Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Le puits

Quel est le type de captage qui me convient?

Le choix d’un ouvrage de captage ne doit pas être fait à la légère. Il ne faut pas oublier que l’eau sera captée pour assurer l’alimentation de la résidence pendant plusieurs décennies. Il ne faut donc pas minimiser l’importance de l’investissement que requiert une telle installation, car la santé des utilisateurs dépend de la qualité de l’eau captée.


Expérience des voisins

Dans un secteur non desservi par un réseau de distribution d’eau potable, les résidants ont le choix entre l’eau de surface (lacs, rivières, ruisseaux) et l’eau souterraine. Comme les eaux de surface sont plus susceptibles que l’eau souterraine de porter une contamination bactérienne ou chimique pouvant avoir des conséquences néfastes sur la santé des consommateurs, l’eau souterraine, en raison de son omniprésence et de sa qualité, devient souvent une solution de rechange intéressante et incontournable. De plus, l’usage de l’eau de surface pour des fins domestiques (une résidence ou un chalet) pourra entraîner des coûts de traitement élevés. Cette dernière ne sera donc utilisée qu’en ultime recours, et ce, après une évaluation de sa qualité.

Lorsque la citoyenne ou le citoyen a arrêté son choix sur l’utilisation de l’eau souterraine, il lui est grandement conseillé de s’informer, à titre indicatif, auprès de ses voisins et de procéder à un inventaire sommaire des points suivants

  • le type de captage utilisé (puits tubulaire, communément appelé puits artésien, puits de surface, pointe filtrante, captage de source);

  • la profondeur moyenne de ces captages ainsi que les écarts de profondeur entre chacun;

  • la profondeur de la nappe d’eau dans les ouvrages de captage avoisinants (cette information donne une bonne indication de la quantité d’eau qui pourrait être emmagasinée dans le puits);

  • la qualité de l’eau et la quantité qu’ils fournissent;

  • les types d’appareils de traitement d’eau les plus souvent utilisés;

  • toute autre observation pertinente liée à l’approvisionnement en eau (contamination bactériologique, contamination chimique, problèmes de santé, cas isolés ou généralisés);

  • quantité d’eau en période de sécheresse;

  • utilisation nécessaire de techniques comme la fracturation hydraulique pour augmenter la capacité des puits avoisinants.

Ces observations permettront à la citoyenne ou au citoyen d’anticiper le comportement de son ouvrage de captage, d’estimer le type et la profondeur de l’équipement de pompage approprié ainsi que de prévoir un appareil de traitement de l’eau destinée à la consommation, le cas échéant.

  Retour au menu

Personnes-ressources

Plusieurs personnes ou organismes peuvent être mis à profit pour obtenir le portrait le plus juste possible du potentiel en eau souterraine du secteur visé. En plus des voisins immédiats, les organismes suivants peuvent transmettre des informations précieuses concernant ce secteur :

  • les autorités municipales par l’entremise des inspecteurs en travaux publics;

  • les puisatiers détenteurs d’une licence de la Régie du bâtiment du Québec qui parcourent ce territoire (dans le cas d’un puits tubulaire);

  • les entrepreneurs en excavation détenteurs d’une licence appropriée de la Régie du bâtiment du Québec (dans le cas d’un puits de surface);

  • le ministère de l’Environnement du Québec, par l’entremise de sa banque de données sur les puits tubulaires aménagés au Québec, appelée Système d’informations hydrogéologiques (SIH).

Autorités municipales

En raison de leurs connaissances du territoire, les autorités municipales sont les mieux placées pour préciser la répartition et le type d’ouvrages de captage individuels utilisés à l’intérieur de leurs territoires respectifs. Étant donné que les municipalités sont responsables de l’application du Règlement sur l’évacuation et le traitement des eaux usées des résidences isolées, elles connaissent la localisation des résidences équipées d’installations septiques individuelles qui ne sont reliées, dans la plupart des cas, à aucun réseau de distribution d’eau potable et qui comptent, par conséquent et dans la très grande majorité des cas, sur un approvisionnement individuel en eau potable.

Puisatiers

Les firmes de puisatiers possèdent une bonne connaissance du contexte géologique local et peuvent fournir des indications pertinentes sur la profondeur des puits tubulaires, la profondeur de la nappe d’eau, les variations relatives à l’épaisseur et à la nature des matériaux non consolidés ainsi que sur la qualité de l’eau qu’ils fournissent. En raison de cette expertise, les puisatiers connaissent mieux que quiconque le potentiel et la qualité de ces puits. Ils peuvent donc avoir une excellente idée de la profondeur du roc, des débits disponibles et des aspects physico-chimiques de l’eau dans leur secteur habituel de travail. La Régie du bâtiment du Québec possède la liste des détenteurs de licences appropriées pour l’aménagement d’ouvrages de captage d’eau souterraine.

Un contrat devra lier les deux parties et préciser, entre autres, les tâches et responsabilités du puisatier, les matériaux utilisés, le tarif horaire (ou linéaire au mètre foré) ainsi que les modalités de paiement. De façon générale, les coûts de facturation sont établis au mètre foré et incluent les matériaux utilisés, l’utilisation de la machinerie et la main-d’œuvre. Ces précisions permettent d’éviter de débourser des sommes d’argent additionnelles à celles prévues en cas d’arrêt de la machinerie pour diverses raisons (bris d’équipement, problèmes de soudure, dégel de l’équipement si le forage est effectué en hiver, etc.).

Entrepreneurs en excavation

Ces entrepreneurs sont engagés pour creuser les puits de surface. Ce sont souvent ces mêmes entrepreneurs qui sont sollicités pour tout type d’excavations de faible profondeur (généralement inférieure à six mètres) réalisées sur le territoire, notamment pour l’aménagement d’installations septiques. Ces entrepreneurs sont présents dans la grande majorité des localités du Québec et réalisent fréquemment de tels travaux. Les secteurs où les matériaux granulaires apparaissent en surface et où la nappe d’eau souterraine est peu profonde sont les plus propices à ce type d’ouvrage de captage.

Comme dans le cas précédent, il serait souhaitable qu’un contrat lie les parties impliquées dans l’aménagement d’un puits de surface. Cependant, étant donné que ce type de captage est relativement simple à aménager (dans des matériaux granulaires et à faible profondeur), il ne requiert pas autant d’équipement que dans le cas précédent. C’est donc sur la base d’un tarif horaire qui inclut la machinerie et la main-d’œuvre que les travaux devraient être facturés, les matériaux utilisés étant bien sûr facturés en sus.

Ministère de l’Environnement du Québec

Le ministère de l’Environnement du Québec possède une banque de données (Système d’informations hydrogéologiques, SIH) dans laquelle sont répertoriés les rapports de forage transmis annuellement par les puisatiers en vertu du Règlement sur le captage des eaux souterraines. Ainsi, peu importe la région où se trouve le projet de captage, les informations relatives aux puits tubulaires peuvent être obtenues en s’adressant au ministère de l’Environnement du Québec.

Les sources d’information sont donc multiples et le recoupement de ces données permet de dégager un portrait général relativement fiable de disponibilité et de la qualité de l’eau souterraine dans le secteur d’intérêt. Cette recherche permettra de mieux guider la citoyenne et le citoyen sur le type de captage qu’il pourrait privilégier.

Retour à l'index du dossier "Le Puits"


Barre de navigation

| Accueil | Plan du site | Accessibilité | Pour nous joindre | Quoi de neuf? | Sites d'intérêt | Recherche | Où trouver? |

| Accès à l'information | Politique de confidentialité | Réalisation du site | À propos du site | Abonnement aux fils RSSAbonnement |


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2014