Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqué de presse

 

Version   
imprimable

La lutte à l'envahissement de la châtaigne d'eau s'intensifie en Montérégie

Henryville, le 8 août 2002 - Le ministre d'État aux Affaires municipales et à la Métropole, à l'Environnement et à l'Eau, M. André Boisclair, s'est rendu aujourd’hui à la rivière du Sud, en Montérégie, afin de constater l'ampleur des travaux mis de l'avant cet été pour le contrôle de la châtaigne d'eau. Le ministre était accompagné des représentants des organismes signataires de l'entente sur le financement et la gestion des travaux d'éradication de la châtaigne d'eau, soit la Société de la faune et des parcs du Québec, Canards Illimités Canada, la MRC Le Haut-Richelieu et le Centre d'interprétation du milieu écologique du Haut-Richelieu.

« La signature de cette entente, d'une durée de cinq ans, confirme notre ferme intention de prendre toutes les mesures nécessaires pour éradiquer la châtaigne d'eau de la rivière du Sud et ainsi empêcher la dispersion de cette plante nuisible dans d'autres cours d'eau comme le Richelieu et la partie nord du lac Champlain », a déclaré le ministre. Rappelons que le gouvernement du Québec et les États de New York et du Vermont luttent contre l'invasion de la châtaigne d'eau dans le cadre de l'entente tripartite relative à la gestion du lac Champlain.

À titre de partenaire de l'entente, le ministère de l'Environnement accorde cette année une aide financière de 50 000 $ pour la réalisation du plan d'action 2002-2003. Ce montant s'ajoute aux 65 000 $ investis en 2001-2002. « Au terme de cette entente, soit en 2006, un montant dépassant un million de dollars aura été consacré, par l'ensemble des partenaires, à la sauvegarde de la rivière du Sud ainsi que d'autres plans d'eau dans le sud-ouest du Québec où la châtaigne pourrait être localisée », a souligné M.  Boisclair.

Doté d'un budget total de 300 000 $ pour l'été 2002, le plan d'action des partenaires mise sur l'arrachage mécanique pour améliorer la performance de la récolte qui se limitait à l'arrachage manuel au cours des dernières années. L'arrachage mécanique se fait à l'aide d'une excavatrice amphibie dont la conception technologique est québécoise. « Je suis heureux de constater que le Québec est capable de trouver des solutions adaptées et innovatrices pour faire face à ce problème. Il ne fait aucun doute que cette technologie suscitera l'intérêt des marchés étrangers . Ce ne sera d’ailleurs pas la première fois que le Québec se signale en exportant des concepts innovateurs », a conclu le ministre.

De concert avec tous les partenaires présents, le ministre Boisclair invite les citoyennes et les citoyens, et plus particulièrement les plaisanciers, à collaborer à la solution du problème en évitant de circuler dans la rivière du Sud, en évitant tout transport de plants ou de noix de châtaigne d'eau ou en participant bénévolement à l'arrachage.


-30-

SOURCES :

Jean-Louis Laplante
Attaché de presse
Cabinet du ministre d'État aux
Affaires municipales et à la Métropole,à l’Environnement et à l'Eau
Tél. : (418) 521-3911
Marielle Marchand
Responsable des communications
Direction régionale de la Montérégie
Ministère de l'Environnement
Tél. : (450) 928-7607, poste 223

Véronique Auger
Conseillère en communication
Direction des communications
Ministère de l’Environnement
Tél. : (418) 521-3823, poste 7002

 

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017