Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Suivi de l'acidité des eaux de surface (inactif)

Objectif du suivi environnemental

Évaluer le degré d’acidité et de vulnérabilité des lacs et l’évolution de la situation dans le temps.

Utilité du suivi environnemental

Les conséquences de l’acidification d’un lac sont multiples. Par exemple, une baisse de pH peut entraîner la mise en solution de métaux traces souvent nocifs et quelquefois mortels à faible dose pour les organismes aquatiques. Ceux-ci peuvent faire disparaître les espèces de poissons les plus intolérantes à l’acidité et entraîner éventuellement l’effondrement de la chaîne alimentaire dans les cas les plus extrêmes.

Le programme de suivi permet de qualifier le degré d’acidité des eaux de surface des lacs ainsi que leur qualité d’eau générale. Il permet de plus de déterminer si les lacs ont la capacité de supporter des organismes aquatiques ou si les écosystèmes aquatiques présentent les symptômes d’une acidification récente.

Paramètres mesurés

Paramètres de base : pH, alcalinité totale, sulfates, nitrites et nitrates, calcium, magnésium, carbone organique dissous et aluminium.

Paramètres facultatifs : pH à l’équilibre, couleur vraie, carbone inorganique dissous, sodium, chlore, ammonium, azote total, azote Kejdahl, phosphore total, phosphore ultratrace, turbidité, conductivité, aluminium monomère et fer.

Répartition des stations d’échantillonnage sur le territoire

De 1986 à 1990, le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques a effectué un inventaire de la qualité de l’eau et des populations de poissons au moyen du réseau spatial de surveillance de l’acidité des lacs du Québec (RESSALQ). Des échantillons d’eau ont été recueillis dans 1 253 lacs sélectionnés au hasard dans cinq grandes régions hydrographiques. Ce réseau a été élaboré sur des prémisses statistiques de manière à permettre d’extrapoler les résultats mesurés à l’ensemble des lacs d’une superficie de 10 à 2 000 hectares. L’état de santé des populations de poissons a été évalué dans 253 plans d’eau en fonction du degré d’acidité et de sensibilité des eaux de surface. Plus particulièrement, la région de Noranda a fait l’objet d’un suivi dans le temps. Des échantillonnages ont ainsi eu lieu en 1991, en 1996 et en 2001.

Document de référence

Lacs acides au Québec – 2004

Retour à la page Suivi des milieux aquatiques


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017