Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

fr fr
fr

Portrait global de la qualité des eaux au Québec

Édition 2000

État et tendances de la qualité de l'eau en 2000

Phosphore total

Élément limitant la croissance du phytoplancton et des autres plantes aquatiques, le phosphore cause l’eutrophisation des eaux de surface. Afin de réduire la charge en phosphore des cours d’eau, de nombreuses stations d’épuration municipales effectuent la déphosphatation des eaux usées. Le seuil de l’eutrophisation se situe à 0,03 mg/L de phosphore total. Les teneurs en phosphore total sont faibles (<0,03 mg/L) dans les rivières en périphérie des grands centres québécois. La majorité des rivières des bassins agricoles présentent de fortes concentrations de phosphore (>0,05 mg/L) et la plupart d'entre elles sont caractérisées par des concentrations en phosphore supérieures à 0,1 mg/L, suggérant que les charges d'origine agricole contribuent nettement aux apports de phosphore dans les eaux de surface. Au total, environ la moitié des stations ont des médianes supérieures au seuil de 0,03 mg/L.

  Phosphore total - médianes estivales 1997-1998

Phosphore total - médianes estivales (1997-1998)

L'analyse des séries chronologiques montre que, globalement, les concentrations de phosphore ont diminué dans les rivières pendant la période 1988-1998, en continuité avec la tendance observée depuis le début des années 1980. Pendant cette période, des mesures ont été mises en place afin de réduire les charges de phosphore aux cours d'eau. Parmi celles-ci, la construction et la mise en service de nombreuses stations d'épuration des eaux grâce aux programmes PAEQ et PADEM, ainsi que la construction de structures d'entreposage adéquates pour les fumiers et les lisiers grâce aux programmes PAAGF et PAIA. De plus, de 1988 à 1998, on note une diminution de l'utilisation des engrais phosphorés.

  Phosphore total - tendances 1988-1998

Phosphore total - tendances 1988-1998

 Retour au menu

Chlorophylle «a» totale

Pigment végétal responsable de la photosynthèse, la chlorophylle «a» est utilisée comme indice de la biomasse phytoplanctonique. Des valeurs élevées de chlorophylle, tout comme celles du phosphore, seraient symptomatiques d'un problème d'eutrophisation. Les rivières des régions agricoles affichent des médianes généralement supérieures à 5 mg/m3. De plus, des concentrations supérieures à 15 mg/m3 sont observés dans les principaux bassins agricoles recevant d'importantes charges de phosphore. Ces valeurs élevées pourraient refléter des problèmes d'eutrophisation dans ces bassins. Au total, plus de la moitié des stations affichent des teneurs relativement élevées, soit égales ou supérieures à 10 mg/m3. Les séries chronologiques disponibles n'ont pas permis une couverture adéquate du territoire.

Chlorophylle a totale - médianes 1997-1998

Chlorophylle «a» totale - médianes estivales (1997-1998)

 Retour au menu

Nitrites-nitrates

Les nitrites-nitrates constituent la forme la plus abondante de l’azote. Généralement présents en faible concentration dans les eaux de surface, les nitrites-nitrates peuvent causer la méthémoglobinémie chez les nouveau-nés. Un seuil de 10 mg/L a été établi pour l’eau brute d’approvisionnement. Cette valeur n'est que très rarement observée dans les eaux de surface. La très grande majorité des stations échantillonnées affichent des médianes estivales supérieures à 0,2 mg/L. Ce sont également les rivières des bassins agricoles qui montrent les valeurs les plus élevées (> 0,5 mg/L), suggérant que, tout comme le phosphore, les nitrites-nitrates seraient d'origine agricole. Le seuil de 10 mg/L est toutefois dépassé en certains endroits dans les eaux souterraines servant à l'alimentation en eau potable.

  Nitrites-nitrates - médianes 1997-1998

Nitrites-nitrates - médianes estivales (1997-1998)

Les séries chronologiques montrent que les concentrations de nitrites-nitrates dans les rivières ont commencé à diminuer au cours de la période 1988-1998. Cette baisse est probablement attribuable à une certaine stabilisation dans l'utilisation des engrais minéraux et à une diminution des pertes directes provenant des fumiers et des lisiers due à la construction de structures d'entreposage. 

  Nitrites-nitrates - tendances 1988-1998  

Nitrites-nitrates - tendances 1988-1998

Le cas des nitrites-nitrates est particulier. Les séries chronologiques de 1988 à 1998 des autres descripteurs de qualité de l'eau confirment généralement les tendances observées à plus long terme. Toutefois, dans le cas des nitrites-nitrates, les tendances à long terme (1979-1999) sont à la hausse compte tenu, entre autres, de la forte augmentation de l'utilisation des engrais azotés jusqu'à la fin des années 1980. Donc, la diminution observée entre 1988 et 1998 constitue une amélioration notable, mais cette tendance peut s'inverser à nouveau si l'utilisation des engrais azotés augmente au cours des prochaines années.

Nitrites-nitrates - tendances 1979-1999

Nitrites-nitrates - tendances 1979-1999

 Retour au menu

Matières en suspension

Les matières en suspension (MES) désignent les particules présentes dans l’eau. Elles constituent un facteur important sur le plan esthétique, car elles contribuent à la turbidité de l’eau qui est toujours perçue négativement. Les rivières en périphérie des grands centres (Outaouais, Saguenay — Lac-Saint-Jean et Gaspésie) présentent des valeurs faibles de MES. Dans le Témiscamingue, les sols argileux sont la principale source de l'abondance des MES dans les eaux de surface. Dans l'ensemble, les concentrations de MES suivent un gradient amont-aval. Ce gradient est notamment observé dans les bassins des rivières L'Assomption et Yamaska, où les médianes sont < 6 mg/L en amont des bassins et > 41 mg/L en aval. La présence de ces concentrations élevées dans les bassins de L'Assomption et de Yamaska, deux bassins à forte activité agricole (notamment la culture du maïs), peut réfléter l'érosion des sols argileux. Ailleurs au Québec, les concentrations de MES n'atteignent des valeurs élevées que ponctuellement.

  M.E.S. - médianes estivales 1997-1998

Matières en suspension (MES) - médianes estivales (1997-1998)

De toutes les séries chronologiques disponibles pour la période 1988-1998, seulement 20 séries affichent des tendances statistiquement significatives. Il est à noter que les MES sont un descripteur dont les séries chronologiques sont caractérisées par une forte variabilité, rendant difficile la mise en évidence de tendances significatives. La grande majorité de ces tendances significatives (18 séries sur 20) sont à la baisse, indiquant ainsi une amélioration de la qualité de l'eau. Plusieurs de ces tendances à la baisse sont probablement attribuables aux efforts d'assainissement de la part des municipalités et des papetières.

  M.E.S. - tendances 1988-1998

Matières en suspension (MES) - tendances 1988-1998

Retour au menu

Turbidité

La turbidité est causée par la présence de MES, d'oxydes et d'hydroxydes métalliques, de plancton et de substances dissoutes colorées. La turbidité protège les bactéries et les virus contre les procédés municipaux de désinfection. Sur le plan sanitaire, la norme de turbidité est de une UNT (unité néphélométrique de turbidité) avant la chloration. La majorité des stations affichent des médianes estivales qui ne rencontre pas la norme. La répartition spatiale de la turbidité reflète presque en tous points celle des MES, notamment en ce qui a trait à la répartition dans les bassins des rivières L'Assomption et Yamaska.

Turbidité - médianes estivales 1997-1998

Turbidité - médianes estivales (1997-1998)

L'analyse des séries chronologiques révèle que la turbidité, tout comme les MES, est à la baisse sur le territoire québécois. Cette tendance est attribuable, en partie, aux procédés d'assainissement et de décantation des eaux usées municipales et à la réduction notable des charges de MES à la suite des efforts d'assainissement du secteur des pâtes et papiers.

Turbidité - tendances 1988-1998

Turbidité - tendances 1988-1998

 Retour au menu

Coliformes fécaux

Les coliformes fécaux constituent un indicateur de pollution d’origine fécale et sont utilisés afin de définir des critères de qualité d’ordre sanitaire. Les normes sont de 200/100 ml pour la baignade et de 1000/100 ml pour les activités récréatives entraînant un contact secondaire avec l’eau (p. ex. : le canotage, la pêche ou la planche à voile). Un peu moins de la moitié des stations présentent des médianes supérieures à la norme pour la baignade et seulement quelques stations ont des médianes supérieures à 1000/100 ml. Le bassin de la rivière L'Assomption, l'embouchure de la rivière Richelieu et la rivière Saint-Charles ont une piètre qualité bactériologique (> 2000/100 ml) comparativement aux autres bassins qui présentent dans l'ensemble une très bonne qualité bactériologique (< 200/100 ml). De plus, on ne retrouve que de façon ponctuelle des stations affichant une très mauvaise qualité bactériologique (> 3500/100 ml).

  Coliformes fécaux - médianes estivales 1997-1998

Coliformes fécaux - médianes estivales (1997-1998)

Près d'une quarantaine de séries chronologiques montrent des tendances significatives. La quasi totalité de ces tendances (toutes sauf une) affiche une diminution des concentrations de coliformes. Cette prépondérance de tendances à la baisse constitue un indice encourageant quant à l'évolution de la qualité bactériologique dans les eaux de surface, et ce, entre autres à l'assainissement urbain (PAEQ/PADEM) et à un meilleur entreposage des fumiers et des lisiers (PAAGF/PAIA).


  Coliformes fécaux - tendances 1988-1998

Coliformes fécaux - tendances 1988-1998  

Section précédente  Section suivante  Fin du document


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017