Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqué de presse

 

Version   
imprimable

Parc national des Pingualuit
Le premier ministre inaugure le premier parc nordique du Québec

Kangiqsujuaq, le 30 novembre 2007 – Le premier ministre du Québec, Jean Charest, a procédé aujourd’hui à l’ouverture officielle du premier parc nordique du Québec, le parc national des Pingualuit. À cette occasion, il a souligné l’importance de découvrir et de protéger le cratère des Pingualuit, autrefois connu sous le nom du cratère du Nouveau-Québec. « Je suis fier d’inaugurer le premier parc national situé dans le Nord-du-Québec. Il s’agit d’un site naturel du Nunavik tout à fait exceptionnel et de renommée mondiale pour la recherche scientifique que nous avons le devoir de faire découvrir et de protéger puisqu’il est aussi extrêmement fragile », a déclaré le premier ministre.

Ce parc, dont la gestion des opérations est complètement assumée par l’Administration régionale Kativik (ARK), couvre une superficie de 1 134 km2. La demande de créer le parc national des Pingualuit émane de la communauté de Kangiqsujuaq qui reconnaît depuis longtemps la valeur et l’unicité de ce site. C’est dans cet esprit que le projet a été inscrit à la Convention de la Baie-James et du Nord québécois.

La ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, Line Beauchamp, a pour sa part fait savoir que : « C’est grâce à l’implication de l’ARK et à la collaboration des gens de la communauté de Kangiqsujuaq, dès le début des travaux de planification du parc, que nous pouvons aujourd’hui assurer la protection et la mise en valeur du cratère des Pingualuit, un site unique au monde. Voilà une belle façon de souligner le 30e anniversaire de la Loi sur les parcs. »

Malgré son âge estimé à environ 1,4 million d’années, le cratère des Pingualuit est jeune. Il se démarque par ses formes peu érodées ainsi que par la qualité remarquable des eaux du lac Pingualuk, parmi les plus pures au monde. Ce faisant, il suscite l’intérêt des scientifiques qui, par leurs activités et études, doivent contribuer à sa connaissance tout en assurant le maintien de son intégrité écologique. De plus, le parc national des Pingualuit permet de protéger et de faire découvrir aux visiteurs un échantillon des paysages intérieurs du Plateau de l’Ungava.

Gestion des opérations par les Inuit

Le 23 mars 2004, le gouvernement du Québec signait une entente pour déléguer la gestion des opérations du parc national des Pingualuit à l’ARK. Cette entente, d’une durée de cinq ans, prévoit un budget de 3,9 M$ pour le fonctionnement et de 5,7 M$ pour les immobilisations. Le parc embauche actuellement 5 personnes à plein temps de la communauté de Kangiqsujuaq et les services de plusieurs autres personnes ont été requis pour la construction des différents aménagements du parc (piste de brousse, refuges, signalisation, etc.).

Autres projets de parcs au Nunavik

Quatre autres projets de parcs nationaux sont prévus au Nunavik. Le projet de parc national Kuururjuaq, d’une superficie de 4 274 km2, est situé dans le secteur des monts Torngat et de la rivière Koroc. Il a fait l’objet d’une audience publique en mars 2007. Le projet de parc national des Lacs-Guillaume-Delisle-et-à-L’Eau-Claire, qui couvrirait environ 15 000 km2, sera soumis à une audience publique en juin 2008, tel qu’annoncé au Forum Katimajiit en août dernier. Les deux autres projets de parcs visent le secteur du Cap-Wolstenholme près d’Ivujivik et celui de la Baie-aux-Feuilles près de la communauté de Tasiujaq. Les travaux de planification des ces parcs débuteront respectivement en 2008 et en 2009.

« La réalisation du parc national des Pingualuit et des autres projets de parcs au cours des prochaines années représente l’engagement concret de mon gouvernement de mettre en valeur la richesse de la culture et du territoire des Inuits », a ajouté monsieur Charest.

Le réseau des parcs nationaux du Québec compte maintenant 22 parcs et contribue à l’atteinte des objectifs de la Stratégie québécoise sur les aires protégées.

 

- 30 -


SOURCES :

Hugo D’Amours
Attaché de presse
Cabinet du premier ministre
Tél. : 418 643-5321
Philippe Cannon
Attaché de presse
Cabinet de la ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs
Tél. : 418 521-3911

 

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017