Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

 Qualité des eaux de la rivière des Outaouais - 1979-1994

Qualité de l'eau par secteur

Rivière des Outaouais, secteur de la Rivière du Lièvre (secteur D)

Tout comme dans les trois premiers secteurs, les forêts occupent la majeure partie de ce territoire (88,3 %) de près de 9 600 km2. Les lacs et rivières comptent pour 9,2 % de la superficie. La rivière coule aussi du nord vers le sud pour se jeter dans la rivière des Outaouais, à la hauteur de Masson.

La population saisonnière est relativement similaire, du point de vue de l'importance, à celle du secteur de la rivière Gatineau. Cette population s'élevait en 1994 à près de 31 000 personnes. La population permamente de 40 000 personnes réside dans 22 municipalités. La fabrique de papier journal des industries James Maclaren s'avère la principale industrie du secteur. Elle est située à Masson-Angers, près de l'embouchure de la rivière. Le flottage du bois dans la rivière a pris fin en février 1994.

Photo : Rivière du Lièvre, à Mont-Laurier, MEF

Rivière du Lièvre, à Mont-Laurier

La qualité de l'eau de la rivière du Lièvre est satisfaisante dans l'ensemble. Il existe des problèmes locaux de contamination microbienne et une pollution plus marquée par le phosphore. On note ainsi une dégradation de la qualité bactériologique de l'eau à Mont-Laurier. Les autres descripteurs ne posent pas de problèmes. On observe néanmoins à cet endroit une amélioration généralisée de la qualité de l'eau entre 1979 et 1994. La situation devrait encore s'améliorer par suite des travaux correctifs effectués en 1994 aux points de débordement dans le ruisseau Villemaire et dans la rivière du Lièvre.

La qualité de l'eau est douteuse dans le canal de fuite du barrage de Masson, près de l'embouchure de la rivière du Lièvre. Le niveau de contamination par les coliformes fécaux est évident. Les autres formes de pollution sont moins perceptibles. Les rejets non traités de la municipalité de Buckingham sont responsables de cette contamination. La qualité de l'eau montre tout de même une amélioration entre 1979 et 1994. Les concentrations d'azote total et de phosphore total de même que la conductivité y sont à la baisse de façon significative.

Enfin, les résultats du programme Environnement-Plage sont disponibles à onze endroits dans le bassin versant. Les résultats sont excellents dans l'ensemble et ils concernent des lacs. Le secteur de la rivière du Lièvre compte huit municipalités avec des réseaux d'égouts, ceux-ci desservant 24 615 personnes. Les cinq stations d'épuration traitent les eaux usées de 12 553 personnes. Ces interventions d'assainissement urbain ont permis, notamment à Mont-Laurier, une nette diminution des problèmes de salubrité et d'odeurs, et ont amélioré l'apparence de la rivière du Lièvre. La station d'épuration de Lac-des-Écorces et celle qui desservira Buckingham devraient améliorer encore la situation. Cette dernière municipalité enverra ses eaux usées à la station située à Masson-Angers, ce qui contribuera plus particulièrement à réduire les problèmes de pollution bactériologique et les apports en phosphore près de l'embouchure de la rivière du Lièvre.

Du côté industriel, les efforts d'assainissement de la compagnie Maclaren ont conduit à la mise en service d'un système de boues activées à l'été 1995. On compte quinze interventions d'assainissement agricole réalisées dans le cadre du PAAGF entre 1988 et 1994. Elles ont essentiellement permis la construction de structures adéquates d'entreposage des fumiers.

Acteur local

Comité du bassin versant de la rivière du Lièvre (COBALI)

Début du document Section précédente Section suivante Fin du document


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017