Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

 Qualité des eaux de la rivière des Outaouais - 1979-1994

Qualité de l'eau par secteur

Rivière des Outaouais, secteur de la Rivière Rouge (secteur E)

Le bassin versant de la rivière Rouge a une superficie de 5 543 km2. La rivière s'écoule aussi du nord vers le sud pour se jeter dans la rivière des Outaouais, à mi-chemin entre Montebello et Grenville. Les derniers kilomètres du cours de la rivière sont parsemés de chutes et de rapides. Cette zone encaissée est particulièrement favorable aux activités nautiques en eaux vives.

Plus que partout ailleurs dans le bassin versant de la rivière des Outaouais, la villégiature est très importante, avec une population saisonnière évaluée à plus de 77 000 personnes en 1993. Les lacs, les centres de ski, les campings et le parc provincial du Mont-Tremblant font partie des nombreux attraits touristiques de la région. La région du mont Tremblant connaît actuellement un essor économique majeur. La population de résidents permanents se situe à près de 27 000 personnes.

Photo : Rivière Rouge, MEF

Rivière Rouge, plage d'un camping à la Conception.

La qualité de l'eau de la rivière Rouge est satisfaisante. Cette eau est peu turbide et légèrement moins colorée que celles des autres tributaires de la rivière des Outaouais. Le niveau de contamination par le phosphore est notable à la station localisée près de l'embouchure. On y observe une fréquence de dépassement de 27 % du critère de qualité lié aux coliformes fécaux et à la baignade. Cette fréquence est relativement élevée compte tenu du fait qu'à partir de Huberdeau, la rivière s'écoule sur une trentaine de kilomètres dans un milieu peu habité, quoique comptant des fermes, avant de rejoindre l'Outaouais.

On dénombre douze plages sur les rives de la rivière Rouge. La qualité bactériologique de l'eau de ces plages est variable. Les eaux des plages de Brébeuf, Arundel, Huberdeau ou La Conception étaient classées médiocres ou mauvaises entre 1987 et 1992. On note une certaine amélioration en 1993 et 1994 à la plage Brosseau, à Arundel, et à la plage municipale de Brébeuf. Cette amélioration est vraisemblablement attribuable aux travaux d'assainissement réalisés en amont dont, notamment, la mise en service de la station d'épuration de Labelle en 1993. Les eaux des plages des lacs sont classées comme étant excellentes dans la grande majorité des cas.

Les efforts d'assainissement urbain ont conduit à la construction de douze stations d'épuration dans le secteur de la rivière Rouge. Ces stations desservent la totalité de la population des municipalités ayant des réseaux d'égouts. Il y a 12 097 personnes vivant dans ces municipalités, ce qui représente 45 % de la population permanente en 1993.

Les interventions d'assainissement urbain ont permis d'éliminer les problèmes locaux de salubrité dans la rivière Rouge à L'Ascension, L'Annonciation, Labelle et Brébeuf. Les interventions d'assainissement ont aussi réduit les apports de matières organiques et la pollution microbienne. Les stations d'épuration des municipalités de Mont-Tremblant et de Saint-Jovite ont eu un impact comparable dans la rivière du Diable, le lac Ouimet et le ruisseau Français.

Début du document Section précédente Section suivante Fin du document


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017