Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqué de presse

 

Version   
imprimable

Gaz de schiste - Les échantillons analysés par le chercheur albertain ne provenaient pas de la nappe phréatique

Québec, le 16 janvier 2012 – Le ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, M. Pierre Arcand, a obtenu l’assurance que les échantillons d’eau analysés par un chercheur albertain ne provenaient pas d’un aquifère et qu’on ne pouvait donc conclure, comme il a été mentionné dans certains médias, à une migration de gaz dans la nappe phréatique. Le Ministère demeure en outre vigilant et ne fait aucun compromis sur la sécurité des sites.

Dès le mois de décembre, le Ministère a communiqué avec l’ensemble des compagnies ayant des puits de gaz de schiste au Québec afin que celles-ci transmettent tous les résultats d’analyse du méthane dans l’eau souterraine, notamment le méthane dissous et les analyses isotopiques qu’elles pourraient détenir en lien avec leurs activités au Québec.

L’ensemble des compagnies ont répondu à la demande du Ministère et les recherches réalisées par celles-ci ont permis de conclure que l’eau analysée par le chercheur provenait d’échantillons de gaz prélevés en août 2010 dans le cellier de deux puits par l’entreprise Dillon Groupe Conseil, à la demande de Talisman. Le chercheur Albertain a présumé, à tort, que les échantillons reçus provenaient d’un aquifère. Il s’agissait plutôt d’eau de pluie s’étant accumulée dans le cellier des puits.

Le ministre a fait savoir que les experts de son ministère ont réalisé à ce jour quelque
200 inspections sur les différents puits et que cette mise au point est conforme aux résultats des inspections sur les deux puits concernés, soit le site de Saint-Édouard et celui de Gentilly 2. Le Ministère a en effet effectué 4 inspections sur le site de Saint-Édouard depuis 2010 et 6 sur celui de Gentilly 2. Des mesures spécifiques de migration de gaz ont été réalisées lors de certaines de ces inspections et les contrôles effectués démontrent que ces sites respectent les seuils établis par le Ministère.

Rappelons que la méthodologie employée par le Ministère pour détecter les fuites de gaz permet de poser un diagnostic clair et de décider précisément du moment où des correctifs doivent être apportés. La rigueur de ces inspections a déjà permis de détecter des problèmes sur certains puits et d’intervenir, notamment au puits de La Présentation.

« Bien qu’il n’y ait actuellement aucune activité d’exploration en cours au Québec en raison de la tenue d’une évaluation environnementale stratégique, le Ministère demeure vigilant et poursuit son travail d’inspection, de contrôle et d’encadrement. Le phénomène de migration fait l’objet d’une étroite surveillance. Le mot d’ordre est de ne faire aucun compromis sur la protection de la santé publique et la préservation de l’environnement », a conclu le ministre Arcand.

- 30 -

SOURCE :

Sarah Shirley
Attachée de presse
Cabinet du ministre du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs
Tél. : 418 521-3911

INFORMATION :

Relations médias
Ministère du Développement durable,
de l'Environnement et des Parcs
Tél. : 418 521-3991

 

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017