Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Teneurs en polybromodiphényléthers (PBDE) dans les poissons du fleuve Saint-Laurent et des lacs et rivières du Québec (2002-2008)

Le Ministère réalise des études sur le fleuve Saint-Laurent et sur les lacs et rivières du Québec. Ces études visent à la fois à connaître l’état des populations de poissons et les teneurs en substances toxiques dans la chair des poissons afin d’évaluer la qualité de l’environnement.

Les polybromodiphényléthers (PBDE) sont ajoutés dans différentes matrices plastiques et résines synthétiques ainsi que dans des fibres textiles pour réduire l’inflammabilité d’une foule de produits de consommation : les matériaux de rembourrage des meubles, les boîtiers d’appareils électroniques (téléviseurs, ordinateurs, etc.), des pièces d’automobile, etc. À la suite de leur utilisation, ces composés se retrouvent dans l’environnement et se bioaccumulent dans la chaîne alimentaire.

La présente étude a été réalisée entre les années 2002 et 2008. Elle porte sur les teneurs en PBDE dans 172 échantillons de poissons provenant de 56 sites localisés dans le fleuve Saint-Laurent et ses tributaires ainsi que dans le Nord-du-Québec. Des PBDE ont été détectés dans tous les échantillons de poissons analysés, mais à des concentrations très variables selon les sites et les espèces de poissons.

Dans le fleuve Saint-Laurent, les teneurs dans la chair varient de 0,2 à 140 µg/kg, avec une médiane de 12 µg/kg. Les poissons du fleuve Saint-Laurent, entre Montréal et Québec, présentent des teneurs plus élevées qu’en amont et généralement plus fortes que celles que l’on observe dans les poissons des lacs et rivières du Québec dont les bassins sont peu industrialisés. Dans les lacs et rivières, les teneurs en PBDE dans la chair des poissons se situent entre 0,1 µg/kg et 113 µg/kg, avec une médiane de 3,7 µg/kg. Les teneurs les plus élevées sont mesurées dans le touladi.

Quant au meunier noir entier, il contient en général des teneurs en PBDE supérieures à celles mesurées dans la chair des autres espèces. Dans le fleuve Saint-Laurent, elles varient de 5,7 à 106 µg/kg et la teneur médiane est de 53 µg/kg. Les teneurs sont beaucoup plus faibles en amont de Montréal, au lac Saint-François, qu’en aval au lac Saint-Pierre. Les teneurs moyennes en PBDE dans les meuniers noirs entiers capturés en 2002 et en 2007 au lac Saint-Pierre ne sont pas significativement différentes. Dans les lacs et rivières, elles varient de 2,1 à 541 µg/kg, avec une médiane de 12 µg/kg. Les teneurs les plus élevées s’observent dans la rivière Saint-François, en aval de Sherbrooke et de Richmond, dans la rivière Yamaska, en aval de Granby, et dans la rivière Magog, en aval de Rock Forest.

Sur tous les sites, à l’exception de deux sites au lac Saint-François, les teneurs moyennes en PBDE dans les meuniers noirs entiers capturés dans le fleuve Saint-Laurent excèdent la valeur guide de 8,4 µg/kg estimée par Environnement Canada pour protéger la faune terrestre piscivore. Dans les lacs et rivières, les teneurs sont inférieures ou à peu près égales à la valeur guide sur plusieurs sites, à l’exception de ceux où l’on trouve les teneurs les plus élevées.

Dans la chair des poissons, 7 congénères de PBDE représentent en moyenne de 95 à 99 % de la somme des PBDE. Par ordre d’importance, ce sont les BDE 47 (47 %), 99 (23 %), 100 (13 %), 154 (5,1 %), 49 (4,1 %), 153 (3,8 %) et 28 (0,9 %).

Rapport (format PDF, 1,1 Mo)


Laliberté, Denis, 2011. Teneurs en polybromodiphényléthers (PBDE) dans les poissons du fleuve Saint-Laurent et des lacs et rivières du Québec (2002-2008), Québec, ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, Direction du suivi de l’état de l’environnement, ISBN 978-2-550-60987-2 (PDF), 48 p.


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017