Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

État de l'écosystème aquatique, bassin versant de la rivière Saint-François, 1991 - 1995

Introduction

En 1978, dans le but de redonner aux Québécois et aux Québécoises des cours d'eau de qualité, le ministère de l'Environnement et de la Faune du Québec (MEF, autrefois le ministère de l'Environnement) mettait sur pied le Programme d'assainissement des eaux du Québec (PAEQ). Grâce à la mise en oeuvre d'activités de suivi, le Ministère évalue les impacts des interventions d'assainissement sur l'état général du milieu aquatique de plus de 25 bassins versants. Dans ses évaluations, le MEF tient maintenant compte de l'abondance et de la diversité de plusieurs formes de vie qui peuplent les cours d'eau. En ajoutant des indicateurs biologiques aux mesures habituelles sur la qualité de l'eau, le Québec concrétise son engagement pour la préservation de la biodiversité pris en 1992 au Sommet de la Terre, à Rio de Janeiro.

Source: Régie d'assainissement des eaux de la région sherbrookoise

Source: Régie d'assainissement des eaux de la région sherbrookoise

En 1992, le MEF publiait un rapport sur la qualité de l'eau du bassin versant de la rivière Saint-François. Ce premier rapport présentait l'état de la situation, tel qu'observé en 1991, et jetait un regard rétrospectif sur l'évolution de la qualité de ces eaux depuis 1979. Les données référaient aux paramètres dits conventionnels : matière organique, azote, phosphore, bactéries, matières en suspension, etc. Au cours des dernières années, le Ministère a mis au point de nouvelles méthodes de suivi à l'aide desquelles il peut désormais produire un portrait beaucoup plus complet de l'état des cours d'eau.

Source: MEF

Source: MEF

Avec des échantillons de poissons et de benthos (invertébrés qui vivent au fond des cours d'eau), le MEF détermine maintenant l'abondance et la diversité fauniques du milieu et obtient ainsi des mesures directes de l'état de l'écosystème aquatique. De plus, en ayant recours à des traceurs de polluants, il décèle la présence de substances toxiques difficilement mesurables dans l'eau, comme les métaux, les BPC et les HAP.

La rivière Saint-François constitue le premier cours d'eau sur lequel un « bilan de santé » a été établi à l'aide de ces nouveaux outils.

Début du document Section suivante Fin du document


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017