Conséquences possibles des pesticides sur des espèces vivantes

Insectes utiles

Les pesticides, en particulier les insecticides, peuvent avoir des répercussions majeures sur les insectes utiles, notamment sur les pollinisateurs et les insectes prédateurs qui se nourrissent d’autres insectes. Les insectes pollinisateurs, comme les abeilles, qui contribuent à la reproduction de plusieurs espèces végétales, peuvent s’intoxiquer lors de la pulvérisation ou en butinant des fleurs de plantes qui ont été arrosées avec des pesticides. L’élimination des insectes entomophages* par les pesticides a pour conséquence d’éliminer les agents de lutte naturelle contre certaines populations d’insectes.

*

Oiseaux

Au Canada, une trentaine de pesticides homologués peuvent affecter les oiseaux. La plupart de ces produits sont des insecticides organophosphorés et carbamates. Les oiseaux peuvent absorber les pesticides par leurs pattes ou par leur peau, les inhaler ou les ingérer en se lissant les plumes après s’être frotté contre le sol ou le feuillage contaminé. Les pesticides granulaires sont particulièrement dangereux pour les oiseaux, qui peuvent confondre les granules avec des graines ou du gravier dont ils se servent pour broyer leur nourriture. De nombreuses mortalités d’oiseaux ont été observées au Canada par suite de l’utilisation d’insecticide granulaire dans les champs de maïs. Les oiseaux qui fréquentent les champs agricoles ou les vergers traités pour se nourrir d’insectes contaminés (sauterelles, hannetons et vers gris) sont également exposés aux pesticides.

Pour plus d'information, vous pouvez consulter le site Internet :  http://www.ec.gc.ca/science/sandejuly02/article1_f.html.

Amphibiens

Des études américaines et québécoises récentes montrent que l’herbicide atrazine, utilisé dans la culture de maïs peut induire des cas d’hermaphrodisme (grenouille qui a les deux sexes), des effets de démasculinisation et une diminution du développement des gonades chez les grenouilles mâles, ce qui pourrait avoir des conséquences sur la reproduction des amphibiens. Cet herbicide tend aussi à diminuer la réponse immunitaire, ce qui rend les grenouilles plus susceptibles aux infections par les parasites, souvent identifiés comme la cause des malformations observées chez les populations de grenouilles des régions agricoles. Des chercheurs d’Environnement Canada mènent actuellement une étude afin de vérifier l’hypothèse d’un lien potentiel entre la présence de pesticides et les taux parfois élevés de malformations chez les populations de grenouilles qui colonisent les étangs de fermes ou les milieux humides qui bordent les champs en culture.

Poissons et autres espèces aquatiques

Les pesticides utilisés aujourd’hui en agriculture sont très diversifiés. Pour l’environnement, cela se traduit par un plus grand nombre de produits présents dans l’eau. Ces mélanges de pesticides peuvent avoir des effets toxiques cumulatifs sur les espèces aquatiques. En plus de leur toxicité individuelle et cumulée, les pesticides peuvent aussi agir comme perturbateurs endocriniens chez certaines espèces de poissons. Une étude du U.S. Geological Survey effectuée sur une vingtaine de cours d’eau américains montre une relation entre la somme des pesticides présents dans l’eau et des changements notés dans la balance estrogène/testostérone chez les carpes de ces rivières.

Des études indépendantes menées par des instituts de recherches en France, au Royaume-Uni et en Allemagne montrent également que, même à des concentrations très faibles, certains pesticides comme l’atrazine ou le diazinon peuvent avoir des effets sur les activités de nage des poissons, leurs comportements de regroupement et leurs mécanismes de reproduction. Ces effets sont parmi les causes soupçonnées dans le déclin du chevalier cuivré. Cette espèce de poisson, unique au Québec, peuplait autrefois les rivières Richelieu et Yamaska. Aujourd’hui inscrite sur la liste des espèces menacées, son secteur de distribution se limite presque essentiellement à la rivière Richelieu, où la population restante éprouve de sérieuses difficultés à se reproduire.

Pour plus d'information sur le chevalier cuivré, vous pouvez consulter le site Internet :  http://www.mrnf.gouv.qc.ca/faune/especes/menacees/index.jsp

Imprimer cette page | Fermer cette page