en mercure supérieures à la directive de 0,5 mg/kg pour la commercialisation des produits de la pêche, et ce, dans tous les secteurs où ils ont été capturés, à l’exception du secteur nord du lac Saint-Louis, près de l’île Dowker. Des dépassements sont aussi observés dans le secteur du lac Saint-François pour les grands brochets de taille moyenne. De même, au lac Saint-Louis, du côté sud à l’intérieur des îles de la Paix, les teneurs moyennes en mercure dans les dorés jaunes, les grands brochets et les perchaudes excèdent la directive pour toutes les classes de taille. Par contre, dans le secteur nord du même lac, près de l’île Dowker, seule la teneur moyenne en mercure des achigans à petite bouche de grande taille dépasse 0,5 mg/kg.

À l’exception des carpes capturées à Gentilly et des esturgeons noirs pris à l’île d’Orléans, les teneurs moyennes en mercure pour toutes les espèces, et ce, à tous les sites excèdent le critère de 0,057 mg/kg pour la protection de la faune piscivore.

Trois secteurs ont été étudiés afin de tracer un portrait de l’évolution temporelle durant la période de 1976 à 1995-1997. Dans les secteurs du lac Saint-François (1996) et du lac Saint-Pierre (1995), les teneurs moyennes ajustées en mercure dans les grands brochets, les dorés jaunes et les perchaudes ont décliné de 30 % à 57 %, selon les espèces et les secteurs. Les changements les plus importants se sont produits entre 1976 et 1986-1988, alors que les teneurs ont régressé de 30 % à 35 %. Dans le secteur sud du lac Saint-Louis, du côté intérieur des îles de la Paix (1997), les teneurs sont demeurées particulièrement élevées, et elles n’ont pas évolué durant la période étudiée. Dans le secteur nord, près de l’île Dowker (1997), elles auraient diminué de 48 % dans les dorés jaunes. Les teneurs sont significativement plus faibles dans la section nord que dans la section sud du lac Saint-Louis.

Pour les espèces étudiées dans le tronçon Cornwall-Québec, les teneurs moyennes ajustées en mercure les plus élevées ont été mesurées dans le secteur sud du lac Saint-Louis, plus particulièrement du côté intérieur des îles de la Paix. Ce secteur se démarque des autres secteurs d’étude du fleuve Saint-Laurent, lesquels présentent des teneurs en mercure relativement similaires.

BPC

Les teneurs moyennes en BPC dans la chair des poissons des différentes espèces et classes de taille sont toutes bien inférieures à la directive de 2 000 µg/kg de Santé Canada pour la commercialisation des produits de la pêche. Les teneurs en BPC observées dans les meuniers noirs entiers sont plus élevées que celles mesurées dans la chair des autres espèces. De plus, elles excèdent dans tous les secteurs le critère de 160 µg/kg pour la protection de la faune piscivore.

L’étude de l’évolution temporelle des teneurs en BPC dans les poissons montre qu’elles ont décru de plus de 90 % durant la période de 1976 à 1995-1997, selon les sites d’étude. La plus grande part de cette réduction s’est produite avant le début des années 1990.

Dans le tronçon Cornwall-Québec, les teneurs moyennes en BPC dans la chair des grands brochets sont légèrement plus élevées au lac Saint-François que dans les autres secteurs situés plus en aval dans le fleuve Saint-Laurent. Pour les meuniers noirs entiers, l’analyse statistique révèle qu’elles ne présentent pas de différences significatives entre le lac Saint-François près de Valleyfield, le lac Saint-Louis à l’intérieur des îles de la Paix, le lac Saint-Pierre dans sa partie sud et Gentilly. Les teneurs semblent plus faibles au lac Saint‑Louis du côté extérieur des îles de la Paix et près de l’île Dowker. Cependant, cette observation ne peut être appuyée par une analyse statistique. Par ailleurs, les teneurs mesurées près de Portneuf se révèlent significativement plus faibles que celles observées à Gentilly.

L’étude des congénères de BPC montre que parmi les congénères détectés, onze l’ont été à tous les sites, soit ceux portant les numéros IUPAC 66, 70, 99, 101, 110, 118, 138, 149, 153, 180 et 187. Ces derniers se classent en général dans les 15 congénères les plus abondants à tous les sites. Au nombre des plus importants congénères, on note aussi ceux portant les numéros IUPAC 49, 87, 74, 95 et 105.

Les résultats d’analyse de la chair des poissons et des meuniers noirs entiers montrent qu’aucun des sept chlorobenzènes recherchés n’a été détecté et que parmi les huit pesticides organochlorés dosés, seul le DDT et ses métabolites ont été fréquemment décelés mais à des concentrations très faibles.


Référence : Laliberté, D., 2003. Évolution des teneurs en mercure et en BPC de quatre espèces de poissons du Saint-Laurent, 1976-1997, Québec, ministère de l’Environnement, Direction du suivi de l’état de l’environnement, envirodoq no EN/2003/0287, 85 p., 6 annexes.

Format PDF, 785 ko


* Vous devez disposer d'Acrobat Reader pour visionner les documents PDF.


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017