Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Les composés perfluorés dans les cours d’eau et l’eau potable du Québec méridional

Résumé

Les composés perfluorés sont des produits chimiques utilisés notamment comme enduits imperméabilisants et antitaches sur une grande gamme de biens de consommation courants : papiers et cartons d’emballage d’aliments, intérieur des boîtes de conserve, tissus, vêtements, tapis, meubles, etc. Certains de ces composés sont très persistants dans l’environnement, bioaccumulables et ont des effets toxiques. C’est pourquoi une règlementation fédérale, adoptée en 2008, interdit désormais au Canada la fabrication, l’utilisation, la vente et l’importation du PFOS et des produits manufacturés qui en contiennent. De plus, des restrictions visant le PFOA sont en préparation.

Ce rapport présente les résultats de deux suivis de composés perfluorés réalisés de 2007 à 2009 dans 10 cours d’eau du Québec méridional, dont le fleuve Saint-Laurent. En tout, 19 sites ont été échantillonnés, dont sept stations d’eau potable, où des prélèvements ont été faits mensuellement à l’eau brute et à l’eau traitée durant un an. Au total, 84 échantillons d’eau potable traitée et 172 échantillons d’eau de surface ou d’eau brute de station d’eau potable ont été analysés.

Les résultats démontrent que les composés perfluorés sont présents en quantités mesurables dans les cours d’eau du Québec. Le PFOA, le PFOS, le PFNA et le PFUDA ont été détectés dans respectivement 68, 46, 33 et 10 % des échantillons, alors que le PFHxS, le FHUEA, le FOUEA, le PFOSA et le N-Et PFOSA n’ont été détectés qu’à l’occasion. À la majorité des sites d’échantillonnage, les concentrations mesurées pour chacun des composés varient d’inférieures aux limites de détection à 10 ng/l. Dans le bassin de la rivière Yamaska, des concentrations entre 30 et 100 ng/l ont été mesurées.

Il est difficile d’évaluer si les composés perfluorés sont dommageables pour l’environnement à ces concentrations, car pour ces substances, il n’existe pas encore de critères de qualité de l’eau visant la protection de l’environnement. Chose certaine, les concentrations mesurées au Québec ne sont pas plus élevées que celles constatées ailleurs dans le monde.

Les concentrations mesurées à l’eau potable traitée, tant pour le PFOA que pour le PFOS, sont de loin inférieures aux critères provisoires pour la qualité de l’eau potable établis par l’Environmental Protection Agency (EPA) des États-Unis. Au Québec comme ailleurs, les stations d’eau potable ne sont pas en mesure de retenir ou de détruire les composés perfluorés. Ainsi, à une station de traitement donnée, les concentrations de ces produits dans l’eau brute et l’eau traitée sont essentiellement les mêmes.

Les agglomérations urbaines de Montréal et de Trois-Rivières sont peut-être des sources de composés perfluorés pour le fleuve Saint-Laurent, car les concentrations mesurées à leur aval semblent légèrement plus élevées qu’en amont, quoique les différences observées ne soient pas statistiquement significatives. Par ailleurs, les concentrations de PFOS mesurées en 2009 dans la région de Montréal et à son aval sont légèrement moins élevées qu’en 2007. Cette diminution est peut-être attribuable à la réglementation fédérale sur cette substance adoptée en 2008. D’autres échantillonnages, sur une plus longue période, seraient nécessaires pour confirmer s’il y a véritablement une tendance à la baisse des concentrations de composés perfluorés dans les cours d’eau du Québec.

Rapport (format PDF, 496 ko)


BERRYMAN, David, Chaker SALHI, Anouka BOLDUC, Christian DEBLOIS et Hélène TREMBLAY, 2012. Les composés perfluorés dans les cours d’eau et l’eau potable du Québec méridional, Québec, Ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs, Direction du suivi de l’état de l’environnement, ISBN 978-2-550-65565-7 (PDF), 35 p. et 2 annexes. 

 


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017