Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

État de l'écosystème aquatique du bassin versant de la rivière Yamaska - Synthèse 1998

Conclusion

Les interventions d'assainissement urbain et industriel ont eu pour effet d'améliorer localement l'état de l'écosystème aquatique dans le bassin de la rivière Yamaska. En plus de la qualité de l'eau de la Yamaska pour les paramètres conventionnels, notamment le phosphore et les coliformes fécaux, elles ont aussi contribué à l'amélioration de l'aspect esthétique et de la salubrité des cours d'eau en milieu urbain. De plus, certains usages ont été maintenus ou récupérés. Les efforts d'assainissement agricole ont également contribué à aux gains environnementaux réalisés. Globalement, la situation s'est améliorée au cours des dernières années.

Cependant, malgré tous les efforts qui ont été faits en ce qui concerne la plupart des paramètres conventionnels, cette rivière présente encore la pire qualité d'eau au Québec - à part quelques tronçons de la Yamaska supérieure. L'état de la rivière en période estivale reste très préoccupant en raison de la faiblesse des débits et des risques de contamination par l'érosion des sols agricoles lors des pluies intenses.

La situation aurait pu être encore plus mauvaise, sans les efforts déployés par un nombre grandissant d'agriculteurs afin de réduire la pollution diffuse d'origine agricole. Cette pollution engendre en effet des pressions énormes dans le bassin, voire même inégalées sur l'ensemble du territoire québécois. Aussi, l'adoption généralisée de pratiques agricoles plus respectueuses de l'environnement est absolument nécessaire pour réduire les apports en azote, phosphore, matières en suspension et pesticides dans le milieu. Ce ne sera toutefois qu'au bout de quelques années que les bénéfices de ces initiatives pourront être perçus.

En aval des centres urbains et industriels, on observe des concentrations plus élevées de substances toxiques. Cela entraîne une dégradation de la vie aquatique. C'est surtout en aval des villes de Granby, Acton Vale, Cowansville et Farnham que les traceurs détectent des concentrations importantes. Les rejets de Granby sont très importants et encore détectables à Farnham, une ville qui, à son tour, ajoute d'autres composés toxiques dans le milieu. La contamination des poissons par les toxiques est particulièrement évidente à Granby, en aval de Bromont et de Cowansville ainsi que dans la rivière Noire et dans le lac Waterloo. Les teneurs en BPC mesurées en aval de Granby et de Saint-Pie sont très préoccupantes. Note positive cependant, la contamination des poissons par le mercure a diminué au cours des vingt dernières années dans la grande majorité des stations étudiées. Les teneurs en mercure les plus élevées se situent en aval de Bromont, de Saint-Hyacinthe et de Saint-Pie ainsi que dans la partie amont de la rivière Noire. Les poissons pêchés dans ces secteurs doivent donc être consommés avec une certaine prudence.

Étant donné que les interventions d'assainissement urbain dans le bassin versant de la Yamaska sont quasi complétées, il faudra dorénavant porter une attention particulière aux contaminants d'origine industrielle rejetés dans les cours d'eau du bassin par les stations de traitement des eaux usées municipales. Ces installations ne sont pas conçues pour retenir la variété de substances toxiques résiduelles pouvant se trouver dans les rejets des établissements industriels raccordés au réseau d'égouts.

Que ce soit sous l'effet de la mauvaise qualité physico-chimique de l'eau, des substances toxiques présentes dans le milieu ou encore de la détérioration de l'habitat, on constate des perturbations des communautés de benthos et de poissons à divers endroits du territoire, surtout en aval des centres urbains. Les activités agricoles ont aussi un impact sur le benthos et les poissons. De l'aval de Farnham à l'embouchure de la rivière Yamaska, la pollution agricole altère les communautés de poissons et de benthos. L'intégrité de ces communautés est le plus souvent cotée moyenne ou faible.

De manière générale, l'intégrité de la communauté de poissons est particulièrement affectée en aval de Granby et de Cowansville. L'indice chute à très faible dans ces secteurs, une cote rarement atteinte dans les rivières étudiées. La communauté de poissons montre également de fortes perturbations en aval de Farnham et de Saint-Césaire dans la rivière Yamaska, et en aval du ruisseau Gilbert-Champagne, dans la rivière Noire. Quant aux communautés benthiques, elles sont surtout perturbées en aval de Farnham et de Saint-Césaire.

Dans l'avenir, ces communautés de benthos ou de poissons seront les témoins des interventions qui restent à faire afin de redonner une qualité acceptable à l'écosystème de la rivière Yamaska. De plus, ces interventions permettront d'augmenter la qualité des eaux brutes puisées par les usines de filtration et une récupération graduelle des autres usages des cours d'eau.

Photo : Pêcheur

 Retour à l'index / Yamaska Section précédente


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017