Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Qualité des eaux des rivières aux Outardes, Manicouagan et Moisie 1979-1996

Le saumon de la rivière Moisie : une ressource de grande valeur

La renommée de la rivière Moisie n'est plus à faire. Elle a même atteint un niveau international. Son envergure, ses paysages grandioses de même que le nombre, la taille et la combativité des saumons qui la peuplent sont autant d'éléments qui la distinguent.

Les montaisons de la rivière Moisie sont caractérisées par une forte proportion de saumons qui ont passé plusieurs hivers en mer et de saumons qui reviennent plus d'une saison pour s'y reproduire, d'où leur poids moyen élevé (7 kg). Les spécimens de plus de 14 kg ne sont pas rares. Une ZEC, un propriétaire privé ainsi que cinq pourvoiries à droits exclusifs exploitent des territoires de pêche répartis sur une longueur de 146 Km à partir de son embouchure, ainsi que sur un de ses importants tributaires, la rivière Nipissis.

Bon an mal an, autour de 6 500 jours de pêche y sont pratiqués ; le nombre de captures varie de 1 000 à 1 500 et les retombées économiques avoisinent les 2 millions de dollars. Les Montagnais de Uashat mak Mani-Utenam y pratiquent aussi des activités de pêche d'alimentation, en plus de donner accès aux territoires de chasse et de piégeage.

La préservation de l'intégrité de la rivière Moisie et de sa population de saumons représente un défi de taille pour notre société, d'autant plus que le saumon atlantique connaît actuellement des difficultés sur toute son aire de distribution.

Multitude de corégones et de gros brochets au menu

Dans les bassins des rivières aux Outardes et Manicouagan, les espèces d'intérêt sportif sont : le grand corégone, le grand brochet, la ouananiche, le touladi et l'omble de fontaine. La ouananiche, indigène à la Côte-Nord, est présente au niveau des réservoirs Manic Trois et Manic Cinq ; elle a été introduite aussi dans le réservoir Outardes Deux. Dans l'estuaire de ces deux rivières, on retrouve de bonnes populations d'éperlan arc-en-ciel anadrome. Bien que cette pêche soit possible à longueur d'année, c'est essentiellement l'hiver que des cabanes flottantes sont occupées.

La pêche sportive est pratiquée dans l'ensemble des bassins de ces deux rivières, où huit pourvoyeurs sans droits exclusifs offrent des services. Le brochet est pêché un peu partout, mais les plus gros spécimens proviennent principalement des réservoirs Outardes Deux et Quatre, de même que du réservoir Manic Cinq. L'ensemble des réservoirs des deux bassins recèlent également de très bonnes populations de corégones. Bien que cette pêche soit encore peu pratiquée, on rapporte des captures intéressantes en aval des barrages.

Photo : Pêche au saumon, MEF

Pêche au saumon, rivière Moisie (Source : MEF)

Début du document Section précédente


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017