Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Guide de consommation du poisson de pêche sportive en eau douce

Présentation du Guide

Ce guide, qui répertorie 1035 sites de pêche au Québec et près de 40 espèces de poisson, renseigne sur la consommation du poisson de pêche sportive selon les espèces et leur taille. Le nombre de repas est déterminé sur une base mensuelle en calculant qu’un repas équivaut à une portion de 230 grammes (8 onces avant la cuisson) de poisson d'eau douce pêché au Québec.

Les principaux facteurs pour déterminer le degré de contamination de la chair de poissons pêchés à un endroit donné sont l'espèce et la taille : petit, moyen et gros. Les recommandations contenues dans le présent guide tiennent compte de ces deux facteurs.

Les règles qui y sont présentées visent à mettre en garde contre les risques liés à la consommation de poisson à long terme. Elles concernent particulièrement les personnes qui ont l’habitude de consommer fréquemment du poisson. Elles sont valables en tout temps, sauf avis contraire des responsables de la santé publique de votre région.

Si on ne consomme du poisson qu’à l’occasion, lors d’un voyage de pêche par exemple, le risque d’accumuler des contaminants dans l’organisme est alors quasi inexistant, de sorte qu’aucune restriction n’est suggérée.

Pour les personnes vulnérables, les jeunes enfants, les femmes qui planifient une grossesse, les femmes enceintes et celles qui allaitent, on recommande d’éviter de consommer souvent les espèces les plus sujettes à la contamination, telles que le doré, le brochet, le touladi, l'achigan et le maskinongé. Elles doivent leur préférer les  espèces correspondant à la règle de « sans restriction (8 repas/mois) » comme le grand corégone, l'omble de fontaine et les autres truites à l'exception du touladi et certaines espèces marines. Toutefois, la consommation de thon frais, de requin ou d'espadon doit être limitée à un repas par mois. 

Le risque encouru est fonction de la quantité moyenne de contaminants ingérés quotidiennement, de la durée de la période de consommation et de la vulnérabilité de la personne. La limite de consommation doit tenir compte de toutes les espèces consommées durant le mois. Par exemple, la limite pour des gros spécimens de doré jaune, de perchaude et de meunier noir pêchés dans le Petit lac Saint-François est de deux, quatre et huit repas par mois respectivement. Dans ce cas, un repas de doré jaune équivaut à deux repas de perchaude et à quatre repas de meunier noir. Par exemple, pour une période d'un mois, un pêcheur respecte la limite de consommation lorsqu'il prend un repas de perchaude, deux repas de meunier noir et un repas de doré jaune.

Les règles de consommation sont indiquées seulement pour les espèces et les classes de tailles des poissons capturés à un site donné. Lorsqu'il n'y a pas d'indication pour la taille d'une espèce, la règle de consommation de l'espèce plus grande s'applique. S'il n'y a pas d'indication pour la taille plus grande ou si un site n'est pas indiqué dans la table, il faut alors se rapporter au tableau « Règles générales de consommation pour les sites non inventoriés dans le guide ». On ne peut pas déterminer la règle de consommation d'une espèce de taille plus grande en prenant celle d'une plus petite, car la teneur en contaminants augmente généralement avec la taille des poissons.

Pour obtenir plus de renseignements sur la consommation de poisson de pêche sportive en eau douce, consultez notre section plus détaillée.

 Menu

Règles générales de consommation pour les sites non inventoriés dans le guide

Dans le tableau ci-dessous, les espèces de poissons sont classées en trois catégories basées principalement sur le type d'alimentation (insectivore, benthivore, piscivore) des poissons et sur leur teneur en mercure. Ainsi, le degré de contamination augmente de haut en bas dans le tableau : les espèces piscivores (doré, brochet, etc.) présentent davantage de risques de contamination que les espèces insectivores (omble de fontaine, etc.). Les recommandations données dans ce tableau ne tiennent pas compte de la taille des poissons ni des différences entre les divers sites.


 ESPÈCES

  RÈGLES DE CONSOMMATION
  • Grand corégone
  • Omble de fontaine (truite mouchetée)
  • Autres truites (sauf le touladi)
  • Éperlan arc-en-ciel
  • Saumon de l'Atlantique
  • Poulamon
  • Alose savoureuse
Aucune restriction

  • Barbotte
  • Crapet
  • Esturgeon
  • Lotte
  • Meunier
  • Perchaude
Consommation recommandée :
un (1) repas* par semaine ou moins

  • Achigan
  • Brochet
  • Doré
  • Maskinongé
  • Touladi (truite grise)
Consommation recommandée :
deux (2) repas* par mois.

* Un repas : 230 grammes (8 onces) de poisson frais.

Retour à l'index


Barre de navigation

| Accueil | Plan du site | Accessibilité | Pour nous joindre | Quoi de neuf? | Sites d'intérêt | Recherche | Où trouver? |

| Accès à l'information | Politique de confidentialité | Réalisation du site | À propos du site | Abonnement aux fils RSSAbonnement |


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2015