Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Questions et réponses concernant les avis d’ébullition

Autres documents d’intérêt

À l’intention du public

  1. Pourquoi un avis d’ébullition est-il diffusé?
  2. Quel est l’intérêt de faire bouillir l’eau du robinet?
  3. Lors d’un avis d’ébullition, combien de temps et de quelle façon doit-on faire bouillir l’eau?
  4. Quelles sont les activités domestiques visées par un avis d’ébullition?
  5. Au lieu de faire bouillir l’eau du robinet, peut-on la remplacer par de l’eau embouteillée?
  6. Peut-on continuer d’utiliser l’eau du robinet pour l’hygiène personnelle?
  7. Peut-on continuer d’utiliser l’eau du robinet pour les usages domestiques?
  8. L’eau consommée par les animaux de compagnie doit-elle également être portée à ébullition?
  9. Quel est le délai acceptable pour être informé d’un avis d’ébullition?
  10. Si l’on dispose d’un dispositif de traitement domestique de l’eau potable, peut-on continuer de consommer l’eau sans crainte?
  11. Quelles sont les personnes les plus susceptibles d’être affectées à la suite de l’ingestion d’une eau contaminée?
  12. Quels sont les risques pour la santé si l’on a bu de l’eau du robinet sans savoir qu’un avis d’ébullition était en vigueur?
  13. Quand doit-on cesser de faire bouillir l’eau?
  14. Y a-t-il des mesures particulières à prendre lorsqu’un avis d’ébullition est levé?
  15. Dans un établissement de préparation d’aliments, y a-t-il des mesures particulières à prendre lorsqu’un avis d’ébullition est diffusé?

À l’intention des responsables de réseaux de distribution

  1. Quelles situations nécessitent la diffusion d’un avis d’ébullition de l’eau?
  2. Quelles sont les exigences réglementaires associées à la diffusion d’un avis d’ébullition?
  3. Quels sont les principaux messages que devrait inclure un avis d’ébullition?
  4. Dans le cas d’un établissement alimentaire desservi par un réseau de distribution dont l’eau fait l’objet d’un avis d’ébullition, y a-t-il des mesures particulières à recommander?
  5. Quels sont les moyens acceptables de prévenir les utilisateurs concernés lors de la diffusion d’un avis d’ébullition?
  6. Comment déterminer si l’avis d’ébullition peut être circonscrit à un secteur particulier ou s’il doit être transmis à tous les utilisateurs?
  7. Dans quels cas un avis d’ébullition est-il généralement déconseillé ou inutile?

À l’intention du public

1 - Pourquoi un avis d’ébullition est-il diffusé?

Les avis d'ébullition visent à protéger la santé de la population. En effet, boire une eau contaminée par des microorganismes d’origine fécale peut causer des problèmes de santé, le plus souvent sous la forme de nausées, vomissements, diarrhées ou malaises abdominaux.

En général, l’avis d’ébullition est diffusé par le responsable d’un réseau lorsqu’il y a détection de bactéries indicatrices d’une contamination fécale dans l’eau potable, notamment Escherichia coli (E. coli). Cette mesure est obligatoire en vertu du Règlement sur la qualité de l’eau potable. Tous les responsables de réseaux de distribution alimentant plus de 20 personnes et dont la clientèle est résidentielle, institutionnelle ou touristique sont tenus de faire réaliser chaque mois des analyses permettant de vérifier que les coliformes fécaux ou E. coli sont absents de l’eau distribuée.

Un avis d’ébullition peut aussi être diffusé à titre préventif par le responsable d’un réseau de distribution, par exemple s’il y a un risque de contamination de l’eau potable à la suite d’une filtration ou d’une désinfection inadéquate à la station de production d’eau potable, ou en raison de travaux de réparation sur des conduites d’aqueduc.

2 - Quel est l’intérêt de faire bouillir l’eau du robinet?

Lorsque l’eau est portée à ébullition pendant une période d’au moins une minute, tous les microorganismes pouvant affecter la santé sont détruits. Cela inclut, par exemple, les bactéries Escherichia coli, Legionella pneumophila, Salmonella spp., Shigella sp., ainsi que des protozoaires comme Cryptosporidium parvum et Giardia lamblia, et même les virus comme celui de l’hépatite A. Faire bouillir l’eau pendant au moins une minute demeure le moyen le plus simple de désinfecter efficacement l’eau.

À l’opposé, il est important de noter que les microorganismes pathogènes survivent généralement au froid. La congélation d’une eau contaminée ne permet donc pas de la rendre potable.

3 - Lors d’un avis d’ébullition, combien de temps et de quelle façon doit-on faire bouillir l’eau?

L’eau doit être portée à ébullition (100 °C) et maintenue à gros bouillons pendant une période d’une minute pour s’assurer que tous les microorganismes sont détruits. Il est inutile de faire bouillir l’eau plus longtemps puisque, dès l’atteinte de cette température, tous les microorganismes pouvant affecter la santé sont éliminés. De plus, bien que le point d’ébullition de l’eau varie selon l’altitude, aucun lieu au Québec n’est suffisamment élevé pour qu’il soit nécessaire de faire bouillir l’eau plus d’une minute pour cette raison.

On peut faire bouillir l’eau dans un récipient résistant à la chaleur ou dans une bouilloire électrique qui n’est pas munie d’un interrupteur automatique. On peut également utiliser le four à micro-ondes. Il est alors recommandé d’ajouter dans le contenant une baguette en verre ou en bois, afin d’éviter les éclaboussures lorsqu’il y a surchauffe.

L'eau devrait ensuite être refroidie et entreposée dans un contenant propre et hermétique jusqu'à ce que l'on soit prêt à l'utiliser. L’eau se conserve habituellement trois jours au réfrigérateur ou 24 heures à la température de la pièce.

Mise en garde : L’eau bouillante devrait être manipulée avec prudence afin d’éviter les risques de brûlures, notamment chez les jeunes enfants et les personnes âgées. Il est donc préférable de laisser refroidir l’eau avant de la transvider.

Haut

4 - Quelles sont les activités domestiques visées par un avis d’ébullition?

Vous devez faire bouillir l’eau du robinet durant une minute à gros bouillons pour les usages suivants :

  • Boire;
  • Préparer les laits maternisés, les biberons et les aliments pour bébés;
  • Préparer les breuvages, les jus, le thé et le café;
  • Laver les légumes et les fruits qui seront mangés crus;
  • Préparer les aliments qui ne requièrent pas de cuisson prolongée (soupes en conserve, gelée de type « jello », etc.);
  • Préparer des glaçons (comme la congélation ne détruit pas tous les microorganismes, il est recommandé de jeter les glaçons déjà préparés et d’en préparer de nouveaux avec de l’eau qui a préalablement bouilli);
  • Se brosser les dents et se rincer la bouche.

Vous pouvez par contre utiliser l’eau du robinet directement pour préparer les aliments et les mets dont la cuisson exige une ébullition prolongée, par exemple les soupes, les pâtes et les légumes (pommes de terre, haricots, etc.).

5 - Au lieu de faire bouillir l’eau du robinet, peut-on la remplacer par de l’eau embouteillée?

Oui, au lieu de faire bouillir l’eau, vous pouvez utiliser une eau vendue commercialement (eau embouteillée) ou une autre source d’eau potable.

6 - Peut-on continuer d’utiliser l’eau du robinet pour l’hygiène personnelle?

Oui, vous pouvez utiliser l’eau du robinet pour l’hygiène personnelle, à moins d’une indication contraire dans l’avis d’ébullition.

Le lavage des mains peut se faire normalement, avec l’eau du robinet et du savon, en frottant toutes les surfaces des mains pendant au moins 20 secondes, puis en prenant bien soin de les assécher. En remplacement, vous pouvez aussi utiliser un gel désinfectant contenant un minimum de 60 % d’alcool.

L’eau du robinet peut être utilisée pour prendre un bain ou une douche, mais il faut éviter d’avaler de l’eau. En ce qui concerne les jeunes enfants et les nourrissons, il est préférable de les laver à la débarbouillette afin d’éviter qu’ils n’avalent de l’eau et de s’assurer qu’ils ne portent pas d’objets trempés à leur bouche.

Haut

7 - Peut-on continuer d’utiliser l’eau du robinet pour les usages domestiques?

Oui, l’eau du robinet peut être utilisée telle quelle pour tous les usages domestiques, à moins d’une indication contraire dans l’avis d’ébullition.

La vaisselle peut être lavée de la manière habituelle avec du détergent. Il faut cependant s’assurer qu’elle soit bien sèche avant de l’utiliser. Si vous possédez un lave-vaisselle, l’utilisation du cycle le plus chaud assure la désinfection de l’eau.

Le lavage des vêtements peut se faire normalement.

8 - L’eau consommée par les animaux de compagnie doit-elle également être portée à ébullition?

Certains vétérinaires recommandent de faire bouillir l’eau qui sera consommée par les animaux de compagnie tels que les chiens, les chats, les oiseaux et les reptiles. Il faut alors s’assurer de la laisser refroidir suffisamment avant de la leur offrir.

9 - Quel est le délai acceptable pour être informé d’un avis d’ébullition?

Le Règlement sur la qualité de l’eau potable précise qu’aussitôt qu’il est informé d’un résultat montrant la présence de contamination fécale, le responsable d’un réseau de distribution d’eau potable doit aviser les utilisateurs concernés. Le responsable se doit donc d’utiliser les moyens les plus appropriés (avis individuels aux résidences concernées, radio, télévision, etc.) pour s’assurer de diffuser le message dans les meilleurs délais.

Haut

10 - Si l’on dispose d’un dispositif de traitement domestique de l’eau potable, peut-on continuer de consommer l’eau sans crainte?

Non, à moins de disposer d’un traitement spécifiquement reconnu comme efficace contre les microorganismes pouvant affecter la santé, il faut s’assurer d’appliquer les mesures recommandées dans l’avis d’ébullition. Les procédés de traitement reconnus comme efficaces sont notamment ceux comportant un rayonnement ultraviolet, un procédé d’osmose inverse ou un chlorateur. Si vous disposez d’un tel traitement, vous devez néanmoins vous assurer qu’il est bien entretenu et en bon état de fonctionnement. En cas de doute, il faut vérifier auprès du fabricant.

Pour leur part, les dispositifs de traitement domestique le plus souvent installés (par exemple, un adoucisseur ou un pichet filtrant) ne permettent pas d’éliminer les microorganismes pouvant affecter la santé. Même si l’on possède un tel système, il faut donc s’assurer de faire bouillir l’eau.

11 - Quelles sont les personnes les plus susceptibles d’être affectées à la suite de l’ingestion d’une eau contaminée?

Toute la population desservie peut être affectée par l’ingestion d’une eau contaminée et devrait s’assurer d’appliquer les mesures indiquées dans l’avis d’ébullition.

Les nourrissons et les très jeunes enfants sont généralement considérés comme les plus à risque. Les parents doivent s’assurer de prendre les précautions nécessaires.

Les personnes âgées, les personnes dont le système immunitaire est affaibli ou qui sont atteintes de maladies chroniques sont également plus susceptibles d’être affectées.

12 - Quels sont les risques pour la santé si l’on a bu de l’eau du robinet sans savoir qu’un avis d’ébullition était en vigueur?

L’eau contaminée peut provoquer plusieurs symptômes différents, et ce, en fonction des microorganismes présents. Les symptômes les plus courants associés à l’ingestion d’une eau contaminée par des microorganismes d’origine fécale sont les nausées, les vomissements, les diarrhées et les malaises abdominaux. Le plus souvent, les symptômes ou les malaises peuvent apparaître de 12 à 72 heures après l’ingestion. Il est aussi possible qu’une personne n’éprouve aucun symptôme.

Si vous ressentez des symptômes, vous pouvez communiquer avec le service Info-Santé au 811.

Dès que vous savez qu’un avis d’ébullition est en vigueur, il est important de suivre les recommandations de l’avis jusqu’à ce que celui-ci soit levé par les autorités compétentes.

13 - Quand doit-on cesser de faire bouillir l’eau?

Vous pourrez cesser de faire bouillir l’eau lorsque le responsable de votre réseau vous avisera que cette mesure n’est plus nécessaire.

Lors d’un avis d’ébullition de l’eau, le responsable du réseau doit effectuer des vérifications et apporter les correctifs nécessaires afin d’assurer la qualité de l’eau potable. Avant de lever l’avis d’ébullition, le responsable du réseau doit consulter les autorités compétentes. Si les autorités jugent que l’eau est de nouveau sans risque pour la santé, l’avis peut être levé.

Haut

14 -  Y a-t-il des mesures particulières à prendre lorsqu’un avis d’ébullition est levé?

Une fois l’avis d’ébullition levé, les précautions suivantes devraient être prises :

  • Faire couler l’eau de tous les robinets d’eau froide quelques minutes. Suivre la même procédure pour les fontaines et abreuvoirs, s’il y a lieu;
  • Vider, laver et désinfecter les machines à glace;
  • Purger les robinets extérieurs;
  • Dans le cas d’un appareil de traitement de l’eau, vérifier les mesures à prendre auprès du fabricant.

15 -  Dans un établissement de préparation d’aliments, y a-t-il des mesures particulières à prendre lorsqu’un avis d’ébullition est diffusé?

Oui, lorsqu’un avis d’ébullition est en vigueur, les personnes qui travaillent dans un établissement alimentaire (par exemple, un restaurant) doivent également s’assurer de ne pas utiliser l’eau sans l’avoir fait bouillir durant au moins une minute, ou utiliser une source d’eau alternative (eau embouteillée ou eau d’un autre réseau de distribution) pour :

  • Se laver les mains;
  • Nettoyer les fruits et les légumes et préparer des aliments;
  • Préparer des breuvages (des biberons et des jus concentrés, par exemple);
  • Préparer de la glace;
  • Nettoyer les équipements et les surfaces de travail.

Pour plus de détails, vous pouvez consulter le document Que faire à la suite d’un avis d’ébullition de l’eau de consommation destiné aux exploitants d’établissements de préparation d’aliments, publié par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation.

Haut

À l’intention des responsables de réseaux de distribution

16 - Quelles situations nécessitent la diffusion d’un avis d’ébullition de l’eau?

En vertu du Règlement sur la qualité de l’eau potable, le responsable d’un réseau de distribution doit, sans délai, diffuser un avis d’ébullition aux utilisateurs concernés lorsqu’un résultat d’analyse de l’eau potable montre la présence de bactéries coliformes fécales ou Escherichia coli dans un échantillon d’eau mise à la disposition des utilisateurs.

17 - Quelles sont les exigences réglementaires associées à la diffusion d’un avis d’ébullition?

Le responsable a l’obligation de diffuser sans délai l’avis aux utilisateurs concernés par la voie des médias ou par un autre moyen approprié. Il doit également aviser le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC) et la direction de santé publique de la région concernée des mesures qu’il prend.

De plus, lorsqu’il dessert un autre réseau de distribution, un établissement d’enseignement (par exemple, une école) ou un établissement de santé et de services sociaux (par exemple, un hôpital), le responsable doit les informer individuellement de la diffusion de l’avis d’ébullition.

Pour sa part, le laboratoire qui réalise l’analyse a l’obligation de communiquer sans délai le résultat non conforme au responsable du réseau, au MDDELCC, à la direction de santé publique et au ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation.

18 - Quels sont les principaux messages que devrait inclure un avis d’ébullition?

Depuis le 8 mars 2012, un avis d’ébullition diffusé en vertu du Règlement sur la qualité de l’eau potable doit obligatoirement :

  • Indiquer que l’eau est impropre à la consommation et qu’il faut la faire bouillir au moins une minute avant de la consommer; et
  • Mettre en garde les utilisateurs contre les risques d’utiliser de l’eau non bouillie pour les usages domestiques suivants :
    • Boire et préparer les breuvages;
    • Préparer les biberons et les aliments pour bébés;
    • Préparer les aliments qui ne requièrent pas de cuisson prolongée (soupes en conserve, desserts, etc.);
    • Laver et préparer les fruits et les légumes destinés à être mangés crus;
    • Fabriquer les glaçons;
    • Se brosser les dents et se rincer la bouche.

Un modèle d’avis d’ébullition est proposé.

Dans des situations particulières, la direction de santé publique pourrait recommander d’y ajouter des précisions supplémentaires.

Haut

19 - Dans le cas d’un établissement alimentaire desservi par un réseau de distribution dont l’eau fait l’objet d’un avis d’ébullition, y a-t-il des mesures particulières à recommander?

Oui, en cas d’avis d’ébullition, le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation recommande aux établissements de préparation d’aliments (les restaurants, par exemple), notamment, d’utiliser une autre source d’approvisionnement (eau embouteillée ou eau d’un réseau ne faisant pas l’objet d’un avis d’ébullition) ou de faire bouillir l’eau une minute pour les usages suivants :

  • Se laver les mains;
  • Nettoyer les fruits et les légumes et préparer des aliments;
  • Préparer des breuvages (des biberons et des jus concentrés, par exemple);
  • Préparer de la glace;
  • Nettoyer les équipements et les surfaces de travail.

Pour plus de précisions, les établissements de préparation d’aliments peuvent consulter le document Que faire à la suite d’un avis d’ébullition de l’eau de consommation, publié par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation.

20 - Quels sont les moyens acceptables de prévenir les utilisateurs concernés lors de la diffusion d’un avis d’ébullition?

Le Règlement sur la qualité de l’eau potable laisse aux responsables des réseaux une latitude quant aux moyens à employer pour prévenir les utilisateurs concernés. L’un ou plusieurs des moyens ci-dessous peuvent donc être utilisés selon les circonstances :

  • Avis individuels à distribuer aux portes des résidences;
  • Message sur des panneaux situés à des endroits stratégiques;
  • Communiqué transmis aux stations de radio et de télévision locales;
  • Publication d’un communiqué destiné aux médias locaux et régionaux.

La téléphonie ciblée est également un moyen de communication qui gagne en popularité et qui serait tout à fait indiqué pour une municipalité devant diffuser un avis d’ébullition. Par ce système automatisé, une municipalité peut communiquer en peu de temps aux résidants visés un message enregistré décrivant une situation d’urgence.

Lors du choix des moyens de diffusion d’un avis d’ébullition, le responsable d’un réseau devrait s’assurer de choisir les moyens par lesquels il est le plus susceptible de joindre rapidement la plus grande partie possible des utilisateurs concernés. L’utilisation de plusieurs moyens de communication peut donc s’avérer appropriée; un responsable a avantage à établir à l’avance sa stratégie de communication en prévision d’une telle situation.

Haut

21 - Comment déterminer si l’avis d’ébullition peut être circonscrit à un secteur particulier ou s’il doit être transmis à tous les utilisateurs?

Tel que le précise le Guide d’interprétation du Règlement sur la qualité de l’eau potable, un avis d’ébullition peut être circonscrit à un secteur seulement si le responsable est en mesure de définir précisément, par exemple à l’aide de modèles hydrauliques, les secteurs du réseau dans lesquels a circulé de l’eau susceptible d’être contaminée. Seuls les responsables d’installations de distribution prélevant de façon routinière plusieurs échantillons simultanément pourraient être en mesure de bien circonscrire l’ampleur de la contamination.

22 - Dans quels cas un avis d’ébullition est-il généralement déconseillé ou inutile?

L’avis d’ébullition est inefficace lorsqu’on est en présence d’une contamination par une substance inorganique, comme le plomb, ou organique, comme des pesticides.

Par ailleurs, un avis d’ébullition est inapproprié dans les cas où la clientèle n’a pas accès à une bouilloire ou à un micro-ondes. Ainsi, les écoles, les centres sportifs, les commerces et les lieux publics doivent plutôt interrompre l’alimentation des fontaines d’eau et afficher des pictogrammes indiquant que l’eau est non potable aux robinets des lavabos.

 

Retour à la page Avis d’ébullition et avis de non-consommation


Barre de navigation

| Accueil | Plan du site | Accessibilité | Pour nous joindre | Quoi de neuf? | Sites d'intérêt | Recherche | Où trouver? |

| Accès à l'information | Politique de confidentialité | Réalisation du site | À propos du site | Abonnement aux fils RSSAbonnement |


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2016