Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqué de presse

 

Version   
imprimable

Pour un Québec vert et prospère
281,4 millions de dollars alloués au développement de l'industrie québécoise de l'environnement et des technologies propres

Saint-Romuald, le 7 mai 2008 -- Le ministre du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation et ministre du Tourisme, monsieur Raymond Bachand, et le ministre des Ressources naturelles et de la Faune, monsieur Claude Béchard, ainsi que la ministre du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs, madame Line Beauchamp, ont annoncé ce matin que le gouvernement du Québec allouera plus de 281 millions de dollars à la nouvelle Stratégie de développement de l'industrie de l'environnement et des technologies vertes.

« La demande mondiale pour les produits et services en environnement et technologies vertes augmente de manière accélérée, le Québec étant à l'avant-garde dans ce domaine, il y a là une opportunité d'affaires qu'on ne doit pas manquer » a souligné le ministre Raymond Bachand.

« La lutte aux changements climatiques et la volonté de réduire la dépendance aux carburants et combustibles fossiles sont autant de motivations à accélérer nos efforts dans ce domaine, un Québec prospère passe aussi par un Québec vert » a indiqué la ministre Beauchamp.

Quant au ministre Claude Béchard, il a pris soin de mentionner que « le gouvernement du Québec entend poursuivre ses objectifs ambitieux en matière d’efficacité énergétique en étroite collaboration avec l’Agence de l’efficacité énergétique, tout en développant une industrie de l'environnement et des technologies vertes apte à créer de la richesse pour le Québec. Au moyen de cette stratégie, le gouvernement du Québec compte certainement renforcer son positionnement sur la scène internationale ».

Avec quelque 1 600 entreprises et plus de 34 000 emplois, l'industrie québécoise de l'environnement et des technologies vertes tient déjà une place importante dans l'économie du Québec. Entre 2000 et 2007, près de 200 millions de dollars en capital de risque ont été investis au Québec dans des entreprises actives en environnement et en énergie. Plus particulièrement, on constate une accélération très importante de ces investissements depuis 2003. En effet, le taux de croissance annuel moyen a été de 41,4 %, soit presque le double du taux de croissance canadien. Grâce à un bond substantiel de ces investissements, de 16,8 millions à 59,4 millions de dollars de 2006 à 2007, le Québec compte maintenant pour 35 % des capitaux de risque investis dans ce secteur au Canada.

« De toute évidence, il se passe ici quelque chose de très important. L’industrie québécoise de l’environnement et des technologies vertes entre dans une phase de développement accéléré. Le gouvernement du Québec lui accordera un appui concret. Les atouts du Québec dans cette course au développement, ce sont d’abord ses entreprises. Nous possédons un bassin d’entreprises substantiel, notamment des firmes de génie-conseil d’envergure internationale et des PME innovatrices capables d'exporter leur savoir-faire sur les marchés internationaux en pleine croissance » a souligné le ministre Bachand.

« L’environnement, qui était vu dans le passé comme une contrainte par nombre d’entreprises, est devenu une occasion d'investissement permettant d’améliorer les procédés de fabrication et modes de gestion. Il représente maintenant un potentiel économique énorme. Nous faisons le choix d’investir dans ce domaine, car, en plus de devenir un secteur phare de prospérité pour le Québec, l’industrie de l’environnement et des technologies propres contribuera à bâtir une économie québécoise plus verte et à faire le choix d’un développement économique plus durable », a déclaré la ministre Beauchamp.

Cinq axes d'intervention déterminants

La nouvelle stratégie comporte cinq axes d'interventions :

  1. Appuyer le développement des entreprises (37 M$/6ans)
    Le gouvernement soutiendra les projets d’investissement des entreprises spécialisées en environnement et technologies vertes (12 M$/6ans, ce montant provient du Programme d'appui stratégique à l'investissement (PASI) et du Programme de soutien aux projets économiques (PSPE). Il contribuera également à la mise en place d’un fonds de capital de risque de près de 100 millions de dollars (25 M$ d'effet levier, ce montant provient du Plan d'action en faveur du secteur manufacturier) et il sensibilisera (à même les budgets du ministère du Développement économique, de l'Innovation et de l'Exportation - MDEIE), le milieu financier au secteur de l'environnement et des technologies vertes afin de favoriser le financement de projets.

  2. Soutenir le développement des technologies vertes (237.5M$/6ans)
    La stratégie prévoit l'appui aux entreprises dans leurs projets de développement et de démonstration de technologies dans les différents secteurs suivants : lutte aux changements climatiques (110 M$\6 ans, ce montant provient du Plan d'action sur les changements climatiques 2006-2012), énergie nouvelles et efficacité énergétique (60 M$/6 ans, ce montant provient de la Stratégie énergétique), éthanol cellulosique (30 M$/6ans, ce montant provient du Plan d'action sur les changements climatiques 2006-2012), captage et séquestration (5 M$/6ans, ce montant provient du Plan d'action sur les changements climatiques 2006-2012) et traitement de l'eau de décontamination des sols (12 millions/4ans, provenant du Budget 2008-2009). La stratégie permettra aussi l'amélioration des mécanismes de certifications environnementale et la mise en place de mesures facilitant la réalisation des projets de démonstration à même les budgets du MDEIE. En plus, sera mis sur pied un regroupement sectoriel de recherche industrielle (20 M$/6ans, ce montant provient de l'action 20 du Plan d'action sur les changements climatiques 2006-2012) et de la promotion sera également faite pour des projets en cours dans les universités, soutenir des projets de développement et de vitrines technologiques, de même que l’amélioration des mécanismes de certification des technologies environnementales (0,5 M/6ans, à même le budget du MDEIE).

  3. Mettre à contribution le marché local (0,6 M$/6ans)
    La stratégie vise à accroître la production, l’expertise et la compétitivité des entreprises du secteur en maximisant les retombées économiques des achats publics au Québec. Ainsi, sera introduit dans la politique d'achat public, annoncé dans le Plan manufacturier, des dispositions qui profiteront à l'industrie de l'environnement et des technologies vertes. Le gouvernement utilisera tous les moyens à sa disposition, notamment les exigences de retombées économiques canadiennes pour atteindre un pourcentage optimal de retombées économique. On encouragera également les municipalités, les entreprises, les producteurs agricoles et tout autres clientèles visées à se doter de technologies vertes québécoises (0,6M$/6ans à même le budget du MDEIE).

  4. Favoriser l’internationalisation (6,3M$/6ans)
    La stratégie soutiendra l'organisation d'activités de maillage entre les grands donneurs d'ordres internationaux et les entreprises québécoises (à même les budgets de MDEIE). Elle offrira également un support financier et technique à l'identification de projets pouvant mener à des appels d'offres internationaux, à la création de divers types de consortiums et de partenariats, et à l'implantation de bureaux à l'étranger (3,3 M$/6ans, ce montant provient du programme d'aide aux entreprises). Elle favorisera par ailleurs la participation des entreprises au marché du carbone et au mécanisme de développement propre du Protocole de Kyoto (3 M$/6ans, ce montant provient de l'action 19 du Plan d'action sur les changements climatiques 2006-2012).

  5. Soutenir la mobilisation du secteur
    Le gouvernement soutiendra le regroupement des associations sectorielles, des organismes d'appui et des autres partenaires stratégiques. Ce regroupement aura pour mandat d’identifier les enjeux et de suivre l’évolution de l’environnement d’affaires ainsi que d'appuyer des projets structurants. De plus, une table interministérielle assurera la convergence des objectifs environnementaux et économiques.

Le ministère des Ressources naturelles et de la Faune (MRNF), le ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs (MDDEP), l’Agence de l’efficacité énergétique (AEE) et le ministère du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation (MDEIE) mettront en place une série de programmes, qui sera connue sous le nom de mesure PRO-VERT.

« Conscient de l'importance de la problématique environnementale, le gouvernement du Québec s'est engagé résolument dans la voie du développement durable. Affirmant son leadership, il a décidé d'élaborer et de mettre en œuvre une stratégie destinée à soutenir l'industrie de l'environnement et des technologies vertes. Cette stratégie jette les bases d'un projet de société : un Québec vert et prospère », ont conclu les ministres Bachand, Béchard et Beauchamp.

- 30 -

SOURCE :

Manuela Goya
Attachée de presse
Cabinet du ministre du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation et ministre du Tourisme
418 691-5650

Philippe Cannon
Attaché de presse
Cabinet de la ministre du Développement
durable, de l'Environnement et des Parcs
418 521-3911

Pascal D'Astous
Attaché de presse
Cabinet du ministre des Ressources naturelles et de la Faune
418 643-7295

 

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017